​Peste porcine africaine

​​La peste porcine africaine (PPA) est une maladie virale contagieuse qui entraîne des taux de mortalité élevés parmi les porcs infectés. Elle peut se transmettre aux porcs d’élevage aussi bien qu’aux porcs de basse-cour ou de compagnie. Les sangliers peuvent aussi être frappés par la maladie.

La PPA est une maladie à déclaration obligatoire. Elle doit ainsi être rapportée au MAPAQ de même qu’à l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA). Bien qu’elle n’ait jamais été détectée au Québec et au Canada, la maladie est présente en Asie, en Europe ainsi qu’en Afrique.

La PPA ne se transmet pas aux humains et ne présente aucun risque pour la santé humaine ou pour la salubrité des aliments.

Signes de la maladie

Les signes de la PPA varient et peuvent se manifester de façon soudaine ou être à l’origine d’une maladie chronique. Le virus de la peste porcine africaine peut causer les symptômes suivants :
  • forte fièvre

  • perte d'appétit

  • faiblesse

  • rougeurs cutanées

  • saignements aux extrémités (nez, rectum)

  • vomissements et diarrhée (parfois sanglants)

  • avortements chez les truies gestantes

  • respiration plus rapide

  • risque de décès subit ou consécutif à une période de maladie. 

Transmission

La PPA peut se propager directement entre les porcs malades et ceux en santé. Cela se produit par l’entremise d’un contact avec le sang, les tissus (ex. : viande, organes), les sécrétions (ex. : secrétions nasales) et les déjections des porcs infectés. Les animaux qui se rétablissent peuvent devenir des porteurs chroniques du virus et sont donc à même de propager le virus. Le virus persiste également dans les tissus et les liquides organiques (ex. : sang) des animaux après la mort. Le virus peut survivre durant plusieurs mois dans la viande fraiche de porc ou les produits de porc transformés, ce qui peut représenter un risque de transmission de la maladie.

La PPA peut également se propager indirectement. Comme le virus subsiste longtemps dans le milieu à l'extérieur de l'hôte, il peut se propager par la contamination d'objets, par exemple :
  • ​équipement agricole
  • véhicules
  • vêtements et chaussures
  • aliments du bétail.

Prévention

Voyageurs de retour de l’étranger

Il importe que les voyageurs qui sont de retour de l’étranger prennent les précautions nécessaires pour ne pas rapporter de maladie animale au Canada. Il est particulièrement important :
  • ​de ne jamais rapporter de viande ou de produits de porc au Canada
  • de ne pas laisser des vêtements ou des chaussures qui ont été portés en voyage entrer en contact avec les porcs
  • de ne pas visiter de ferme porcine au Canada pendant au moins 14 jours si l’on a visité une ferme ou si l’on a été en contact avec des animaux dans un pays contaminé par la PPA.

​Propriétaires de porcs de compagnie et éleveurs de porcs

Tous les porcs sans exception, qu'ils soient gardés comme animaux de compagnie ou comme animaux d'élevage, peuvent contracter la PPA. Il est donc primordial de bien surveiller leur état de santé en tout temps.

Si des porcs montrent des signes de maladie (ex. : fièvre, abattement, hémorragies cutanées, sang s’écoulant du nez ou du rectum), il est impératif de consulter un médecin vétérinaire dans les meilleurs délais. Pour trouver un médecin vétérinaire, on peut consulter le site Internet de l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec.

Alimentation
La PPA peut se transmettre par des aliments du bétail ou des ingrédients d'aliments du bétail qui sont contaminés. Aussi importe-t-il de ne jamais donner d’aliments destinés aux humains (déchets de table) ni de viande à manger aux porcs. On achète les aliments du bétail uniquement auprès de fournisseurs fiables qui ont adopté des mesures de biosécurité appropriées.

Savez-vous qu'il est illégal de donner de la viande aux porcs?
En vertu d’un règlement fédéral, il est interdit de donner de la viande aux porcs. Cela comprend tous les aliments pour animaux contenant de la viande ou des sous-produits de viande, même s’ils sont destinés aux animaux de compagnie (ex. : aliments pour chat). Le virus de la PPA peut survivre plusieurs mois dans les produits de porc, qu’ils soient frais, congelés, cuits, partiellement cuits ou transformés.





Mesures de biosécurité
Une application rigoureuse des mesures de biosécurité représente la meilleure barrière pour empêcher le virus d’infecter les porcs. Les mesures suivantes doivent être adoptées, suivies et respectées avec rigueur :
  • la gestion de l’introduction d’animaux dans une ferme ou dans tout autre lieu
  • la biosécurité dans le transport à destination ou au retour du lieu de garde
  • le contrôle des visiteurs et de l’équipement.
La norme nationale de biosécurité pour les fermes porcines et les autres outils mis au point pour en faciliter la mise en œuvre sont des bonnes sources d’information pour améliorer les pratiques. Même pour les propriétaires d’un seul porc, il est important de mettre en œuvre des mesures d’hygiène lorsqu’il vient le moment de donner des soins aux animaux. Il faut, par exemple, changer de bottes, porter une salopette ou une combinaison réservée à cet usage, se laver les mains et nettoyer le matériel. Ces mesures simples sont particulièrement importantes si l’on a un contact avec d’autres propriétaires de porcs ou si l’on se rend dans des lieux de rassemblement (expositions agricoles, encans, etc.).

Système de traçabilité
Les porcs qui sont transportés d'un endroit à un autre peuvent déplacer des virus avec eux. Si le virus de la PPA était détecté au Canada, il serait nécessaire de retrouver tous les porcs susceptibles d’avoir été contaminés. À cette fin, les renseignements sur les lieux de garde et les mouvements des porcs doivent obligatoirement être enregistrés dans une banque de données, en vertu d'un règlement du gouvernement fédéral, et ce, même quand on ne possède qu'un seul porc.

Pour s'enregistrer à la banque de données, on communique avec Les Éleveurs de porcs du Québec au 1 800 363-7672.

Traitement

Il n'existe pas de traitement ni de vaccin contre la peste porcine africaine.

Information à l’intention des médecins vétérinaires

L’information détaillée sur la PPA est présentée dans le Bulletin zoosanitaire sur la peste porcine africaine (PDF, 625 ko). Si, à la suite d’une évaluation clinique, un médecin vétérinaire suspecte la présence d’une maladie exotique, il doit aviser immédiatement le bureau de district local de l’ACIA le plus près du lieu de production ainsi que la centrale de signalement du MAPAQ.

Coordonnées de la centrale de signalement

​Téléphone : 1 844 ANIMAUX

Courriel : ANIMAUX@mapaq.gouv.qc.ca
 

Pour plus d’information

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2020-11-13

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2020