Évaluation de l’état des sols : ça peut vous aider!

Des services agronomiques au champ pour diagnostiquer les problèmes de sol et planifier les correctifs : voilà ce qu’est une évaluation de l’état des sols, au sens du programme Services-conseils. Quand on sait que la dégradation de la structure du sol est la cause la plus fréquente des baisses de rendement, des pertes à l’environnement et de la faible rentabilité des cultures, ça devient très intéressant…

Ce qui pose problème

Une multitude de problèmes vécus par les fermes de la région résultent d’une même cause fondamentale : des champs en mauvaise « condition physique ». Par des observations et des mesures au champ, il est possible d’associer la perte de productivité à de la compaction, à un mauvais égouttement, à des drains obstrués ou encore, à un travail de sol trop agressif qui a détruit la structure.

La surface de ces champs prend alors beaucoup plus de temps à absorber l’eau de pluie et de fonte des neiges. Cela les rend sensibles aux pertes de sol, d’éléments nutritifs et de pesticides, notamment par ruissellement, par volatilisation ou par dénitrification. Un cas typique : des roulières créées par le passage de machinerie lorsque le sol est humide, qui se transforment en cuvettes d’eau prenant de l’ampleur avec les années. Les problèmes peuvent aussi découler de causes plus naturelles : un sol peu profond, une topographie accidentée, etc.

Recourir à son agronome

Peu importe l’origine des problèmes, si on veut les résoudre, on n’a qu’une route à prendre : recourir à son agronome pour procéder à une évaluation de l’état des sols. D’ailleurs, il se peut bien qu’il ait déjà identifié des symptômes de dégradation du sol lors de la préparation du plan d’accompagnement agroenvironnemental (PAA). L’agronome a peut-être recommandé des profils de sol pour certains champs dans le plan d’action du PAA. Heureusement, le nouveau programme Services-conseils en agroenvironnement soutient le producteur et le conseiller dans la poursuite de cette démarche.

Un travail d’équipe

Il est très important que le producteur participe étroitement à l’évaluation de l’état de ses sols, notamment lors de la ou des visite(s) terrain de son agronome. Ensemble, ils examineront les pourtours du champ et évalueront la capacité de drainage de surface et les signes d’érosion ou de battance pour ensuite examiner des profils de sol à des endroits stratégiques, dans chaque champ à évaluer.

Dans les zones affectées, en comparaison avec les zones moins touchées, il vaut mieux creuser des trous allant jusqu’à 80 ou 90 cm. Tel un livre ouvert, le profil permet de « lire » l’état physique du sol : si le champ offre un mauvais rendement, ce sera probablement à cause de sa mauvaise condition physique. Structure, couleur, densité, texture, aération, état hydrique et même odeur sont des propriétés pouvant être mesurées ou évaluées dans tous les horizons du profil (couches de sol). Un peu comme un médecin, vous pourrez diagnostiquer la cause de la maladie : manque d’aération ici, écoulement d’eau là, fumier non décomposé par ici, absence de racines par là, etc.

Les recommandations

À la suite de ses constats au champ, l’agronome analysera toutes ses observations et mesures, puis présentera un rapport contenant une synthèse et des recommandations sur les actions à entreprendre. Pensons à des actions visant la prévention (choix de périodes d’épandage selon la texture, travail de sol adapté, etc.) ou la correction (aménagements de contrôle d’érosion, décompactage, cultures de couverture, etc.). Le producteur pourra aussi recevoir une aide financière pour être accompagné sur le plan agronomique.

Faites appel au Réseau Agriconseils de la Chaudière-Appalaches (418 386-8116, poste 1549) pour être guidé dans cette démarche des plus utiles.

Louis Robert, agronome, M. Sc.
Conseiller régional en grandes cultures

Juin 2013

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2016-10-13

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2021