Comment améliorer la biodiversité sur ma ferme?

L’agriculture peut avoir des effets bénéfiques sur la biodiversité, à différentes échelles. Peut-être l’ignoriez-vous, mais de petits gestes concrets de votre part peuvent faire toute la différence.

Concrètement, voici quelques possibilités qui s’offrent à vous pour améliorer la biodiversité sur le territoire occupé par votre ferme.

  1. Créez des milieux humides dans certains bouts de champs improductifs.
  2. Effectuez une rotation des cultures et mettez différentes espèces de plantes sur un même lot. De manière générale, en favorisant la biodiversité sur les exploitations, notamment en optant pour des rotations de culture, il est possible de diminuer les risques de maladies et de limiter le désherbage. De plus, en misant sur des plantes qui attirent les insectes polinisateurs, on améliore les récoltes. Les mortalités chez l’abeille illustrent bien l’importance de son rôle et la dépendance des cultures envers cet insecte. 
  3. Implantez des bandes riveraines composées d’arbustes ou d’arbres au pourtour des fossés et des cours d’eau. La présence d’une bande riveraine ligneuse, c’est-à-dire composée d’arbres ou d’arbustes, réduit la présence des rats musqués ainsi que les dégâts qu’ils causent.
  4. Dans l’érablière, laissez des « chicots » morts. Au sol, ils offrent des sites de refuge parfaits pour les salamandres et autres insectes. Les chicots morts « debout » sont aussi de bons réservoirs de nourriture pour les pics et autres oiseaux insectivores.
  5. Adaptez la fauche du foin en fonction des espèces qui pourraient être présentes au champ : plus la coupe est haute, moins les pertes sont importantes parmi les animaux couchés à plat sur le sol et les oiseaux en couvaison. La direction de la fauche allant de l’intérieur vers l’extérieur de la parcelle donne aux animaux adultes la possibilité de fuir. Évitez de faucher les bords de champs, question de laisser aux animaux des espaces pour se réfugier. Un plus grand laps de temps entre la première et la deuxième date de fauche diminue le taux de mortalité, en particulier chez les nicheurs au sol. Enfin, les faucheuses à barre de coupe font moins de victimes parmi les animaux sauvages que les faucheuses rotatives.
  6. Privilégiez la destruction mécanique des mauvaises herbes à la destruction chimique. L’utilisation de produit phytosanitaire doit se faire dans une démarche d’agriculture raisonnée. En fait, les produits phytosanitaires devraient être utilisés à un dosage minimal. En surveillant les parcelles, on peut  intervenir seulement en cas de nécessité.
  7. Créez des corridors de déplacement pour les mammifères (lisières boisées).
  8. Installez des nichoirs afin de susciter l’implantation d’espèces d’oiseaux bénéfiques aux cultures. En réalité, des oiseaux nichant dans les milieux naturels, à proximité des champs en culture, peuvent contribuer à contrôler les insectes ravageurs des récoltes.
  9. Suscitez la présence de différentes espèces de poissons dans votre cours d’eau en laissant les abris comme les roches ou les courbes naturelles du cours d’eau. Remettez le cours d’eau à son état le plus naturel possible.
  10. De façon plus globale, il est essentiel d’implanter de nouvelles variétés de végétaux tout en protégeant les variétés plus anciennes. Cela permettra de répondre à l'éventuelle demande alimentaire et de s'adapter aux changements climatiques.

Évidemment, ce ne sont que quelques idées qui peuvent être mises en œuvre à la ferme par les exploitants agricoles. Votre implication dans une démarche de protection de la biodiversité aura des effets notables sur les différentes espèces fauniques et floristiques. Prenez le temps de connaître les espèces présentes sur votre exploitation et, par la suite, appliquez de petits trucs simples pour créer de la biodiversité. Vous compterez parmi les producteurs avant-gardistes qui posent un nouveau regard sur leur exploitation agricole.

Août 2012

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2016-10-13

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2021