Diarrhée épidémique porcine (DEP) et deltacoronavirus porcin (DCVP)

La propagation de la diarrhée épidémique porcine (DEP) ou du deltacoronavirus porcin (DCVP) sur le territoire québécois pourrait avoir des répercussions considérables sur l’industrie porcine. Les acteurs du secteur porcin québécois, de concert avec le MAPAQ, sont à pied d’œuvre devant la menace que représente ces maladies. La DEP a fait son apparition aux États-Unis en 2013 tandis que plusieurs cas du DCVP ont été identifiés aux États-Unis et en Ontario depuis février 2014.

Il n'y a actuellement aucune ferme positive à la DEP au Québec. La première détection du virus de la DEP au Québec remonte au 22 février 2014. Le tableau 1 fait état des sites confirmés positifs ainsi que leur statut actuel en regard de la maladie. Aucun cas de deltacoronavirus porcin (DCVP) n'a été rapporté à ce jour.

Le MAPAQ et ses partenaires continuent tout de même de suivre la situation de près, vu les sites positifs ailleurs au Canada et aux États-Unis, et la vigilance reste de mise partout au Québec.

Le 22 février 2014, un premier cas de DEP a été confirmé  sur le territoire québécois. Tous les moyens ont alors été pris pour limiter la propagation du virus. Le MAPAQ et ses partenaires continuent de suivre la situation de près. La vigilance reste de mise partout au Québec.

 Tableau 1 - Sites confirmés positifs à la diarrhée épidémique porcine

Site Date de confirmation
 du laboratoire
Région Type d'élevage Statut actuel
1 22 février 2014 Montérégie Engraissement Négatif
2 6 novembre 2014 Montérégie Engraissement Négatif
3 31 décembre 2014 Montérégie Pouponnière/ Engraissement Négatif
4 6 janvier 2015 Montérégie Pouponnière Négatif
5 6 janvier 2015 Montérégie Engraissement Négatif
6 8 janvier 2015 Montérégie Pouponnière Négatif
7 9 janvier 2015 Montérégie Pouponnière Négatif
8 9 janvier 2015 Montérégie Pouponnière Négatif
9 12 janvier 2015 Montérégie Maternité Négatif
10* 16 janvier 2015 Montérégie Engraissement Négatif
11* 5 février 2015 Montérégie Engraissement Négatif
12* 5 février 2015 Montérégie Engraissement Négatif
13* 10 mars 2015 Montérégie Engraissement Négatif
14* 12 mars 2015 Montérégie Engraissement Négatif
15 22 avril 2015 Centre-du-Québec Engraissement Négatif

*Site de production identifié positif suite au déplacement de porcs infectés à la DEP.

Description de la maladie

La DEP est causée par un virus et cette maladie est présente dans quelques pays asiatiques où se retrouvent aussi les souches les plus virulentes. La souche identifiée en 2013 aux États-Unis et en 2014 au Canada s’est avérée être similaire à une souche qui circule en Chine. Le DCVP a été découvert en 2012 à Hong Kong.

Les virus de la DEP et de la DCVP occasionnent tous deux des maladies contagieuses qui attaquent le système digestif des porcs. Ces maladies peuvent toucher les porcs de tout âge, mais le taux de mortalité est plus élevé chez les porcelets. Dans le cas de la DEP, la mortalité peut atteindre un taux de 100 % chez les porcelets non sevrés  et causer des répercussions économiques importantes. En comparaison, la mortalité observée est moins élevée en cas de DCVP.

Symptômes

Les animaux atteints peuvent présenter selon leur âge un certain nombre de symptômes :

  • diarrhée abondante
  • selles molles
  • vomissements
  • perte d’appétit.

Transmission de la maladie

La diarrhée épidémique porcine et le deltacoronavirus porcin ne se propagent pas aux autres espèces animales ni aux humains. Les produits de porc peuvent donc être consommés sans risque.

La maladie peut se transmettre lorsque des porcs en santé entrent en contact avec des porcs qui sont infectés.

La transmission peut aussi avoir lieu de façon indirecte :

  • des porcs sains sont susceptibles d'être infectés quand ils entrent en contact avec :
    • des véhicules de transport qui ont servi à transporter des bêtes atteintes de la maladie
    • une surface ou du matériel contaminé, incluant les aliments du bétail.
  • les vêtements et les chaussures souillées que portent les visiteurs ou les acteurs de l’industrie sur les lieux où sont rassemblés des porcs peuvent aussi contribuer à disséminer le virus.

Surveillance et inspection

Le MAPAQ assure la surveillance des maladies animales et coordonne les activités du Réseau d’alerte et d’information zoosanitaire (RAIZO) et des réseaux sentinelles.

Dans le cadre des activités du réseau porcin, des avis concernant la DEP et le DCVP sont envoyés régulièrement aux médecins vétérinaires à l'oeuvre dans ce secteur ainsi qu’aux travailleurs de laboratoires. Ces avis visent à assurer le maintien de la vigilance relativement aux cas cliniques causés par ces virus et ainsi à accroître les chances de détection précoce.

Un programme de surveillance est en place pour faciliter la détection rapide de la DEP et du DCVP sur le territoire québécois. Les médecins vétérinaires qui suspectent un cas de DEP ou de DCVP ont ainsi la possibilité de prélever et de soumettre gratuitement des échantillons au Laboratoire d’épidémiosurveillance animale du Québec à Saint-Hyacinthe.

Surveillance accrue

Les directeurs de laboratoires sont tenus de déclarer tout résultat d’analyse indiquant la présence du virus de la DEP ou du DCVP. Il est ainsi possible d'exercer une surveillance accrue de ces maladies au Québec et de réagir rapidement si un cas est signalé.

Prévention et traitement

Présentement, il n'y a aucun traitement pour la DEP et le DCVP. Les éleveurs les exploitants des abattoirs, les transporteurs et les responsables des centres de rassemblements se doivent d'adopter des mesures préventives. Des fiches de biosécurité sur la DEP, préparées à leur intention, sont disponibles sur le site internet des Éleveurs de porcs du Québec. Au Québec, des mesures de prévention sont mises en œuvre, plus particulièrement des activités de sensibilisation visant les :

  • éleveurs
  • transporteurs
  • exploitants des abattoirs.

Les éleveurs de porcs du Québec sont priés d'aviser immédiatement leur médecin vétérinaire à la vue de signes cliniques compatibles avec la DEP ou le DCVP afin d'établir un diagnostic. Ils sont aussi priés de signaler tout cas positif à l’Équipe québécoise de santé porcine du Québec. Elle sera à même de les accompagner pour appliquer des mesures de contrôle et limiter les répercussions sur leur entreprise et l’industrie.

  • Équipe québécoise de santé porcine
    1 866 218-3042

Les éleveurs, les exploitants des abattoirs, les transporteurs et les responsables des centres de rassemblement se doivent d'adopter des mesures préventives. Des fiches de biosécurité sur la DEP, préparées à leur intention, sont disponibles sur le site internet des Éleveurs de porcs du Québec.

L’Agence de services frontaliers du Canada a aussi été sensibilisée à l’importance du nettoyage des véhicules de transport d’animaux qui traversent la frontière canadienne. L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a été invitée à prendre les mesures nécessaires pour l’approvisionnement sécuritaire des aliments destinés aux porcs et éviter ainsi les risques de contamination.

Voir aussi

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2017-11-23

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017