​​​Encadrement des chiens​

Réglementation

Plusieurs municipalités du Québec ont mis en place des réglementations qui permettent l’encadrement des chiens. Pour se doter de règles uniformes, le gouvernement du Québec a adopté le Règlement d’application de la Loi visant à favoriser la protection des personnes par la mise en place d’un encadrement concernant les chien​s

​Ce règlement permet :

  • un meilleur portrait de la population canine par un enregistrement obligatoire de tous les chiens 
  • l’établissement de normes minimales relatives à l’encadrement et à la possession des chiens
  • des normes de garde rehaussées pour les chiens potentiellement dangereux
  • des pouvoirs d’inspection et d’ordonnance pour les municipalités.

Chien potentiellement dangereux​​

Un chien est considéré comme « potentiellement dangereux » lorsqu’une municipalité a des motifs raisonnables de croire qu’il constitue un risque pour la santé ou la sécurité publique. Ces motifs peuvent s’appuyer sur :
  • ​les gestes posés par le chien (par exemple, il a mordu et blessé sévèrement une personne)
  • un rapport d’évaluation de l’état et de la dangerosité rédigé par un médecin vétérinaire.

Races de chiens​

Après avoir entendu de nombreux intervenants du domaine animalier, le gouvernement du Québec a choisi de ne pas identifier de races ou de types de chiens qui seraient jugés potentiellement dangereux. La Loi visant à favoriser la protection des personnes par la mise en place d’un encadrement concernant les chiens (RLRQ, chapitre P-38.002) préconise d’agir de la même façon, peu importe le type de chien. Cependant, si certains types de chiens sont interdits ou encadrés de façon particulière dans une municipalité, ces obligations doivent être respectées. 

Pouvoirs et responsabilités des municipalités​​

Les municipalités sont responsables de l’application du règlement provincial sur leur territoire. Toutefois, la Loi prévoit qu’une municipalité peut adopter des normes plus sévères. S’il y a des divergences entre le règlement municipal et la législation provinciale, le citoyen doit respecter les normes les plus sévères. 

Les municipalités appliquent le Règlement et peuvent : 
  • exiger, dans certaines circonstances, l’évaluation de l’état et du potentiel de dangerosité d’un chien par un médecin vétérinaire
  • déclarer un chien potentiellement dangereux lorsque les circonstances le justifient
  • ordonner qu’un chien soit soumis à différentes mesures qui visent à réduire le risque pour la sécurité publique. 

Obligations des propriétaires de chiens

Au Québec, des règles encadrent la garde de tous les chiens. Ces règles favorisent une saine cohabitation entre les chiens, les humains et les autres animaux domestiques. Elles permettent notamment de prévenir les agressions canines. 

Afin de favoriser la sécurité des personnes, le Règlement provincial accentue l’encadrement des chiens : 

  • Tout propriétaire ou gardien d’un chien doit enregistrer son animal auprès de sa municipalité. Cette dernière lui remet alors une médaille que le chien doit porter en tout temps.
  • Tout chien doit être tenu en laisse lors des sorties sur la place publique. La laisse doit être d’une longueur maximale de 1,85 m. Pour les chiens déclarés potentiellement dangereux, cette longueur maximale est de 1,25 m. 
  • Pour les chiens de 20 kg ou plus, la laisse doit être attachée à un harnais ou à un licou. 
  • Chaque propriétaire ou gardien d’un chien doit s’assurer que la personne qui promène son animal ou qui l’amène jouer dans une aire d’exercice canin est apte à le contrôler. 
  • Un chien ne peut pas se retrouver sur la propriété privée d’un tiers sans son autorisation. 

Quiconque ne respecte pas les obligations légales entourant la possession ou la garde d’un chien peut se voir remettre un constat d’infraction. Les amendes varient de 250 $ à 20 000 $. Certaines d’entre elles sont doublées lorsque le Règlement a été enfreint par le propriétaire ou le gardien d’un chien déclaré potentiellement dangereux. 

Signalement par les médecins et les médecins vétérinaires 

Les médecins doivent signaler à la municipalité concernée tous les cas de morsures de chiens subies par des humains. Les médecins vétérinaires doivent aussi communiquer les situations où ils ont des motifs raisonnables de croire que le chien qui a mordu peut présenter un risque pour la santé ou la sécurité publiques. 

​Pour effectuer les signalements, vous devez : 

Signalement des morsures canines pour évaluation du risque de rage 

Il n’y a aucun transfert des signalements fait par les médecins pour évaluation du risque de rage entre le MAPAQ et les municipalités. Un médecin souhaitant faire évaluer le risque de rage doit donc signaler la morsure à la fois au MAPAQ et à la municipalité concernée. 

La déclaration de la morsure pour l’évaluation du risque de rage est optionnelle selon le jugement professionnel du médecin traitant. Toutefois, le Règlement d’application de la Loi visant à favoriser la protection des personnes par la mise en place d’un encadrement concernant les chiens prévoit que ce sont toutes les morsures infligeant des blessures qui doivent être déclarées à la m​​​unicipalité par les médecins, qu’il y ait risque de rage ou non. 

Voir aussi 

Liens utiles 

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2020-09-02

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2020