Un producteur innove pour l'agroenvironnement

Caroline Turcotte
Conseillère en arboriculture fruitière et viticulture
Direction régionale de l’Estrie, MAPAQ
__________________________________________________________________________

Les gains environnementaux en agriculture émanent souvent de recherches et d’essais novateurs chez les entreprises agricoles. Pour devenir pratiques courantes, ces innovations exigent un réseau solide, soit des chercheurs, des conseillers et des producteurs qui travaillent en étroite collaboration. C’est ainsi, grâce à un réseau compétent et bien établi, que la pomiculture jouit d’avancées environnementales.

Plusieurs pomiculteurs du Québec, et particulièrement en l’Estrie, ont adopté une production fruitière intégrée, c’est-à-dire l’utilisation minimale de pratiques qui nuisent à l’environnement. D’autres vont encore plus loin dans cette production intégrée. C’est le cas de Marc Chiasson du Verger familial CR à Magog. Pour lui, la protection de l’environnement en milieu agricole passe nécessairement par l’innovation, la persévérance et son réseau de personnes-ressources.

Introduire des idées novatrices


Depuis 2008, M. Chiasson expérimente les sphères attractives pour contrôler la mouche de la pomme. Ces sphères ont été développées aux États-Unis à la station de recherche Appalachian fruit, en Virginie. Elles permettent de contrôler la population de mouche de la pomme à un niveau qui garantit la qualité des fruits tout en éliminant l’application de un à deux traitements insecticides chaque saison. On évite du même coup le risque de présence de résidus d’insecticide sur les fruits.

Être persévérant


Chercher à conserver une biodiversité en équilibre dans une monoculture comme la pomiculture n’est pas une mince affaire. Marc Chiasson nous démontre que c’est possible. Cependant, il faut, selon lui, changer sa façon de concevoir l’agrosystème. Accepter certaines fluctuations des populations de ravageurs, par exemple, et, surtout , bien préparer le verger pour l’introduction d’insectes bénéfiques. C’est d’ailleurs en limitant l’usage de certains pesticides qu’il a réussi à introduire et à conserver des prédateurs naturels d’acariens nuisibles. Depuis 2003, aucun traitement acaricide n’est utilisé dans le verger. Puis, pour restaurer la biodiversité du verger, il a installé des haies de verge d’or et d’achillée mille-feuilles, ce qui favorise l'établissement permanent de population d'insectes utiles. Il a de plus installé des nichoirs pour merle bleu et hirondelle bicolore, des oiseaux insectivores.

Profiter d’un réseautage


Son réseau de personnes-ressources l’a conduit à participer à un projet de transfert technologique sur la confusion sexuelle des mâles pour le contrôle du Carpocapse de la pomme, et les résultats de cette méthode de lutte sont très prometteurs. Et depuis quelques années, il a introduit des guêpes parasitoïdes (lathrolestes ensator) pour la répression de l’hoplocampe, un ravageur important dans les vergers de l’Estrie. Jusqu'à maintenant, une partie du verger est en autocontrôle par parasitisme.

Des efforts récompensés


Tout ce travail ne se fait pas sans heurt. Les producteurs innovateurs doivent souvent assumer des pertes de récoltes avant d’obtenir des résultats concluants, mais la persévérance apporte la reconnaissance. En 2011, Marc Chiasson a reçu le Méritas Louis Hébert du Conseil québécois en horticulture, remis annuellement à un producteur de pommes qui s'est démarqué par son dynamisme et son innovation. En 2012, le Verger familial CR a gagné le Prix d’excellence en environnement des Cantons-de-l’Est, secteur agricole et forestier. Enfin, en 2013, le comité organisateur de la Journée conservation des ressources de l’Estrie lui a remis le prix Reconnaissance en agroenvironnement.

Que retenir de tout ceci? Travailler pour sauvegarder l’environnement exige diverses qualités : une rigueur dans la régie de production, de la curiosité pour les méthodes alternatives, de la ténacité et une bonne capacité d’observation et d’expérimentation. Il faut dire que la formation d’ingénieur de Marc Chiasson lui aura servi dans sa documentation précise des suivis au champ et dans l’interprétation des résultats.

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2013-04-29

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017