Élevage de poules en ville

On associe généralement la présence d’animaux d’élevage à la vie en campagne. Toutefois, l’aménagement de poulaillers en milieu urbain est de plus en plus populaire.

Si l’élevage de poules en ville comporte des avantages, il peut aussi engendrer des problèmes. Il importe de bien vous informer avant d’entreprendre un tel projet. Pour prévenir les tracas, renseignez-vous sur les sujets suivants :

Obligations et responsabilités

Engagement à long terme

L’élevage de poules pondeuses vient avec certaines responsabilités.

Cela demande un engagement ainsi qu’un investissement en temps et en argent. Vous aurez la responsabilité de ces animaux pendant plusieurs années, en été comme en hiver. Les poules peuvent vivre jusqu’à 8 ans et elles demandent des soins quotidiens.

Vous devrez notamment vous assurer :

  • qu’elles ont suffisamment de nourriture et d’eau
  • que leur environnement est propre et adéquat
  • qu’elles reçoivent des soins si elles sont malades
  • qu’une personne fiable pourra s’en occuper en votre absence.

Risques pour la santé humaine

Le contact avec des animaux, y compris des poules, peut entraîner certains risques pour la santé humaine. Tous ceux qui sont en contact avec des animaux doivent être informés des précautions à prendre pour limiter les risques associés aux maladies animales transmissibles à l’humain, par exemple la salmonellose ou la campylobactériose.

Les personnes suivantes sont particulièrement à risque :

  • les personnes immunodéprimées
  • les femmes enceintes
  • les enfants de moins de 5 ans
  • les personnes âgées.

Réglementation

Avant d’accueillir des poules chez vous, vous devrez d’abord vérifier les règlements en vigueur dans votre milieu.

Dans votre municipalité

Toutes les municipalités n’autorisent pas la garde de poules en milieu urbain.

 

Lorsque cette pratique est permise, elle est généralement encadrée par un règlement municipal.

Ce dernier peut contenir des consignes sur :

  • la grandeur du terrain nécessaire
  • la distance par rapport aux lignes de propriété
  • les spécifications concernant le poulailler
  • la disposition des déjections animales.
    Au Québec

    Toute personne qui possède un animal ou qui en a la garde doit s’assurer de la santé et du bon traitement de ce dernier. La Loi sur le bien-être et la sécurité de l’animal s’applique autant aux éleveurs commerciaux qu’aux particuliers.

     

    Dans le cas plus précis des poules, il faut aussi tenir compte du Règlement sur les conditions de salubrité des lieux de garde d’oiseaux captifs.

     

    Le MAPAQ est responsable de l’application de ces lois provinciales.

     

    Au Canada

    La Loi sur la santé des animaux contient la liste des maladies animales à déclaration obligatoire. Les propriétaires doivent signaler immédiatement la présence d’un animal qui est atteint ou soupçonné d’être atteint de l’une de ces maladies.

     

    Le Règlement sur la santé des animaux précise les règles concernant le transport des animaux.
    L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) est responsable de l’application de ces lois fédérales.

    Choix d’un emplacement

    Assurez-vous que votre terrain est propice à l’installation d’un poulailler.

    L’endroit prévu doit répondre aux conditions suivantes :

    • Être au soleil le matin, mais à l’ombre en après-midi, surtout en été
    • Avoir un sol bien drainé, sans accumulation d’eau après une pluie
    • Offrir une surface sèche avec un toit pour le « bain » de sable et la protection
    • Fournir un abri contre les vents dominants
    • Se trouver à une distance minimale par rapport à la propriété voisine, selon les règles en vigueur dans votre municipalité.

    Vous devez installer le poulailler loin des jardins, des aires de jeux ou des aires d’alimentation. Compte tenu du risque de contamination des humains par des déjections animales, les poules ne doivent pas avoir accès à ces endroits. La zone d’élevage doit être réservée à cet usage. Elle devra être décontaminée si vous souhaitez en changer la vocation plus tard.

    Pour éviter les conflits, il est conseillé de discuter avec vos voisins de votre intention de vous procurer des poules pondeuses. Veillez à respecter la distance minimale par rapport à la propriété voisine, qui est établie par votre municipalité. Vous limiterez ainsi les nuisances potentielles (odeurs ou bruits) et les risques de litiges.

    Équipement nécessaire

    L’élevage de poules en milieu urbain nécessite un minimum d’équipement :

    • un poulailler
    • un enclos intérieur et un enclos extérieur de dimensions suffisantes
    • au moins une mangeoire et un abreuvoir
    • la nourriture appropriée.

    Poulailler

    Le poulailler doit être assez facile d’accès pour effectuer le nettoyage, ramasser les œufs et faire l’inspection. Il doit contenir au moins un perchoir et un nid.

    Les jardineries, les quincailleries ou certains sites Web spécialisés vendent des poulaillers clés en main. Vous pouvez aussi construire le vôtre. Vous trouverez des plans de construction sur Internet ou dans des publications spécialisées. Assurez-vous que vos installations sont adaptées aux hivers rigoureux et aux canicules estivales.

    Acquisition des poules

    Comme la poule est un animal social, optez pour un petit cheptel de deux ou trois poules pour débuter. Assurez-vous toutefois de respecter la réglementation municipale.

    Vous devez d’abord choisir la race de poule appropriée. La plus commune est un croisement à partir de Leghorn de couleur blanche ou brune. Les poules de cette race présentent les caractéristiques suivantes :

    • Elles sont dociles.
    • Elles s’adaptent à plusieurs types de climats.
    • Elles sont résistantes aux maladies.
    • Elles sont relativement peu bruyantes.
    • Elles commencent à pondre vers l’âge d’environ 20 semaines.
    • Elles pondent environ 250 œufs par année.

    Ces poules sont vendues dans les coopératives agricoles au printemps. Assurez-vous qu’elles proviennent d’un couvoir commercial certifié. Elles auront ainsi un statut sanitaire plus sécuritaire et devraient avoir été vaccinées.

    Entretien de l’élevage

    L’élevage de poules en milieu urbain demande du temps et des efforts. Entre autres tâches, il faut :

    • nettoyer quotidiennement l’aire de vie des poules
    • faire un nettoyage en profondeur chaque semaine
    • disposer adéquatement des déjections animales
    • disposer adéquatement des poules mortes
    • observer les oiseaux pour dépister les problèmes de santé
    • garantir le contrôle parasitaire
    • acheter du matériel
    • fournir l’eau et la nourriture appropriée
    • ramasser les œufs.

    Biosécurité et prévention des maladies

    La biosécurité vise à prévenir l’introduction de maladies ou à limiter leur propagation dans les élevages et en dehors de ceux-ci. Elle permet de diminuer les risques qui touchent :

    • la salubrité des aliments
    • la santé des autres oiseaux de l’élevage
    • la santé des autres élevages de volaille
    • la santé humaine.

    Pour prévenir les maladies, adoptez ces bonnes pratiques :

    • Évitez tout contact entre vos poules et les animaux sauvages (par exemple, les canards et les oies sauvages).
    • Nettoyez fréquemment le poulailler.
    • Détectez les symptômes de maladies et alertez rapidement votre médecin vétérinaire ou le MAPAQ au 1 844 ANIMAUX (264-6289).
    • Limitez le contact entre les poules et vos visiteurs.
    • Isolez pendant quelques jours les nouvelles poules pondeuses que vous introduisez dans votre élevage.
    Santé des poules

    Tout propriétaire doit savoir reconnaître les signes de maladies chez ses animaux. Toutefois, seul un professionnel saura poser un diagnostic et recommander un traitement approprié. En cas de maladie chez vos poules, communiquez avec un médecin vétérinaire spécialisé.

     

    Tous les professionnels de la santé animale n’offrent pas nécessairement les services et ne possèdent pas toujours l’expertise pour traiter la volaille. Assurez-vous d’obtenir les coordonnées d’un médecin vétérinaire qui s’y connaît avant d’accueillir des poules chez vous.

     

    Important! L’utilisation de médicaments sans ordonnance pour traiter les oiseaux de basse-cour peut présenter un risque pour la santé animale ou la santé humaine si cela n’est pas fait selon les recommandations d’un médecin vétérinaire.

    Santé humaine

    Certaines maladies animales peuvent se transmettre aux humains. Il est cependant possible de réduire les risques de transmission en prenant certaines précautions :

    • Les risques de contamination les plus fréquents sont liés au nettoyage du poulailler. Utilisez du matériel et portez des vêtements et des bottes réservés à cette fin. Les animaux, le matériel (seau, pelle, etc.), les vêtements ou les bottes doivent rester à l’extérieur de la maison.
    • Les enfants sont plus susceptibles de contracter une maladie. Ils doivent donc être supervisés au poulailler. Soyez attentifs à ce qu’ils gardent les mains hors de leur bouche. Apprenez-leur aussi à ne pas câliner ou embrasser les oiseaux.
    • Il est essentiel de bien se laver les mains après avoir manipulé de l’équipement ou des poules. On recommande aussi de nettoyer les œufs en les frottant délicatement avec un linge humide avant de les mettre au réfrigérateur. Les œufs trop souillés ou fêlés devraient être jetés.
    • Les personnes à risque ne devraient pas consommer d’œufs crus ou insuffisamment cuits (jaune en partie coulant, lait de poule ou préparation pour gâteau non cuite).
    Santé des autres animaux

    Certaines maladies peuvent se transmettre à d’autres animaux comme le chien et le chat. Évitez tout contact entre vos animaux domestiques et vos poules pondeuses ou leurs déjections.

    Assurez-vous également de bien contrôler la vermine. La moulée disponible en tout temps risque de l’attirer.

    Voir aussi

    Pour en savoir plus

     
    Ne pas remplir ce champs

    Dernière mise à jour : 2019-06-17

    Menu de bas de page

    Aller au Portail du gouvernement du Québec
    © Gouvernement du Québec, 2019