Santé des sols, il n'y a pas de solution magique!

Semis direct de soya dans une culture précédente de maïs-grain

© Photo : Denis Ruel, MAPAQ

La santé des sols est partie intégrante de la conservation des sols et de l’eau et se doit d’être un travail constant pour développer une agriculture durable et rentable. Un bon nombre de pratiques peuvent contribuer à améliorer ou conserver la santé des sols de vos champs. Parmi celles-ci, on y retrouve notamment les choix judicieux de rotations des cultures, le travail minimal du sol, le semis direct, l’utilisation de plantes couvre-sol et d’enfouissement, l’apport d’amendement calcaire et organique et le maintien d’un bon égouttement des sols.

La dégradation structurale menace bien des sols au Québec, particulièrement ceux à texture fine, humide, faible en matière organique et érodée. Bien qu’il semble que les méthodes culturales qui aident à conserver les sols sont de plus en plus et de mieux en mieux utilisées, il reste encore du travail à faire. Ces pratiques agricoles requises pour maintenir la santé des sols sont d’autant plus importantes là où l’on pratique une culture intensive.

En 2015, Année internationale des sols, il est important de se tenir à l’affût et adopter ou adapter les pratiques agricoles qui améliorent et maintiennent la santé des sols. Il est important de bien comprendre tous les tenants et les aboutissants pour obtenir du succès dans la mise en place de ces pratiques.

Un sol en santé, c’est quoi au juste?

Dans un document intitulé : « La santé de nos sols : Vers une agriculture durable au Canada », on définit que « la santé du sol représente sa capacité à soutenir la croissance des cultures sans se dégrader ou nuire autrement à l’environnement. » On y mentionne également « qu’un sol en santé est un élément essentiel d’un environnement sain et est le fondement d’une agriculture durable. »

Dans un contexte plus large, « la conservation des sols combine toutes les méthodes de gestion et d’utilisation des terres qui préviennent la diminution ou la détérioration des sols par des causes naturelles ou humaines » (D.F Acter et D. Richard Coote). La conservation des sols ne doit pas seulement viser qu’à gérer les sols de manière à les protéger contre l’érosion par l’eau et par le vent, c’est bien plus que cela. On doit les protéger contre les dommages occasionnés par la machinerie agricole (ex. : tassement, compactage), par la dégradation de la matière organique et de la structure du sol, ainsi que des changements nocifs pour leur composition chimique (ex. : acidification).

« Un sol en santé permettra le maintien de la biodiversité du sol. Il pourra résister à la dégradation du sol, notamment l’érosion et la compaction. » (Adam Hayes, MAAARO). On pourrait dire qu’un sol en santé a une capacité de résilience supérieure permettant de soutenir des rendements de culture satisfaisants, malgré les aléas climatiques défavorables et les attaques de ravageurs potentiels.

Pour montrer l’importance de la matière organique comme étant un indicateur clé de sa santé, ce dernier auteur rapporte des études qui mentionnent qu’avec une augmentation de la teneur en matière organique de 1 % à 4 %, l’activité biologique s’accroît de 60 % à 100 % et la structure du sol s’améliore de 10 % à 100 %. Durant ces mêmes études, le potentiel relatif d’érosion du sol avait diminué de 100 % à 65 %. Dans une autre étude, il rapporte que la stabilité structurale a augmenté de 2,5 fois lorsque la rotation des cultures passe d’une seule à trois cultures. La stabilité structurale des parcelles en semis direct était améliorée de 80 % en comparaison au semi conventionnel.

Être persuadé de toute l’importance que revêt la santé des sols est donc un atout majeur pour la durabilité et la rentabilité des entreprises agricoles tout en protégeant l’environnement, la qualité de l’air et de l’eau.

« Aucune potion magique ne peut améliorer instantanément la santé du sol. C’est un travail constant; en fait, c’est un travail de toute une vie. » (Anne Verhallen, MAAARO). 

Logo "2015, année internationale des sols"

Références :

  • La santé de nos sols : Vers une agriculture durable au Canada
    D.F. Acton and L.J. Grégorich, Centre de recherches sur les terres et les ressources biologiques, Direction générale de la recherche, Agriculture et Agroalimentaire Canada, publication 19061F, 1995.
  • Les sols en santé sont moins vulnérables à l’érosion
    Adam Hayes, spécialiste en gestion des sols, grandes cultures, Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario (MAAARO), Le protector, hiver 2010. 
  • Conservation des sols
    D.F. Acton and D. Richard Coote, révisé : W. Eilers, L’Encyclopédie canadienne, 2012, Fondation Historien du Canada. 
  • Maintien de la santé du sol
    Anne Verhallen, spécialiste de la gestion des sols, MAAARO, juin 2002.

 

Denis Ruel, agronome
Conseiller régional en grandes cultures

Date de diffusion : 2015-05-14

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2015-05-19

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017