Réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES)

Adapter l'agriculture québécoise et réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) font partie du quotidien des producteurs agricoles.

Comment faire?

Plusieurs solutions sont envisageables. En voici quelques-unes :

  • Améliorer les modes d'élevage, l'alimentation et la génétique des animaux, en vue :
    • d'abaisser la teneur en azote des déjections
    • de réduire (chez les ruminants en particulier) l'émission de gaz intestinaux ou gastro-intestinaux
    • d’augmenter leur performance zootechnique (fertilité et productivité). 
  • Stocker le fumier dans des structures d’entreposage étanches, de manière à limiter la formation et la libération de GES.
  • Optimiser l'emploi des engrais et des fertilisants pour éviter la perte ou l'excès d'azote. Pour ce faire, il est conseillé : 
    • d'appliquer la bonne dose, au bon moment et au bon endroit, en tenant compte du type de sol, des besoins réels de la plante et des conditions climatiques 
    • d'utiliser des épandeurs capables de diminuer leur volatilisation dans l'atmosphère lors du chargement, du transport et de leur application 
    • de valoriser les engrais de ferme avant de recourir aux engrais minéraux.
  • Recourir à des mesures de lutte contre l'érosion et le lessivage des nutriments du sol, telles que : 
    • l'implantation des plantes de couverture pour éviter de laisser à nu le sol, avant, pendant ou après la croissance d'une culture 
    • la rotation équilibrée des cultures. 
  • Réduire la consommation de combustibles fossiles par une meilleure utilisation des tracteurs et en optant pour des moteurs, des ventilateurs et des systèmes d'éclairage à haut rendement énergétique.
  • Remplacer les combustibles fossiles par des formes d'énergie renouvelables (biomasse, énergies géothermique, éolienne et solaire).
  • Améliorer le stockage du carbone dans les sols.
  • Augmenter la surface en matière ligneuse comme les haies brise-vent à la ferme.

Également, les pratiques agricoles qui favorisent l’augmentation d’un humus stable dans les sols diminuent les émissions de CO2 vers l’atmosphère. Ces pratiques peuvent être :

  • la réduction de l'intensité des labours
  • la conversion des cultures annuelles en cultures pérennes
  • l’utilisation des techniques agroforestières.

Quelles sont les objectifs à atteindre?

Le secteur de l'agriculture adapte aussi ses façons de faire afin de contribuer à la lutte contre les changements climatiques. Pour réduire les émissions de GES de 20 % sous le niveau de 1990 d’ici 2020, le Québec s’est fixé des objectifs à atteindre dans le Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques.

Deux priorités sont sous la responsabilité du Ministère et visent à :

  • outiller les agriculteurs pour mieux gérer les émissions de GES des cultures et des élevages
  • soutenir les acteurs économiques vulnérables dans l'adaptation aux changements climatiques.

Plus précisément, les actions ciblées couvrent :

  • le recouvrement étanche des structures d'entreposage des déjections animales et le traitement du biogaz
  • l’amélioration des grilles de fertilisation des cultures et la mise en place de projets permettant d’informer et de diffuser des connaissances
  • le développement de projets de recherche et de transfert en lien avec les ennemis des cultures, l’agroforesterie ainsi que la gestion de l’eau.

Ces projets peuvent être mis en œuvre avec le soutien du Programme Prime-Vert.

Lien utile

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2017-04-20

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017