Maladie de Lyme :  mieux vaut prévenir que guérir

Depuis 2011, le nombre de personnes ayant contracté la maladie de Lyme au Québec a quintuplé. À ce jour, la majorité des personnes ou des animaux infectés provenaient de la Montérégie, de la Mauricie, du Centre-du-Québec et de l’Estrie. Comme plusieurs de ces régions avoisinent la Chaudière-Appalaches, il est plus prudent de vous informer sur les mesures préventives à adopter pour vous protéger, vous et vos animaux.

Comme producteur agricole, vous êtes souvent à l’extérieur, en pleine nature, et du même coup, les risques de contact avec des tiques augmentent.

Description de la maladie

La maladie de Lyme se transmet par la piqûre d’une tique, connue sous le nom de « tique à pattes noires » ou « tique à chevreuil ». Elle se nourrit du sang des animaux et des humains; c’est de cette façon qu’elle contracte et transmet une bactérie causant la maladie de Lyme. En revanche, ce ne sont pas toutes les tiques qui la transmettent, mais bien celles qui ont été infectées par un cerf, un rongeur ou un oiseau porteur de la maladie, mais à condition qu’elles restent attachées à la peau pendant plus de 24 heures.

Les zones ombragées et humides sont favorables aux populations de tiques. Ainsi, dans les zones broussailleuses et les herbes hautes, demeurez vigilants, à la fois pour votre santé et celle de vos animaux.

Prévention chez l'humain

Plusieurs mesures préventives sont conseillées afin de contrer l’augmentation du nombre de Québécois infectés. En voici quelques-unes qui vous éviteront bien des complications :

  • Évitez les zones infestées de tiques
  • Portez des vêtements qui couvrent votre peau (pantalon long et chandails à manches longues)
  • Rentrez votre pantalon dans vos bas et votre chandail dans vos pantalons
  • Portez des vêtements de couleur claire (les tiques seront plus facilement repérables)
  • Appliquez un insectifuge avec 20 % et plus de DEET sur la peau et les vêtements
  • Achetez des vêtements insectifuges (prétraités à la perméthrine)
  • Faites sécher vos vêtements dans la sécheuse à haute température pendant quelques minutes (la laveuse n’assure pas la mort des tiques)
  • Procédez à un auto-examen après une promenade dans les zones à risque ou à la suite de la manipulation d’animaux qui ont ramené des tiques.

Symptômes fréquents chez l'humain

Quoique difficile à diagnostiquer en raison des multiples symptômes qui lui sont associés, la maladie de Lyme apparaît généralement sous forme d’éruption cutanée. Dans 60 à 80 % des cas répertoriés au Québec, on observe un cercle rouge d’environ 5 cm autour de la piqûre de la tique. C’est le premier symptôme apparent et c’est celui qui est le plus couramment relié à cette infection.

Outre cette manifestation, des signes grippaux peuvent apparaître tels que la fièvre, la fatigue, les maux de tête, les raideurs dans la nuque, etc. Si vous souffrez de ces symptômes, il est important de faire appel à un professionnel de la santé afin qu’il identifie leur cause. En ne consultant pas, vous risquez de développer des complications comme des problèmes articulaires, cardiaques et neurologiques.

Prévention chez les animaux

Il est plus difficile de diminuer le risque d’infection chez les animaux, comme il existe moins de mesures préventives. On en compte toutefois quelques-unes :

  • Limitez les contacts entre les animaux et les haies, les talus et le bois
  • Élaguez et débroussaillez les talus et les haies
  • Limitez la présence de rongeurs en entretenant régulièrement votre terrain et vos bâtiments
  • Installez une clôture pour éloigner les cerfs des animaux.

Symptômes fréquents chez les animaux

La bonne nouvelle, c’est que rien n’indique que les bovins et les autres animaux d’élevage sont affectés par cette maladie. Toutefois, les chiens et les chevaux sont susceptibles de la contracter.

Chez les animaux, les symptômes d’infection sont plus difficilement perceptibles que chez l’humain. On constate, entre autres, de la photosensibilisation, des mortalités embryonnaires, de l’immunodéficience et des signes d’arthrite chez les bêtes infectées. C’est fréquemment à la suite de boiteries épisodiques que les propriétaires identifient la maladie chez leurs animaux. Lorsqu’un animal souffre de ces symptômes, il est important de consulter un vétérinaire qui l’examinera. Ce dernier jugera alors de la nécessité de le traiter ou non.

En cas de doute, n’hésitez pas à contacter Info-Santé 811 pour vous ou un vétérinaire pour vos animaux; ces personnes ressources vous guideront si certaines démarches s’imposent. Il vaut toujours mieux prévenir que guérir!

Sources

Canlyme.com > Mesures préventives
Canada.ca > Santé > Maladies et affections > Maladie de Lyme
Sante.gouv.qc.ca > Problèmes de santé > Maladie de Lyme
Mapaq.gouv.qc.ca > Production animale et végétale > Santé animale > Maladies animales > Transmissibles à l’humain > Maladie de Lyme

Roxanne Viens, stagiaire en communication

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2017-06-01

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2019