Choix du site

Un site destiné à la production piscicole en eau douce doit présenter 2 caractéristiques principales :

  • un potentiel hydrique suffisant pour réaliser la production envisagée : Comme l'élevage des poissons s'effectue dans l'eau, cette ressource doit être disponible en quantité suffisante. Elle doit également présenter les caractéristiques physicochimiques requises par la production piscicole choisie. Une étude hydrogéologique s'avère souvent nécessaire afin d'évaluer le potentiel hydrique d'eau souterraine d'un site.
  • un cours d'eau récepteur ayant la capacité d'absorber les rejets générés de la production piscicole

D'autres éléments doivent également être pris en considération :

  • la superficie du terrain à acquérir : Le terrain doit être suffisamment grand pour accueillir les infrastructures d'élevage (étangs, bassins et bâtiments). L'espace réservé au traitement des eaux usées doit également être prévu.
  • la possibilité de pourvoir le site des services courants : accès routier en toute saison, électricité (tension de 550 volts généralement préférable à 110-220 volts), ligne téléphonique, etc.
  • la topographie du terrain et la nature du sol : Une légère pente facilite l'aménagement des bassins en série. Des sols meubles simplifient le creusage et le remblayage.

La protection de l'environnement

L'élevage des poissons génère inévitablement des rejets de solides en suspension ou de phosphore et d'ammoniac dans l'eau. Des normes environnementales en matière de rejets doivent être respectées. La capacité d'absorption du milieu récepteur est déterminante.

Pour chaque cours d'eau récepteur des effluents piscicoles, on calcule des objectifs environnementaux de rejets. Ces concentrations constituent les limites à ne pas dépasser. Elles sont établies en prenant en tenant compte :

  • de la sensibilité du milieu
  • des apports déjà existants
  • de la capacité de dilution du cours d'eau récepteur

Un cours d'eau récepteur dont le débit est supérieur au débit du projet piscicole est nécessaire pour réaliser les objectifs environnementaux. Cela, même si on fait du traitement d'eau dans l'entreprise.

Une production alternative

La production piscicole dans des unités de recirculation et de filtration biologique (REFB) tend à se répandre de plus en plus.

Avantages par rapport à la production traditionnelle en circuit ouvert

  • un potentiel hydrique moindre
  • une régulation thermique de l'eau à coût abordable
  • des rejets dans l'environnement réduits en raison de l'efficacité accrue du traitement des eaux usées
  • une recherche de site facilitée, sans nécessité de de débits d'eau importants pour la production et les rejets

La mise en place d'une station piscicole en REFB est cependant plus complexe. Son exploitation est plus technologique et nécessite un suivi plus spécialisé.

En savoir plus

Une question d'expertise

La recherche d'un site requiert une certaine expertise en production piscicole, en évaluation du potentiel hydrique et en qualité de l'eau, de même qu'en réglementation piscicole.

Une aide technique est offerte aux promoteurs pour guider leur choix d'un site. De plus, une aide financière peut être accordée pour la détermination du potentiel hydrique souterrain d'un site.

Joindre les directions régionales de la SMPAC.


Dernière mise à jour : 2016-11-29

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2018