Des recherches tournées vers l’innovation en agriculture

Plus de 100 projets de recherche touchant directement l’innovation en agriculture sont actuellement menés au Québec dans le contexte du Programme de soutien à l’innovation en agroalimentaire (PSIA), qui fait partie de l’accord Cultivons l’avenir conclu entre le Canada et le Québec pour assurer le développement du secteur agricole et agroalimentaire.

Histoires à succès

Culture du soya

François Belzile, professeur à l’Université LavalFrançois Belzile, professeur à l’Université Laval, conduit actuellement une recherche visant à isoler des lignées du soya résistantes aux maladies. La culture du soya a connu un essor important au cours des dernières années au Québec. Les travaux de recherche-développement constituent une des assises de cette réussite : ils ont permis de mettre au point de nouvelles variétés adaptées aux diverses régions du Québec.

« L’aide reçue facilite grandement l’identification des lignées les plus résistantes, une condition essentielle à la poursuite de la production de soya au Québec », explique le chercheur.

Culture du pissenlit russe au Québec

Quant à Jacques-André Rioux et Martin Trépanier, respectivement professeur et professionnel de recherche à l’Université Laval, ils mènent une recherche visant à déterminer les conditions gagnantes de la culture du pissenlit russe au Québec en vue d’offrir une solution de remplacement durable au caoutchouc synthétique et au caoutchouc naturel.

Le caoutchouc est une matière utilisée dans plus de 40 000 produits de consommation courante, qui vont des pneus de véhicules au matériel médical en passant par les vêtements et les composantes électriques. Deux types de caoutchouc sont actuellement produits : le naturel, issu de la sève de l’Hevea brasiliensis, et le synthétique, fait à base de pétrole.
 
« Le climat propice du Québec et la disponibilité des terres cultivables pourraient faire de notre province un chef de file dans la production de ce nouveau caoutchouc », s’enthousiasme M. Trépanier. La racine de pissenlit contient une part de caoutchouc représentant jusqu’à 10 % de son poids. Le potentiel de cette plante est d’autant plus intéressant que la nouvelle substance permettra aux personnes allergiques au latex de disposer de produits de rechange.

Programme de soutien à l’innovation en agroalimentaire

Le PSIA a pour objet d’appuyer la réalisation de projets de recherche appliquée, de développement expérimental ou d'adaptation technologique.

Les projets financés contribuent :

  • au développement économique et régional
  • à la sécurité des aliments
  • à la santé animale
  • à la protection de l'environnement.

Cultivons l'avenir

Pour tout renseignement sur Cultivons l’avenir, on peut consulter la page portant sur cette initiative fédérale-provinciale.

Publicité

Institut de technologie agroalimentaire Coin des jeunes Version mobile

Dernière mise à jour : 2013-04-26

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017