Mesures sanitaires

Lors de l'apparition d'une maladie animale dans un élevage, il est essentiel d'appliquer des mesures sanitaires rigoureuses. Le but : éviter la propagation de la maladie et sa possible transmission à l'humain.

En tant que producteur, vous avez la responsabilité de réduire les risques de contamination de la population. L'innocuité des produits destinés à l'alimentation doit aussi être garantie.

Voici les mesures de prévention recommandées en cas d'infection.

Prévenir l’infection des autres animaux

  • À la suite d’un diagnostic du vétérinaire, garder le troupeau fermé pendant toute la période où il y a des sujets positifs (aucun achat, aucune vente, aucune participation à des expositions).
  • Isoler tous les animaux malades ainsi que ceux pour lesquels les tests de laboratoire sont positifs ou soupçonnés de l’être. Les traiter ou les faire euthanasier si aucun traitement n'est possible. Afin d’éviter que la maladie soit transmise à d’autres animaux et élevages, il ne faut jamais faire abattre les animaux malades ou porteurs par le réseau d’établissements de vente aux enchères. Ces animaux devraient plutôt être identifiés comme porteurs et destinés à l’abattage sous inspection.
  • S'occuper des animaux malades en dernier (médication, traite, etc.) et bien désinfecter l'équipement après utilisation. Porter des vêtements protecteurs et des gants (ex. : prévoir un survêtement à enfiler uniquement lors de la manipulation des sujets malades et à retirer aussitôt après).
  • Nettoyer et désinfecter tout le matériel de même que les endroits contaminés (porter des gants, un masque et des vêtements longs). Garder les bâtiments propres et secs.

Prévenir l’infection des humains

  • Éviter de boire, de manger ou de fumer dans l'étable, surtout après avoir manipulé des animaux malades.
  • Enlever ses vêtements de travail et ses bottes à la sortie de l’étable puis se laver les mains.
  • Ne laisser entrer que les visiteurs essentiels (vétérinaire, fournisseur d’aliments, etc.). Interdire l’accès aux jeunes enfants, aux femmes enceintes et aux personnes âgées, car elles sont plus à risque.
  • Accorder une grande importance à l'hygiène lors de la traite afin d'éviter la contamination du lait. Insister sur :
    • le port de gants jetables
    • le lavage des trayons avec une solution désinfectante reconnue ou à l’aide de serviettes de traite alcoolisées ou un prétrempage dans un bain de trayons avant la traite (temps de contact d’au moins 30 secondes)
    • l’essuyage complet des trayons avec des serviettes individuelles
    • la désinfection des trayons avec un bain de trayons approuvé pour cet usage immédiatement après le retrait de la trayeuse, sans oublier de jeter la solution restante
    • l'assainissement adéquat du matériel de traite après la traite
    • l’ordre de traite : les vaches saines en premier, celles dont le statut de santé mammaire est suspect en deuxième, puis les vaches atteintes de mammites chroniques et enfin celles qui souffrent d'une infection causée par une maladie contagieuse, y compris les zoonoses.
    • Jeter le lait des animaux malades. Ce lait ne doit pas non plus être utilisé pour nourrir les veaux. Le Règlement sur les aliments (section 11.3) mentionne que les animaux dont le lait est destiné à la consommation humaine doivent être exempts de maladie ou de germe de maladie transmissibles par le lait.
    • Ne jamais consommer de lait cru.

Mesures de biosécurité à adopter

  • Limiter les stress (entassement, mauvaise ventilation, etc.).
  • Placer les animaux en quarantaine lorsqu’ils viennent d’être achetés ou au retour d'une exposition. Vérifier le statut sanitaire du troupeau de provenance pour les différentes maladies d’importance et les zoonoses.
  • Laver et désinfecter les stalles de mise bas entre chaque mise bas et remplacer la litière.
  • Obliger le nettoyage et la désinfection des bottes à chacune des entrées et des sorties de l’étable. Y placer, par exemple, un seau, une source d’eau courante, un savon et un désinfectant ainsi qu’une brosse. Cette mesure vaut aussi pour tous les visiteurs.
  • Contrôler l’entrée des visiteurs (vendeurs, chauffeurs de camion, etc.) en plaçant un écriteau indiquant « défense d’entrer sans autorisation » ou une barrière à l’entrée de l'exploitation.
  • Ne pas garder de chiens, de chats, de poules ou d’autres espèces animales à l’intérieur de l’étable. Appliquer un bon programme de contrôle des mouches, de la vermine et des oiseaux sauvages. Ces animaux peuvent être porteurs ou transporter des germes contagieux.
  • Placer un couvercle sur le chariot à moulée pour éviter la contamination de celle-ci par les rongeurs ou les chats.
  • Éliminer sans délai les carcasses d'animaux morts en respectant les principes permettant de prévenir la transmission des maladies.

Mesures à prendre dans l’environnement

  • Assécher les mares d'eau stagnante dans les pâturages. S’assurer d’avoir une source d’eau saine pour les animaux.
  • Le purin ou le fumier susceptibles de provenir d'animaux souffrant de salmonellose devraient être épandus uniquement sur des champs destinés à la culture céréalière et non dans des pâturages ou des jardins potagers.
  • Si un pâturage a été fertilisé avec du fumier contaminé, attendre un mois avant d’y faire brouter les animaux.

Voir aussi

Lien utile

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2015-05-12

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2019