Rage

La rage est une maladie infectieuse virale qui affecte le système nerveux. Elle peut toucher tous les mammifères, qu’ils soient sauvages, d’élevage, de compagnie ou humains.

Parmi les maladies transmissibles aux humains, la rage est l’une des plus graves : son évolution est mortelle dès l’apparition des symptômes.

La maladie est présente au Québec dans des populations d’animaux sauvages : chez les chauves-souris, sur tout le territoire et chez les renards, au nord. La rage du raton laveur est présente aux États-Unis, près de la frontière du Québec.

Effets chez l'humain

Les premiers symptômes de la rage se traduisent par :

  • un engourdissement ou une douleur à l'endroit griffé ou mordu
  • de la fièvre
  • des maux de tête
  • une sensation de malaise, comme lors d’un début de rhume.

Puis, les symptômes évoluent vers des malaises généralisés qui entraînent toujours la mort. 

Effets chez l'animal domestique

La rage est toujours fatale. Dès que les symptômes apparaissent, l’animal va en mourir en moins de 10 jours.

La période d’incubation, soit le délai entre la contamination de l’animal et l’apparition des symptômes de la maladie, varie généralement de 2 semaines à 6 mois.

Les symptômes de rage chez un animal domestique peuvent inclure :

  • des changements de comportement ou des comportements contraires à son habitude
  • un abattement ou une fatigue soudaine et inexplicable
  • une attitude plus agressive envers les gens et les autres animaux et même envers lui-même
  • une tendance à mordre sans raison
  • une tendance à l’isolement
  • une baisse de l’appétit ou une difficulté à boire ou à manger
  • des vocalisations différentes ou inhabituelles
  • une salivation excessive
  • un mordillage du site de la plaie où il a été exposé au virus de la rage
  • une hyperréactivité aux touchers, aux sons et à la lumière
  • de la désorientation ou une démarche chancelante
  • une paralysie partielle ou complète.

Si un animal présente des symptômes compatibles avec la rage, il est important de l’isoler afin de minimiser les contacts avec les humains et les autres animaux. Un médecin vétérinaire doit ensuite l’évaluer le plus rapidement possible.

Comment l’humain et l’animal se contaminent-ils?

Le virus de la rage peut être transmis par une morsure, par une griffure ou par tout autre contact entre la salive d’un animal infecté et une plaie fraîche ou les muqueuses des yeux, du nez ou de la bouche. Une carcasse gelée peut contenir le virus de la rage.

Les animaux domestiques peuvent transmettre le virus par leur salive jusqu’à 10 jours avant l’apparition des symptômes de la maladie.

Les animaux sauvages tels que les renards, les chauves-souris, les ratons laveurs, les moufettes et, plus rarement, les grands carnivores peuvent parfois être porteurs du virus de la rage et ainsi être une source potentielle de contamination pour l’humain ou pour d’autres animaux.

En raison de leur proximité avec les humains, les animaux domestiques peuvent facilement transmettre la rage qu’ils auraient attrapée d’un animal sauvage infecté. Les incidents de morsures par un animal domestique sont fréquents. Les causes sont multiples et souvent accidentelles. Si un animal domestique est vacciné de façon préventive contre la rage, les risques de transmission et les inquiétudes sont de beaucoup réduits. Pour être protégé et pour protéger son entourage, il doit recevoir les rappels de vaccin aux dates prescrites par le médecin vétérinaire.

Traitement

Une fois les premiers symptômes apparus, il n’existe pas de traitement efficace pour guérir la rage et la mort est inévitable chez près de 100 % des mammifères atteints, incluant l’humain.

Prévention

La prévention de la rage passe par la prévention des morsures. La prudence est de mise en présence d’animaux inconnus, qu’ils soient sauvages ou domestiques.

  • Consulter un médecin vétérinaire pour faire vacciner les chiens et les chats contre la rage dès l’âge de 3 mois, même s’ils restent à l’intérieur, et pour évaluer la pertinence d’immuniser tout autre animal domestique.
  • Ne pas laisser errer les animaux de compagnie.
  • Ne jamais approcher les animaux sauvages, errants ou inconnus et se renseigner sur la rage des animaux sauvages (visiter le site Web du MFFP).
  • Ne jamais toucher une chauve-souris vivante ou morte.
  • Ne pas toucher un animal mort ou malade à mains nues. Si vous le faites involontairement, vous laver les mains immédiatement avec du savon.
  • Enseigner aux enfants les comportements sécuritaires à adopter à l’égard des animaux et ne pas les laisser sans surveillance en présence d’un animal.
  • Nettoyer toute morsure ou griffure infligée par un animal, qu’il soit domestique ou sauvage, à l’eau et au savon pendant 10 minutes et appeler le service Info-Santé (811) ou un professionnel de la santé.
  • Si un animal domestique mord ou griffe une personne, cet animal doit être gardé vivant, en observation, pendant les 10 jours suivant la blessure, afin de s’assurer qu’il ne développera pas de symptômes compatibles avec la rage. Le MAPAQ supervise ces périodes d’observation, en collaboration avec les propriétaires de l’animal mordeur et à la demande d’un professionnel de la santé.

Avis aux propriétaires d'animaux 

Interventions

Il est important de respecter la marche à suivre en cas de contact avec un animal suspect de rage ou lorsqu'un animal domestique entre en contact avec un animal suspect.

Surveillance

La rage chez les animaux est une maladie à déclaration obligatoire auprès du MAPAQ, du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) et de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA). Un citoyen qui soupçonne la maladie chez son animal domestique doit le déclarer à un médecin vétérinaire. Si les soupçons sont fondés, le médecin vétérinaire doit sans délai contacter le MAPAQ (1 844 264-6289). Les cas suspect de rage chez les animaux sauvages doivent être déclarés au MFFP.

Rage du raton laveur

Les interventions de lutte contre la rage du raton laveur se poursuivent dans la zone de surveillance située en Montérégie et en Estrie depuis l’apparition du premier cas au Québec, en 2006. Depuis 2010, un seul cas de raton laveur rabique a été identifié au Québec. Il a été trouvé en 2015 dans la portion québécoise de la réserve d’Akwesasne, à proximité d’autres cas situés dans le nord de l’état de New York.

Le raton laveur est un animal très répandu sur le territoire québécois et son comportement favorise les contacts avec les humains. La surveillance et l’éradication de la rage du raton laveur sont, par conséquent, particulièrement importantes. Le MAPAQ et ses partenaires ont donc mis en œuvre un plan d’intervention pour protéger la santé animale et celle du public.

Les citoyens qui aperçoivent un raton laveur, une moufette ou un renard mort ou visiblement malade, paralysé, désorienté ou anormalement agressif sont invités à communiquer cette information au MFFP, en composant le 1 877 346-6763.

Communautés du Nord-du-Québec

Aide technique pour la protection des chiens contre la rage

Le Programme d’aide technique aux communautés nordiques pour la protection des chiens contre la rage vise à permettre la vaccination des chiens âgés de plus de 3 mois dans les communautés nordiques admissibles.

Gestion du dossier de la rage dans les communautés du Nord-du-Québec

Étant donné l’absence de médecins vétérinaires sur place, le MAPAQ soutient les communautés du Nord-du-Québec dans la gestion des animaux domestiques exposés à la rage ou présentant des signes cliniques caractéristiques de cette maladie. Dans ces situations, il est possible de communiquer avec le MAPAQ au 1 844 ANIMAUX.

En présence d’un animal domestique démontrant des signes cliniques caractéristiques de la rage, il est important de l’isoler rapidement pour éviter qu’il ne morde une personne ou un autre animal. Il peut être placé dans un enclos ou dans une pièce fermée, ou attaché à l’écart avant de contacter le MAPAQ.

Liens utiles

Prévention des morsures :

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2019-07-26

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2019