Encéphalomyélite équine de l'Est

L'encéphalomyélite équine de l'Est (EEE) est une maladie virale causée par un arbovirus (arthropod-borne virus). Au Québec, les cas d'EEE sont généralement observés entre les mois de juin et d'octobre. Les moustiques transmettent ce virus aux chevaux ou aux humains.

Effets chez l'humain

  • Période avant l'apparition des symptômes : de 5 à 15 jours.
  • Symptômes : la maladie est très rare chez l’humain, mais elle est généralement sévère et peut se traduire par des maux de tête, de la fièvre, des douleurs musculaires, une conjonctivite, des tremblements, une paralysie, la désorientation, des convulsions ou d’autres signes nerveux qui peuvent entraîner des séquelles permanentes ou la mort.
  • Durée de la maladie : le processus de guérison varie en fonction de la gravité de la maladie.

Effets chez l'animal

L'EEE touche davantage certains animaux sensibles, particulièrement le cheval, chez qui la maladie se manifeste normalement en deux phases :

  • La première phase commence de 18 à 24 heures après l'infection, alors qu'une période de fièvre d'environ 24 heures peut être observée.
  • La seconde phase commence de 4 à 6 jours après l'infection et dure de 1 à 4 jours. Elle s'accompagne de certains signes nerveux :
    • faiblesse (état de prostration)
    • membres écartés, tête près du sol et lèvres pendantes
    • manque de coordination, comportement erratique
    • tournis et convulsions
    • cécité.

De 75 à 90 % des chevaux qui présentent des signes nerveux meurent après 1 à 5 jours et les séquelles cérébrales sont fréquentes chez les quelques survivants.

L'EEE peut aussi infecter d'autres espèces animales, tant domestiques que sauvages. Cependant, la très grande majorité d'entre elles combattent le virus et ne manifestent aucun symptôme. Les signes cliniques observés chez ces animaux ressemblent à ceux de plusieurs autres maladies : fièvre, faiblesse, absence de coordination, spasmes musculaires, convulsions et changements de comportement.

Les cailles, les perdrix, les faisans, les émeus et les autruches sont vulnérables à l'EEE. La maladie peut se manifester notamment par :

  • de la diarrhée abondante
  • de la fièvre
  • de la prostration
  • une paralysie partielle ou totale d'une ou des deux pattes
  • des mouvements circulaires involontaires
  • des mortalités.

Comment l'animal et l'humain sont-ils contaminés?

  • Par les piqûres de moustiques, porteurs du virus après avoir piqué un oiseau infecté. Ils peuvent transmettre le virus en piquant ensuite un autre animal ou un humain. Un animal infecté peut indiquer la présence de moustiques porteurs du virus dans l'environnement immédiat ou dans un endroit visité récemment par son propriétaire. Conséquemment, il est important que ce dernier se protège des moustiques.
  • Exceptionnellement, par un contact avec des animaux malades ou morts, sans protection adéquate.

Prévention des infections à l'encéphalomyélite équine de l'Est

  • Vacciner les chevaux contre l'EEE avant la période à risque : au Québec, un cheval vacciné au début du mois de mai (y compris la dose de rappel) est protégé jusqu'aux premiers gels.
  • Assécher les plans d'eau stagnants sur le terrain, qui sont des lieux privilégiés pour la reproduction des moustiques.
  • Bien nettoyer et désinfecter les auges chaque semaine afin d'empêcher la multiplication des moustiques.
  • Garder l'animal à l'intérieur pendant les périodes d'activité des moustiques, surtout à l'aube et au crépuscule.
  • S'assurer que l'écurie est pourvue de moustiquaires en bon état et qu'il n'y a pas d'endroit propice à la multiplication des moustiques.
  • Utiliser un insectifuge approprié. Certains produits semblent être efficaces sur une courte période pour protéger les chevaux contre les piqûres d'insectes. Il faut s'assurer de respecter les recommandations du fabricant. 

Surveillance

Les médecins vétérinaires participent à la surveillance qu'assurent le MAPAQ et ses partenaires, contribuant à mieux prévenir les risques pour les chevaux et les humains. L'information découlant de la surveillance de l'EEE au Québec est détaillée dans le tableau qui suit.

Nombre de cas de chevaux infectés par le virus de l'EEE signalés au MAPAQ

Région administrative 2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010 2009 2008
Centre-du-Québec 0 0 1 0 0 0 0 0 0 6
Chaudière-Appalaches 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0
Estrie 0 0 0 0 0 0 0 0 0 4
Lanaudière 0 2 0 0 0 0 0 13* 7* 5*
Montérégie 0 0 0 1 0 0 0 0 3 4
Laurentides 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0
Outaouais 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0
Total pour la province 0 2 2 2 1 0 0 14 10 19

*Un troupeau d'émeus a également été déclaré positif à l'EEE dans cette région.

Traitement

Il n'existe pas de traitement spécifique pour les infections au virus de l'EEE. Un traitement de soutien est toutefois utilisé pour réduire la gravité des signes cliniques.

Liens utiles

Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2017-10-05

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2018