Influenza porcine

L’influenza porcine est une maladie respiratoire causée par le virus de l’influenza de type A. Elle touche régulièrement les élevages porcins d’Amérique du Nord et d’autres régions du monde. Au Québec, les virus porcins qui circulent sont de sous-types H1N1, H3N2 ou, à l’occasion, H1N2.

Rarement, les virus affectant les porcs peuvent infecter l’humain ou d’autres animaux, notamment les oiseaux. L’humain et les oiseaux peuvent aussi infecter les porcs. La prévention de la transmission de l’influenza, en particulier entre les espèces, est importante pour protéger la santé animale et la santé publique.

En Amérique du Nord, c’est la transmission de l’influenza des porcs à l’humain qui est associée à la majorité des cas de zoonoses documentés.

Effets chez l’humain

L’influenza d’origine porcine a des symptômes semblables à la grippe saisonnière.

Effets chez l’animal

L’infection peut être asymptomatique ou encore occasionner des signes de maladie aiguë, par exemple :

  • Fièvre
  • Abattement
  • Diminution de l’appétit
  • Perte de poids
  • Difficultés respiratoires
  • Toux, éternuements et écoulement nasal
  • Baisse de fertilité ou avortements
  • Conjonctivite.

Les symptômes prennent entre un et trois jours à apparaître et ne durent pas plus d’une semaine s’il n’y a pas d’autres infections ou de complications. La maladie touche un grand nombre d’animaux (jusqu’à 100 % de l’élevage), mais cause peu de mortalités (environ 2 %).

Comment l’animal et l’humain sont-ils contaminés?

Les élevages de porcs peuvent être contaminés par d’autres élevages porcins infectés. Une contamination par des virus provenant d’humains ou d’oiseaux est aussi possible.

Les porcs sont contagieux dans les 24 heures suivant l’infection, pour une durée de 7 à 10 jours. L’excrétion du virus se fait par les gouttelettes respiratoires, répandues avec la toux, les éternuements et l’écoulement nasal. Le virus peut se retrouver sur les surfaces et dans l’air sous forme d’aérosol au moment d’une éclosion.

Les rares cas humains d’influenza porcine concernent surtout les personnes qui sont en contact étroit avec les porcs ou avec leur environnement immédiat, soit principalement les travailleurs du secteur porcin.

Prévention

  • Porter des vêtements et des bottes réservés à l’élevage.
  • Se laver les mains parfaitement et très régulièrement.
  • Élaborer et mettre en œuvre un programme de biosécurité adapté à l’élevage, en collaboration avec le médecin vétérinaire praticien.
  • Vacciner les porcs contre la maladie et surveiller les signes d’influenza chez les porcs et les humains en vue de réduire les risques de transmission inter-espèces.
  • Porter des gants, des lunettes étanches et un masque de type N-95 lorsque des porcs présentent des signes d’influenza.
  • Éviter que des personnes présentant des symptômes grippaux ne soient en contact avec des porcs ou, si cela est impossible, exiger le port d’un masque anti-projections (ex. : masque chirurgical en vente dans les pharmacies).
  • Empêcher les contacts avec les oiseaux sauvages ou avec du matériel contaminé par ces derniers (ex. : équipement ou eaux de surface).

La vaccination des travailleurs du secteur porcin contre la grippe saisonnière humaine peut limiter les risques de transmission du virus aux animaux.

La prévention de l’influenza et de la transmission du virus entre les animaux, ainsi que chez les humains, est cruciale. Elle limite les risques de développement d’un nouveau virus susceptible d’affecter les élevages ou de causer une pandémie.

Le risque d’être infecté par le virus de l’influenza par le truchement des aliments est négligeable. Rien n'indique que le virus puisse se propager aux humains à la suite de la consommation de porc ou de produits porcins préparés correctement. Précisons que les virus grippaux ne résistent pas à des températures dépassant 70 °C. Il demeure toutefois important de prendre les précautions habituelles en ce qui concerne l'entreposage, la manipulation et la préparation des aliments, afin de prévenir les toxi-infections alimentaires.

Surveillance

Au Québec, le réseau porcin effectue une surveillance de l’influenza dans les élevages porcins. Les médecins vétérinaires sont invités à soumettre des échantillons pour analyse lorsque des porcs montrent des signes compatibles avec l’influenza. Les laboratoires sont en mesure d’identifier les sous-types H1N1, H3N2 ou H1N2 du virus.

Voir aussi

Liens utiles

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2018-08-21

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2019