Antibiogouvernance dans le milieu vétérinaire et le secteur bioalimentaire

Pour maintenir l’efficacité des antibiotiques chez les animaux et les humains, ainsi que pour minimiser l’apparition de l’antibiorésistance, de multiples actions sont nécessaires.

L’approche Une santé au cœur de la Stratégie québécoise d​e santé et de bien-être des animaux est essentielle pour mener plusieurs de ces actions. Selon la Stratégie, la gouvernance relative aux antibiotiques ou antibiogouvernance regroupe l’essentiel des actions pour préserver l’efficacité des antibiotiques. Elle a pour objet de :

  • ​diminuer les risques de mortalité;

  • conserver un taux de réussite élevé;
  • maintenir des coûts raisonnables pour les systèmes de santé. 
L’antibiogouvernance dans le milieu vétérinaire et le secteur bioalimentaire fait appel à la surveillance, à l’éducation, à la recherche, à la prévention, à la réglementation, à l’observance thérapeutique ainsi qu’aux considérations pharmacologiques et aux données cliniques.

Plusieurs organisations partenaires p​articipent à la mise en œuvre du Plan d’action sur l’antibiogouvernance 2017-2022. Elles contribuent ainsi à l’atteinte de résultats mesurables pour l’utilisation judicieuse des antibiotiques et à la prévention de l’antibiorésistance.

Prise de position

Un projet de position concertée sur l’utilisation judicieuse des antibiotiques au Québec a été envoyé aux partenaires de la Stratégie québécoise de santé et de bien-être des animaux. Ces derniers ont été invités à adopter une position qui convient à leur organisation et à la diffuser publiquement.

Position du MAPAQ

À titre de leader de la Stratégie, le MAPAQ s’associe aux partenaires pour rappeler l’importance d’une utilisation judicieuse des antibiotiques par les professionnels de la médecine vétérinaire et de la médecine humaine ainsi que par les propriétaires d’animaux, de façon à protéger la santé et le bien-être des animaux de même que la santé des humains.

Le Ministère est d’avis que la révision régulière des initiatives d’antibiogouvernance dans une perspective d’amélioration continue contribue à préserver l’efficacité des antibiotiques pour le traitement des animaux et des humains.

La Stratégie québécoise de santé et de bien-être des animaux prône la vision consensuelle suivante, que tous ses partenaires partagent : « Le Québec privilégie le partenariat, l’innovation et la communication afin d’améliorer la santé et le bien-être des animaux et de contribuer à la santé publique et à la vitalité du secteur bioalimentaire ». Ainsi, les partenaires de la Stratégie conviennent que tous ont intérêt à préserver l’efficacité des antibiotiques et que chacun doit prendre conscience de l’importance de leur utilisation judicieuse afin de limiter les conséquences potentielles d’un emploi inapproprié sur la santé humaine et la santé animale.

Les professionnels concernés par la santé animale et la santé humaine doivent :
  • ​jouer leur rôle avec rigueur;
  • garder leurs connaissances à jour, notamment en participant à des programmes ou à des activités de formation continue;
  • partager leurs connaissances, notamment en mettant sur pied des équipes multidisciplinaires en vue d’établir des stratégies gagnantes en matière d’antibiogouvernance.
La prise de position tient compte des faits suivants :
  • Les antibiotiques sont un outil précieux pour traiter des maladies bactériennes, et la résistance microbienne met graduellement en péril leur efficacité pour soigner les humains ou les animaux.
  • Il y a un risque que l’usage des antibiotiques, autant dans la médecine humaine que dans la médecine vétérinaire, se solde par une résistance à un ou plusieurs antibiotiques.
  • Il existe un certain nombre de moyens pour limiter le développement de l’antibiorésistance, comme la prévention et la maîtrise des infections (vaccination, mesures de biosécurité, gestion des troupeaux, etc.), la diminution de l’utilisation globale des antibiotiques et l’amélioration de leur usage.
  • Parallèlement à un usage judicieux des antibiotiques, la recherche doit se poursuivre pour concevoir et créer de nouveaux outils de diagnostic et de nouvelles méthodes de prévention et de traitement, ainsi que pour mettre au point des médicaments efficaces contre des bactéries résistantes.
  • Les professionnels et les autres personnes-ressources engagées dans les domaines relatifs au maintien de la santé animale et de la santé humaine doivent :
    • ​​tenir compte des conséquences de l’utilisation des antibiotiques, tant chez les animaux que chez les humains;
    • prendre des mesures pour optimiser l’utilisation des antibiotiques, maximiser leurs effets sur la santé et minimiser les probabilités qu’une résistance des bactéries se développe.
  • ​Diverses organisations ont formulé plusieurs recommandations concrètes à l’intention des personnes appelées à intervenir auprès des animaux.
  • Une antibiogouvernance engagée étant l’affaire de tous, et ce, pour UNE santé bien pensée, une approche multidisciplinaire est essentielle pour les acteurs qui interviennent en santé humaine et en santé animale.​
Dans la continuité de cette prise de position, consultez la définition du MAPAQ​​​ ​d’une utilisation judicieuse des antibiotiques (PDF, 163​​ ko)​.

Bilan des actions des partenaires

À la demande du comité de suivi et de coordination du Plan d’action sur l’antibiogouvernance 2017-2022 de la Stratégie québécoise de santé et de bien-être des animaux, des partenaires ont accepté de partager, en moins de 10 lignes, les actions qu’ils ont mises en œuvre dans le cadre de ce plan.​
Agence canadienne d'inspection des aliments ​​​(ACIA)
  • Mise en œuvre des volets « agriculture » et « santé animale » du processus d’engagement au moment de l’élaboration et du développement du Plan d'action pancanadien de lutte contre la résistance aux antimicrobiens.
  • Mise à jour en décembre 2018 du « Recueil des notices sur les substances médicatrices » pour favoriser une utilisation plus prudente des antimicrobiens.
  • Amélioration du programme d’inspection des meuneries commerciales qui fabriquent des aliments contenant des antimicrobiens importants sur le plan médical. ​​
​Agence de la santé publique du Canada (ASPC)​​

Publication d’un bilan annuel dans le cadre de la mise en œuvre du Programme intégré canadien de surveillance de la résista​nce aux antimicrobiens (PICRA), qui a pour objet de surveiller les tendances à l'échelle nationale quant à l'emploi des antibiotiques et à l'émergence de la résistance aux antibiotiques de certaines bactéries isolées chez les humains, les animaux ou dans les aliments.​ ​

Association des médecins vétérinaires du Québec (AMVQ) en pratique des petits animaux
  • ​Collaboration à la réalisation du projet d’étude de faisabilité concernant la mise en place d’un système de monitorage de l’usage des antibiotiques au Québec, mené par le Centre d’expertise en santé et bien-être animal de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal.
  • Participation à une rencontre de concertation dans le cadre de ce projet.​​
Association des médecins vétérinaires praticiens du Québec (AMVPQ)
  • Collaboration au développement d'une application mobile et Web pour la gestion de la santé mammaire et des traitements antibiotiques.
  • Développement et diffusion d’une formation pour les producteurs laitiers sur l'usage judicieux des antibiotiques.
  • Développement de formations aux médecins vétérinaires praticiens concernant l'utilisation judicieuse des antibiotiques et l’entrée en vigueur du nouveau règlement.
  • Collaboration aux travaux de recherche sur l’évaluation des pratiques liées à l'utilisation des antibiotiques dans la production laitière.
  • Développement d'un module ou d'une section sur l’utilisation judicieuse des médicaments dans Vigil-Vet, le logiciel utilisé par les praticiens pour les activités de service-conseil.
Association des vétérinaires en industrie animale (AVIA)
  • Protection de la santé et du bien-être des porcs et de la volaille par la mise en œuvre de stratégies de prévention et de contrôle des maladies et l’utilisation d’une démarche décisionnelle structurée lors de la prescription d’antibiotiques.
  • Offre de séances de formation destinées aux membres de l’Association afin d’améliorer la santé des animaux, d’assurer un usage judicieux des antibiotiques et d’offrir des aliments de qualité aux consommateurs.
  • Participation aux initiatives provinciales visant à promouvoir un meilleur usage des antibiotiques et à faire connaître les caractéristiques de la pratique vétérinaire dans l’industrie animale.
  • Mise à jour des lignes directrices pour un usage judicieux des antibiotiques.
Centre de recherche en sciences animales de Deschambault (CRSAD)
  • Prévention des infections par le respect des normes de biosécurité à la ferme.
  • Formation et sensibilisation des employés du Centre sur l'utilisation des antibiotiques.
  • Production annuelle d’un rapport concernant l’utilisation des antibiotiques.
  • Réalisation d’activités de recherche sur les solutions de rechange aux antibiotiques.
  • Suivi de la santé des animaux par des médecins vétérinaires consultants.
Faculté de médecine vétérinaire 
  • Réalisation et soutien d'activités d’enseignement, de formation continue et de vulgarisation scientifique en ​relation avec les bonnes pratiques à adopter en matière d’utilisation des antibiotiques.
  • Documentation, développement et promotion, par l’entremise de ses recherches, de solutions de rechange ou de nouvelles méthodes pour réduire l’utilisation des antibiotiques (ex. : vaccins, mesures de biosécurité, emploi des microbiotes, des prébiotiques ou des probiotiques, amélioration des conditions d’élevage, etc.).
  • Mise à contribution de son expertise en santé et bien-être animal pour établir la faisabilité d’un nouveau système de monitorage quant à l’utilisation des antibiotiques chez les animaux au Québec par une consolidation des initiatives de monitorage actuelles en vue de les convertir en un système multiespèces.​​ ​
Groupe de recherche en épidémiologie des zoonoses et santé publique (GREZOSP)
  • Élaboration de projets de recherche portant sur l'utilisation des antibiotiques et participation à leur réalisation.
  • Réalisation de projets, au cours des dernières années, concernant l'antibiorésistance dans le secteur bovin.
Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ)
  • Entrée en vigueur, le 25 février 2019, du Règlement sur l’administration de certains médicaments, qui vise à encadrer l’utilisation des antibiotiques de très haute importance en médecine humaine.
  • Lancement, au mois de mai 2019, d’une campagne de sensibilisation et de prévention sur l’utilisation judicieuse des antibiotiques dans les élevages porcins dans le cadre du Programme intégré de santé animale du Québec (PISAQ).
  • Publication annuelle des résultats issus du Programme québécois d'antibiosurveillance vétérinaire.
  • Réalisation d’une étude de faisabilité sur la mise en place d’un système de monitorage de l’utilisation des antibiotiques en santé animale, d’ici l'année 2021, dans le contexte de la Politique gouvernementale de prévention en santé (PGPS).
Ordre des médecins vétérinaires du Québec (OMVQ)
  • Participation aux activités de consultation concernant les changements réglementaires, diffusion de l'information et mise en place d'outils pour les membres afin d'appuyer ces changements.
  • Création d'une section « Antibiogouvernance » dans le site Internet de l'OMVQ, présentation des changements aux associations de médecins vétérinaires et mise en valeur du rôle du médecin vétérinaire.
  • Ajout du sujet de l'antibiogouvernance dans le programme du Congrès vétérinaire québécois.
  • Publication, dans la revue Le Veterinarius, d’articles visant à promouvoir l'usage judicieux des antibiotiques dans les différents domaines de la pratique vétérinaire.
Producteurs de bovins du Québec (PBQ)
  • Promotion de l'adhésion des producteurs de bovins à la certification VBP+, qui comprend une section sur l'utilisation des antibiotiques. Promotion et suivi des programmes de certification Veau vérifié et Veau de grain du Québec certifié.
  • Réalisation de projets de recherche sur la biosécurité dans le transport des veaux laitiers et dans les fermes de veaux de lait afin d'aider à réduire le recours aux antibiotiques.
  • ​Mise en œuvre d’un projet de stratégie diagnostique visant les élevages de veaux en vue d’une meilleure utilisation des antibiotiques.
  • Participation au développement d’une campagne de sensibilisation sur l’amélioration de l’immunité dans le secteur du veau d'embouche, dans le contexte du Programme intégré de santé animale du Québec (PISAQ).
Producteurs de lait du Québec (PLQ)​

Activités de formation sur l'usage judicieux des médicaments offertes en 2019 aux producteurs de lait du Québec (en collaboration avec le MAPAQ et avec la participation de l’Association des médecins vétérinaires praticiens du Québec). De janvier à mai 2019, ce sont 25 activités de formation qui ont été réalisées, auxquelles 600 producteurs ont assisté. Elles s'ajoutent aux 49 formations qui ont eu lieu en 2018 et auxquelles ont participé 1 ​113 producteurs.



Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2022-05-12

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2022