Gestion écologique de l’eau dans le potager

L’eau est une richesse collective que nous avons la responsabilité de protéger.

Différentes solutions existent pour économiser l’eau au potager :

Récupérer l’eau de pluie

L’eau de pluie est de très bonne qualité pour les usages horticoles extérieurs.

Il est à la fois économique et écologique de la conserver pour arroser :

  • les aménagements paysagers urbains
  • les potagers
  • les jardins
  • les parcs.

La récupération de l’eau de pluie permet aussi :

  • de réduire la pression exercée sur les systèmes de traitement des eaux municipaux
  • de réduire le coût des opérations de potabilisation et d’assainissement des eaux
  • assurer un recyclage naturel de l’eau par infiltration et évaporation.

Ainsi, les villes subventionnent les initiatives d’agriculture suivantes :

  • les ruelles vertes
  • les saillies de trottoirs végétalisés
  • les pavés perméables
  • les toits verts.

La manière la plus commune de récupérer l’eau des précipitations est d’installer un baril récupérateur d’eau de pluie connecté à un système de gouttières.

Baril récupérateur d'eau de pluie.

Baril récupérateur d'eau de pluie.
Photo : iStock.

Vous pouvez vous procurer des barils récupérateurs d’eau de pluie à faible coût auprès de certaines municipalités ou d’organismes locaux.

Vous pouvez aussi fabriquer votre propre système de récupération d’eau de pluie, par exemple en recyclant des barils industriels.

Choisir le bon moment pour arroser

  • Arrosez en fin d’après-midi, après une nuit fraîche.
  • Arrosez tôt le matin et en fin d’après-midi, pendant les journées chaudes.

Il faut un arrosage modéré, mais fréquent, pour permettre un bon développement racinaire des plantes. Il est nécessaire que l’eau pénètre le sol en profondeur.

Truc et astuce : Après l’arrosage, enfoncez un doigt dans la terre. Si elle est encore sèche, c’est qu’elle n’est pas assez arrosée.

Utiliser un paillis au sol

Le paillis limite l’évaporation de l’eau du sol et crée un « effet tampon » qui limite le ruissellement après les fortes pluies.

Le paillis peut être composé de :

  • feuilles mortes
  • pailles
  • copeaux de bois (bois raméal fragmenté).

Cultiver des plantes adaptées au climat québécois

Les plantes adaptées au climat québécois présentent un système racinaire plus développé, permettant de mieux capter l’eau d’irrigation ou de pluie. Il est donc judicieux de choisir des variétés qui s’accommodent bien aux précipitations moyennes du Québec.

Truc et astuce : Informez-vous auprès de votre jardinerie ou de vos semenciers pour de plus amples conseils.

Utiliser des bacs à réserve d’eau

Les bacs à réserve d’eau permettent de faire pousser facilement des légumes et des fines herbes en ville.

Il s’agit d’une jardinière à double fond, contenant un réservoir d’eau. Cela permet un arrosage moins fréquent et une plus grande production.

Il s’utilise dans tous les environnements urbains :

  • balcons
  • toits
  • terrasse
  • surfaces de béton
  • terrains contaminés
  • escaliers
  • suspendu à des clôtures, rampes ou plafonds.

Il est possible de fabriquer soi-même un bac à réserve d’eau ou de l’acheter préfabriqué.

Utiliser un goutte à goutte

Le système d’irrigation goutte à goutte permet d’arroser le pied des plants de manière fréquente, régulière et très ciblée.

Système d'irrigation goutte à goutte.

Système d'irrigation goutte à goutte.
Photo : Martin Blache, MAPAQ.


Cette technique est à privilégier pour les plants exigeants en eau, tels que :

  • les concombres
  • les poivrons
  • les tomates
  • les aubergines.

Il est possible de connecter un système goutte à goutte à un baril de récupération d’eau de pluie pour une récupération efficace de l’eau.

Voir aussi

Pour en savoir plus

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2017-06-13

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2018