Toxoplasmose

La toxoplasmose est une maladie causée par un parasite protozoaire (Toxoplasma gondii).

Effets chez l'humain

La plupart du temps, l'infection est sans symptômes.

  • Symptômes possibles : fatigue, fièvre, maux de tête, douleurs musculaires, inflammation des ganglions, lésions oculaires.
  • Jeunes enfants et personnes âgées ou dont le système immunitaire est affaibli : les signes cliniques peuvent se compliquer et inclure une encéphalite.

Effets chez les animaux

La plupart du temps, l'infection est sans symptômes.

  • Moutons, chèvres et porcs : cause majeure d'avortement, mort-nés, encéphalites et lésions oculaires.

Comment l'humain est-il contaminé?

  • Principalement par la consommation d'aliments contaminés, surtout la viande insuffisamment cuite, dont la viande de gibier ou de mouton, mais également les légumes ou les fruits mal lavés (ex. : légumes d'un potager visité par des chats), ou encore le lait cru.
  • Par le contact avec les excréments de certains animaux domestiques (chats, chevaux, bovins, porcs).

Prévention

Limiter l'infection du bétail

  • Garder les aliments des animaux dans des silos ou d'autres contenants à l’abri des chats et des rongeurs.
  • Se débarrasser rapidement et adéquatement des placentas et des avortons afin d’empêcher les chats ou la vermine de les atteindre.
  • Effectuer un contrôle de la vermine.
  • Faire stériliser les chats et les nourrir adéquatement pour diminuer la chasse.

Limiter l'infection des chats

Comme le chat est à l’origine de la contamination environnementale, les interventions doivent viser avant tout à l’empêcher de s’infecter.

  • Nourrir les chats uniquement avec de la nourriture commerciale ou des aliments cuits correctement. Éviter de leur donner de la viande crue.
  • Empêcher les chats de chasser (ex. : mettre une clochette à leur cou pour diminuer leurs chances de capturer des proies).
  • Pour les gens ayant un système immunitaire affaibli, garder de préférence son ou ses chats à l’intérieur et éviter de prendre soin d’un chat dont le statut sanitaire est inconnu.

 Éviter la transmission par la litière

  • Éviter le contact des femmes enceintes avec les excréments des chats.
  • Enlever les excréments et l’urine tous les jours et les jeter avec les ordures ménagères. Le nettoyage fréquent de la litière est essentiel afin d'empêcher que les oocystes, des parasites, n'aient le temps de devenir infectieux (après 3 ou 4 jours).
  • Utiliser de la litière agglomérante, qui, par ses propriétés absorbantes, crée des conditions peu propices à la sporulation des oocystes.
  • Se laver les mains après avoir manipulé la litière.
  • Désinfecter le bac de façon périodique en le vidant puis en le remplissant d’eau bouillante qu’on laisse ensuite agir pour au moins 10 minutes. Les désinfectants domestiques n’ont que peu d’efficacité contre ce parasite.
  • Porter des gants lors du nettoyage et de la désinfection du bac et les laver après chaque usage avant de les retirer.

Limiter la contamination de l'environnement

  • Recouvrir les bacs à sable lorsqu'ils ne sont pas utilisés afin d’empêcher les chats d’y avoir accès.
  • Si le carré de sable est contaminé, enlever complètement le sable et le remplacer.
  • Enlever, avec une pelle, toute matière fécale découverte sur le sol en prenant soin de prélever le sol qui l’entoure et qui aurait pu être contaminé. Il n’est pas recommandé d’enterrer les selles ou d’en faire du compost.

Lien utile

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2017-11-15

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2018