Pour un secteur de la transformation des viandes plus compétitif

Les entreprises de transformation alimentaire faisant le commerce interprovincial ou international de produits carnés doivent se conformer aux règles de qualité et de salubrité des aliments établis par l’Agence canadienne d'inspection des aliments.

Programme de soutien à la salubrité et à la qualité des aliments

Le Programme de soutien à la salubrité et à la qualité des aliments (PSSQA), lancé en octobre 2009, a permis à plusieurs entreprises de bénéficier d’un soutien financier destiné à favoriser l’implantation d’un système de contrôle et de gestion de la qualité. Les entreprises du secteur carné, sous inspection provinciale, ont ainsi pu profiter d’une aide financière dont une partie était offerte en vertu de l’accord Cultivons l’avenir intervenu entre le Canada et le Québec.

Employés dans une entreprise de transformation de la viandeLe volet 2 du PSSQA vise à appuyer les entreprises dans leur projet d’implantation d’un système de contrôle et de gestion de la qualité basé sur les principes de la méthode HACCP (Hazard analysis critical control point). Cette méthode représente une approche éprouvée permettant le contrôle de la qualité des aliments transformés.

Histoire à succès

C’est précisément aux fins d’implanter cette méthode que Viandes Paquette inc., une entreprise familiale spécialisée dans le domaine de la transformation alimentaire, a obtenu l’aide financière du PSSQA.

« Durant plus de 45 ans, nous nous sommes conformés aux exigences alimentaires provinciales, suffisantes pour servir le marché local. En 2010, nous avons choisi de nous ouvrir aux marchés pancanadiens et internationaux. Forts de notre expérience et de notre savoir-faire, nous avons voulu nous donner les moyens de rester compétitifs et de conquérir de nouvelles places sur le marché », a souligné le président de l’entreprise, Guy Paquette.

Cette aide financière a permis à Viandes Paquette :

  • d'acquérir de l’équipement destiné à améliorer la qualité de ses produits
  • de couvrir une partie du salaire du coordonnateur de l’adoption de la méthode HACCP et le coût de certaines analyses de laboratoire nécessaires à l’obtention de la reconnaissance HACCP
  • de s’assurer les services de consultants qui ont contribué à développer et à mettre en place le système HACCP.  

Cultivons l’avenir 

Pour tout renseignement sur Cultivons l’avenir, on peut consulter la page portant sur cette initiative fédérale-provinciale.

 
Ne pas remplir ce champs

Publicité

Institut de technologie agroalimentaire Coin des jeunes Version mobile

Dernière mise à jour : 2012-02-06

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017