Vos cendres sont plus qu’intéressantes!

Plusieurs ont déjà entreposé le bois de chauffage qui sera utilisé pour affronter les froids de l’hiver ou encore pour chauffer les bouilleuses des érablières. Mais saviez-vous que les cendres de vos poêles à bois pourraient vous rendre service?

Le chauffage domestique au bois est utilisé par des milliers de Québécois comme chauffage principal ou tout simplement par plaisir. Bien que ce mode de chauffage soit appelé à diminuer dans les zones urbaines pour prévenir le smog hivernal, bon nombre de citoyens continueront d’utiliser les poêles à bois. Seulement sur le plan du chauffage domestique, on estime que cette activité génère environ 50 000 tonnes de cendres et qu’une grande partie de celles-ci est envoyée à l’enfouissement par l’entremise des collectes d’ordures ménagères.

Tout un potentiel!

Saviez-vous que vous avez entre les mains un matériel pouvant chauler les sols et apporter, du même coup, du phosphore et de la potasse? Une campagne d’échantillonnage lancée en 2009 a permis d’évaluer la qualité des cendres domestiques et les possibilités de recyclage de celles-ci. Les cendres de bois analysées ont des valeurs fertilisantes supérieures aux cendres industrielles ainsi qu’un pouvoir neutralisant comparable à la chaux agricole.

Cependant, puisque le pH de la cendre est très élevé, il faut l’appliquer méthodiquement sur les sols ou les jardins. En ce sens, il est recommandé d’épandre les cendres sur des sols ayant un pH inférieur à 7 et de ne pas dépasser un dosage agronomique normal de 0,15 kg par mètre carré, par année. En termes de fertilisation, puisque les cendres sont riches en phosphore, en potasse et en oligo-éléments, il faut réduire l’apport complémentaire d’engrais minéraux au sol, à l’exception des engrais azotés (les cendres ne contiennent pas d’azote).

Si vous pratiquez le compostage de vos déchets organiques, encore là, l’intégration des cendres est intéressante, mais il ne faut pas outrepasser les quantités recommandées, soit 4 % (poids/volume). À de plus fortes concentrations, la cendre peut inhiber l’activité microbiologique et retarder la maturation du compost. L’application directe au sol est à privilégier comparativement à l’application dans le composteur.

Les contaminants

Mais qu’en est-il des contaminants? Les teneurs en métaux et en contaminants inorganiques des cendres analysées se sont avérées sécuritaires pour un recyclage par épandage aux doses agronomiques. Toutefois, la qualité des cendres domestiques dépend du respect des bonnes pratiques de chauffage, dont la qualité et la propreté du combustible utilisé, ainsi que des conditions de combustion. En conséquence, si vous brûlez des lattes traitées, des rebuts de construction ou de vieux meubles, il serait inapproprié d’utiliser vos cendres dans les jardins, notamment.

Outre les poêles à bois?

Par ailleurs, le développement de la filière de chauffage par la biomasse pour les institutions, les commerces et les petites industries pourrait éventuellement augmenter la quantité de cendres disponibles pour le recyclage sur les sols. L’acériculture produit aussi des cendres pouvant être recyclées dans les érablières. Des plans de chaulage sont d’ailleurs réalisés pour soutenir les entreprises acéricoles dans l’amélioration de la performance de leur érablière. Profitez donc de cette ressource provenant directement de votre érablière!

Une foule de possibilités

Quoique la valeur des cendres de bois comme produit chaulant et engrais soit bien connue, notamment en agriculture biologique, encore trop de cendres sont jetées avec les déchets domestiques. Ainsi, afin de détourner les cendres de l’élimination, quelques options s’offrent à vous : l’épandage résidentiel, le compostage domestique ou l’ajout des cendres au bac lors de la collecte municipale pour qu’elles puissent être compostées. Une fois que nous sommes mieux informés des bienfaits, nous pouvons détourner de l’enfouissement des quantités appréciables de déchets. Cet hiver, pensez-y!

Pour plus d’information à ce sujet, consultez l’article de Josée-Anne Majeau et al., Les cendres de poêles à bois, disponible sur le site Internet du Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs.

Annie Goudreau, agronome
Conseillère en agroenvironnement

Source : Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs.

Octobre 2013

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2016-10-13

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2019