​Petits élevages de porcs

La peste porcine africaine (PPA) est présente en Amérique depuis la détection de la maladie en République dominicaine et à Haïti​ en 2021. Il est p​rimordial d'appliquer les m​esures nécessaires pour empêcher cette maladie d'être introduite au Canada. Les voyageurs et les propriétaires de porcs doivent être particulièrement vigilants.​

En tant que propriétaire d'un petit élevage de porcs, aussi appelé élevage de basse-cour ou élevage non commercial, vous devez veiller à la santé et au bien-être de vos cochons. Que vos porcs soient gardés à l'intérieur, dans un enclos extérieur ou au pâturage, il est important de connaître la réglementation et les recommandations à suivre pour prévenir et contrôler les maladies.​

Dans cette page :

Certains règlements à respecter pour les petits élevages de porcs​

Conditions d'élevage

Santé des porcs​

Abattage des porcs​

Consommation de la viande​

​​

Certains règlements à respecter pour les petits élevages de porcs

Les propriétaires de petits élevages de porcs doivent se conformer à la réglementation en vigueur. Voici certains règlements à respecter :


Réglementation municipale

Avant d’entreprendre des démarches pour l’acquisition de porcs, assurez-vous que votre municipalité vous permet d’en posséder. Renseignez-vous sur les restrictions et les obligations qui s’appliquent.


Bien-être et sécurité des porcs

La Loi sur le bien-être et la sécurité de l’animal (RLRQ, chapitre B-3.1) s’applique aux animaux domestiques comme le porc. Le propriétaire ou le gardien d’un porc est responsable d’assurer son bien-être et sa sécurité et de lui fournir les soins propres à ses besoins biologiques (alimentation, logement, soins médicaux). Pour en savoir plus, consultez le ​Guide d’application de la Loi sur le bien-être et la sécurité de l’animal.​​

Si les porcs doivent être transportés, cela doit être fait de façon convenable. Les personnes responsables de l’embarquement, du transport et du débarquement des animaux doivent connaître et respecter le Règlement canadien sur le transport des animaux.


Traçabilité obligatoire

Les porcs qui sont transportés d’un endroit à un autre peuvent y déplacer des virus ou d'autres agents pathogènes. Dans le cas d’une détection de certaines maladies, il est important de pouvoir retracer les animaux qui auraient pu être contaminés. Pour ce faire, vous devez obligatoirement enregistrer les lieux de garde et les déplacements de vos bêtes dans une banque de données appelée PorcTRACÉ, et ce, même si vous ne possédez qu’un seul porc. Les porcs doivent obligatoirement avoir une étiquette PorcTRACÉ ou un tatouage avant d’être envoyés à l’abattoir. Une marque de troupeau appliquée par peinture en aérosol​ à l'aide d'un pochoir sur le dos du porc est également acceptable. Pour les porcs de compagnie, la puce sous-cutanée est aussi acceptée et souvent utilisée.

Le Règlement sur la santé des animaux​ décrit les exigences d’identification et de déclaration de mouvements pour les bovins, les bisons, les moutons et les porcs. Le site Web du Conseil canadien du porc​ offre des explications à ce sujet.​​

Aliments interdits

Certains aliments carnés peuvent être contaminés par des maladies porcines hautement contagieuses, mais sans répercussion sur la santé humaine. Si ces aliments sont offerts aux porcs, ces derniers peuvent s’infecter et de graves conséquences peuvent en découler. Il est donc interdit de donner de la viande aux porcs, incluant tous les aliments pour animaux contenant de la viande ou des sous-produits de viande (par exemple de la nourriture pour chiens et pour chats). Il est aussi illégal de donner aux porcs des restes de table et de restauration contenant de la viande ainsi que des déchets internationaux (restes de nourriture des navires ou des avions). Si vous utilisez les aliments périssables des épiceries pour alimenter vos animaux, portez une attention à ce qu’ils ne contiennent pas de viande.

Pour plus de précisions sur l’alimentation appropriée pour les porcs, reportez-vous à la section Alimentation de cette page.

Conditions d’élevage

Logement

Avant de faire l’achat de vos porcelets, il faut bien préparer leur logement. Discutez avec l’éleveur ou avec votre médecin vétérinaire de vos installations pour vérifier si elles satisferont les besoins des porcs. L’installation devra aussi les protéger des intempéries (froid, pluie, coup de soleil). Un nid douillet, sous un toit, avec une bonne épaisseur de copeaux de bois et de paille permet de corriger les fluctuations des températures printanières. Des lampes chauffantes installées de façon sécuritaire pourraient également être utiles.

Il convient de fournir des objets sécuritaires aux porcs pour enrichir leur milieu de vie. Leur bien-être est amélioré si ces objets permettent d’augmenter le nombre de comportements normaux, tels que mâchouiller ou fouir, et de les diversifier. Des boyaux suspendus ou des jouets laissés au sol librement peuvent servir à atteindre ce but.

Les porcs ont un instinct fouisseur. Il faut donc s’assurer que leur milieu de vie est exempt d’objets ou de structures qui pourraient causer des blessures lorsqu’ils creusent (par exemple des structures brisées enfouies).

Si les porcs ont accès à l’extérieur, des installations adaptées doivent être fournies. Un enclos bien clôturé permet d’éviter qu’ils ne s’enfuient et n’entrent en contact avec des animaux sauvages. Ces animaux pourraient être porteurs de maladies pouvant les affecter. Une clôture électrique basse est conseillée. Les clôtures en bois traité représentent un risque de contamination de la viande par des résidus toxiques et sont, par conséquent, prohibées.

Il est recommandé de fournir aux porcs élevés en plein air des endroits où ils sont en mesure de se vautrer dans la boue. Ils doivent aussi avoir accès à une aire de repos propre, au sol sec et à l’ombre.

Vous devez prendre des précautions pour contrôler la vermine (par exemple avec des pièges à rongeurs). Les animaux domestiques ne doivent pas être en contact avec les porcs d’élevage. La présence de chats dans la porcherie ou dans l’enclos des porcs est à éviter. Les chats peuvent être porteurs de la toxoplas​mose et la transmettre aux porcs.​

Alimentation

Les aliments et l’eau fournis aux porcs doivent répondre à leurs besoins journaliers. Il est recommandé de consulter un médecin vétérinaire ou un agronome pour offrir une alimentation appropriée aux animaux de votre élevage.

  • ​Donnez-leur accès à de l’eau de bonne qualité en tout temps. L’eau doit toujours être disponible sous forme liquide; la neige et la glace ne sont pas considérées comme des sources d’eau convenables.
  • Procurez-vous un peu de moulée consommée par les porcs dans leur élevage de provenance. Vous assurerez ainsi une meilleure transition alimentaire.
  • Renseignez-vous sur les fournisseurs d’aliments à proximité. Par exemple, demandez à votre vendeur une liste de fournisseurs d’aliments de la région afin de fournir une alimentation de qualité à vos porcs. ​Il est aussi ​possible de contacter l’Association québécoise des industries de nutrition animale et céréalière pour identifier une meunerie près de votre lieu d’élevage.
Il est interdit de donner de la viande aux porcs, incluant tous les aliments pour animaux contenant de la viande ou des sous-produits de viande. Si applicable, assurez-vous que les restes de tables ou les déchets alimentaires fournis aux porcs ne contiennent pas de viande afin de ne pas contrevenir à la réglementation.

Santé des porcs

Avant l'achat

Plusieurs éléments sont à considérer et certaines questions devraient être posées au fournisseur dans le but de prendre une décision d'achat éclairée :

  • Informez-vous sur les maladies présentes dans l'élevage de provenance. Questionnez le vendeur sur la présence de signes cliniques dans l'élevage comme de la toux, de la fièvre (animaux inactifs et entassés), de la diarrhée ou du grattage. Au besoin, demandez à voir les rapports des visites vétérinaires récentes.
  • Renseignez-vous sur les pratiques de l'élevage. Demandez à voir les preuves de vaccination et de vermifugation.
  • Informez-vous sur l'historique du troupeau et de traitement des porcs achetés. Il est important de recueillir l'information sur les périodes de retrait, c'est-à-dire le délai à respecter avant de pouvoir consommer la viande.
  • À la lumière des informations obtenues, renseignez-vous auprès d'un médecin vétérinaire afin de prendre une décision d'achat éclairée.

Sélection des porcelets

  • Achetez de préférence des porcelets provenant d'un seul éleveur plutôt que de plusieurs.
  • Sélectionnez des porcs en santé. Évitez de prendre les plus petits ou les porcelets présentant une difformité ou une hernie, c'est-à-dire une bosse au niveau du nombril ou des testicules. Évitez aussi de choisir des porcelets amorphes, amaigris ou présentant de la toux, de la diarrhée ou des lésions cutanées.
  • Privilégiez l'achat de porcelets déjà castrés.
  • Vérifiez que les porcelets sont déjà sevrés et qu'ils s'alimentent bien. Le sevrage se fait habituellement entre 21 et 28 jours de vie, soit entre 6 et 9 kg. Idéalement, sélectionnez des porcelets de plus de 15 kg qui sont déjà habitués à s'abreuver et à s'alimenter seuls.

Soins et manipulation

Au Québec, l'usage des médicaments, dont les antibiotiques, est réglementé. Ceux-ci doivent être vendus uniquement sur ordonnance d'un médecin vétérinaire et la prescription doit être respectée. Pour en savoir plus, consultez la page Web Usage des ant​ibiotiques.​​​

Avant de vous lancer dans ce type d’élevage, prenez connaissance des exigences du Code de pratique pour le soin et la manipulation des porcs élaboré par le Conseil national pour les soins aux animaux d’élevage. Le Manuel de l’éleveur PorSALUBRITÉ | PorcBIEN-ÊTRE du programme Excellence du porc canadien est aussi une bonne source d’information.

Maladies transmissibles à l'humain

Le contact avec des animaux, y compris des porcs, peut entraîner certains risques pour la santé humaine. Toutes les personnes qui sont en contact avec des animaux doivent être informées des précautions à prendre pour limiter les risques associés aux maladies animales transmissibles à l'humain, comme la salmonellose. Les personnes suivantes sont particulièrement à risque :

  • les personnes immunodéprimées;
  • les femmes enceintes;
  • les enfants de moins de cinq ans;
  • les personnes âgées.

Prévention

Les risques de contamination les plus fréquents sont liés au nettoyage des enclos. Utilisez du matériel et portez des vêtements et des bottes réservés à cette fin. Les animaux, le matériel (seau, pelle, etc.), les vêtements et les bottes doivent rester à l’extérieur de la maison.

​Les enfants sont plus susceptibles de contracter une maladie. Ils doivent donc être supervisés à la porcherie. Soyez attentifs à ce qu’ils gardent leurs mains hors de leur bouche. Apprenez-leur aussi à ne pas câliner ou embrasser les porcs.

Il est essentiel de bien se laver les mains après avoir manipulé de l’équipement ou des porcs. La viande de porcs malades ne doit pas être consommée, sauf en cas d’avis contraire d’un médecin vétérinaire.

Transmission aux autres animaux

Élever des animaux de différentes espèces ensemble peut favoriser une transmission d’agents pathogènes entre eux, ce qui augmente les risques pour l’humain.

Évitez tout contact entre vos animaux de compagnie et vos porcs ou leurs déjections. Certaines maladies peuvent se transmettre à d’autres animaux, comme les chiens et les chats, qui peuvent introduire ces risques dans la maison.

Assurez-vous également de bien contrôler la vermine. La moulée disponible en tout temps risque de l’attirer.​

Maladies importantes dans le secteur porcin

Le Règlement sur la désignation des maladies contagieuses ou parasitaires, des agents infectieux et des syndromes permet d'informer rapidement le MAPAQ des suspicions ou du diagnostic de certaines maladies. Il contribue à améliorer la rapidité d'intervention lorsque nécessaire pour protéger la santé des animaux ainsi que la santé publique.

Consultez le document Avis aux propriétaires ou gardiens d'animaux (PDF, 729 ko).

Voici quelques exemples de maladies contagieuses (les trois premières maladies sont absentes du Canada) qui sont une source de préoccupation particulière au Québec et au Canada :

Mesures de prévention à adopter

Pour éviter que des maladies et d’autres agents infectieux ne s’introduisent dans votre élevage, certaines mesures de biosécurité doivent être mises en place et respectées en tout temps.

Introduction de nouveaux animaux

Introduisez seulement de nouveaux porcs dont vous connaissez la condition sanitaire et la provenance. Si vous avez déjà des porcs et que vous souhaitez en introduire de nouveaux, isolez les nouvelles bêtes pour une période minimale de 14 jours.

Soins quotidiens

L’équipement servant à alimenter et à abreuver les animaux doit être propre et accessible.

Surveillez l’apparition de signes de maladie chez vos porcs. Des exemples de signes à surveiller sont de la fièvre (animaux inactifs et entassés), des problèmes respiratoires (toux, difficultés respiratoires), de la diarrhée et des éruptions cutanées (plaques rouges).

Il est important d’avoir un ordre déterminé pour prodiguer des soins aux animaux. Commencez par les plus jeunes en allant vers les plus vieux ou des animaux sains vers les plus malades, des résidents de longue date vers les nouveaux arrivants en quarantaine, etc. Au moment d’apporter des soins aux animaux, portez des bottes lavables et des vêtements propres. Avant et après avoir soigné les animaux, lavez-vous les mains, nettoyez vos chaussures et changez de vêtements.

Si possible, conduisez l’élevage en bande unique, c’est-à-dire qu’il faut favoriser une seule entrée d’animaux en début d’élevage et la sortie de tous les porcs en une seule fois pour le transport vers l’abattoir. Il est important d’éliminer sans délai les carcasse​s d’animaux morts conformément aux règles en vigueur, municipales ou agricoles, selon le cas. Pour en savoir plus, consultez la page ​Gestion des animaux morts à la ferme​.

Visiteurs

Conservez un registre des visiteurs de l’élevage. Cela permet, en cas de maladie importante, de pouvoir établir un lien avec des élevages, de contrôler la maladie plus rapidement, et donc d’amoindrir les répercussions de celle-ci.

Assurez-vous ensuite que les visiteurs qui entrent en contact avec les porcs respectent les mêmes consignes que vous.

Contrôlez la circulation humaine en interdisant l’accès à l’élevage aux personnes non autorisées et plus particulièrement aux personnes ayant pu avoir un contact avec d’autres porcs. Pour ce faire, vous pouvez simplement verrouiller les accès aux bâtiments et installer des barrières ou des pancartes à proximité de l’élevage.

Nettoyage et désinfection

Périodiquement, lavez et désinfectez l’équipement et le matériel utilisés (pelles, abreuvoirs, mangeoires) ainsi que les surfaces du bâtiment, tout d’abord avec un détergent moussant pour décoller les matières organiques, puis à l’aide d’un désinfectant à large spectre (c’est-à-dire un désinfectant éliminant plusieurs types d’agents pathogènes). Une période de séchage doit être respectée entre la désinfection et l’entrée des animaux. Pour plus d’information, consultez le document Bases du nettoyage et de la désinfection dans les exploitations agricoles (PDF, 330 ko).

La propreté de votre véhicule, de vos chaussures et de vos vêtements durant vos déplacements (meunerie, abattoir, coopérative, etc.) est essentielle pour éviter la propagation de maladies. Aussi, assurez-vous de nettoyer et de désinfecter les véhicules ayant servi au transport des porcs.

Autres animaux

La vermine (rongeurs), les oiseaux sauvages et les autres animaux domestiques (par exemple les chats) ne devraient pas avoir accès à votre élevage, car ils peuvent transmettre des maladies à vos porcs. Des mesures de contrôle de ceux-ci devraient être mises en place.

Contacts avec d’autres élevages

Il est important d’éviter les contacts avec des élevages commerciaux (ex. : visite, prêt de matériel). De plus, les échanges de matériel, d’équipement, de moulée, de litière ou de tout autre objet servant à l’élevage avec un autre propriétaire de porcs ne sont pas recommandés en raison des risques possibles de contamination. Si un prêt de matériel est inévitable, assurez-vous que le matériel soit nettoyé et désinfecté avant et après l’emprunt.


En présence de maladie

Surveillez l’apparition de signes de maladie plus étroitement lorsqu’une maladie est présente en élevage. De plus, rehaussez l’application de toutes les mesures décrites précédemment. La page Web Mesures sanitaires offre de plus amples renseignements sur les mesures appropriées à prendre lorsqu’une maladie apparaît dans un élevage de petite ou de grande taille.​

Soins aux animaux​

​Isolez les animaux présentant des signes de maladie. Donnez-leur des soins particuliers. Par exemple, fournissez-leur une plus gra​nde quantité de litière pour les tenir au chaud. Assurez-vous qu’ils ont accès à de l’eau et à des aliments et qu’ils en reçoivent suffisamment, car ces animaux ne se déplacent pas ou peu. Ils doivent être soignés et manipulés en dernier. Vous devez utiliser des vêtements, des couvre-chaussures et du matériel distincts pour vous occuper des porcs en isolement ou des porcs malades. Si le même matériel est utilisé avec les porcs sains, nettoyez-le et désinfectez-le avant et après vous être occupé de ces animaux. Assurez-vous de bien laver vos mains avant de passer d’un groupe de porcs à un autre.

Soutien externe

Communiquez avec un médecin vétérinaire. Si vous n’avez pas de médecin vétérinaire, vous pouvez consulter la liste de médecins vétérinaires offrant des services pour les petits élevages de porcs​​​ (PDF, 170 ko) ​ou le site Web de l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec.

Vous pouvez aussi signaler toute situation inhabituelle ou toute mortalité élevée au Ministère, en composant le 1 844-ANIMAUX. De plus, si vous suspectez la présence de la peste porcine africaine dans votre élevage, vous devez communiquer avec le bureau de district de l'Agence canadienne d'inspection des aliments de votre région et avec le MAPAQ.

​Abattage des porcs

Selon le Règlement sur les aliments (chapitre P 29, r. 1), tout abattage d’un animal doit être fait uniquement dans un abattoir lorsque :
  • la chair de cet animal est destinée à la vente pour la consommation humaine;
  • elle sert à l’alimentation d’une personne autre que celle faisant l’abattage.
Une liste des abattoirs provinciaux​ est disponible.​

​Consommation de la viande

La viande provenant de porcs malades ne doit pas être consommée, sauf en cas d'avis contraire d'un médecin vétérinaire. De plus, assurez-vous de bien cuire la viande. Consultez le tableau ​des cuissons préparé par le Ministère.​

Liens utiles

Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2022-05-12

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2022