Santé des sols

La rentabilité et la qualité de la production agricole dépendent directement de la santé des sols cultivés. En plus de favoriser une meilleure adaptation des végétaux aux changements climatiques, le sol est aussi responsable :

  • de la régulation de l’atmosphère
  • du cycle de l’eau et de son épuration
  • de la dégradation des polluants
  • du stockage du carbone.

Divers phénomènes de dégradation peuvent cependant affecter le sol, notamment :

  • la compaction qui accroît sa densité
  • la détérioration de sa structure
  • l'érosion causée par le vent ou l'eau
  • la diminution du taux de matière organique.

Quand le sol est malade...

Les impacts de la dégradation des sols sur les plans environnemental et économique sont difficiles à mesurer, mais ils peuvent être majeurs :

  • pertes de sols, d’éléments nutritifs et de pesticides dans l’environnement
  • diminution de la fertilité des sols
  • dommages aux cultures lors de stress causé par l'eau ou la chaleur ou par l'intervention de divers ravageurs
  • rentabilité plus fragile.

Cultiver un sol sain et fertile

Il existe plusieurs pratiques efficaces pour améliorer la santé des sols et les rendre moins vulnérables aux sources de dégradation.

Évaluation de l'état des sols

Évaluation de l'état des sols
Photo : Janylène Savard, MAPAQ

Établir un diagnostic

Il est nécessaire de réaliser une bonne évaluation de l’état des sols avec l'aide d'un agronome spécialisé. Il pourra cibler les problèmes et faire des recommandations judicieuses.

Adapter ses méthodes de travail

Choisir des rotations équilibrées contribue à préserver un sol en santé. 

Plus précisément, il est conseillé de faire des rotations d’au moins trois cultures, en intégrant des cultures de couverture, des cultures pérennes ou des cultures servant de protection hivernale des sols. Également, l'implantation de plantes de couverture vient nourrir le sol et le protéger des risques d'érosion et des pertes d'éléments fertilisants.

Par ailleurs, réduire le travail du sol a aussi beaucoup d’effets positifs. Cette méthode permet :

  • de limiter l’érosion
  • d'accroître la biodiversité
  • de diminuer certains coûts d’opérations (ex. : carburant).

Certaines techniques sont moins dommageables pour la structure du sol, notamment :

  • le semis direct (sans labour)
  • le travail réduit (qui conserve plus de 30 % de résidus de cultures à la surface du sol)
  • la culture sur billons permanents.
    Champ de soya en semis direct

    Champ de céréales en semis direct
    Photo : Janylène Savard, MAPAQ

Il est aussi recommandé :

  • d’éviter de récolter les résidus de culture au champ
  • de mettre en place des techniques pour prévenir la compaction des sols, par exemple :
    • ajuster la pression des pneus
    • faire la technique de la circulation contrôlée de la machinerie
    • adapter le matériel d’épandage.

La conservation des sols, un travail d'équipe!

Vous êtes producteurs agricoles? Plusieurs mesures d'appui sont prévues pour vous aider à mettre en place des pratiques bénéfiques pour la conservation des sols :

Vous pouvez aussi communiquer avec le conseiller de votre région (PDF, 72 ko) pour obtenir plus de détails sur l'aide offerte par le MAPAQ.

Voir aussi

Liens utiles

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2016-08-31

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017