Producteur, avez-vous une bonne qualité de vie?

Le travail occupe une grande partie de notre temps et c’est encore plus vrai lorsqu’on est agriculteur. En fait l’agriculture est plus qu’un métier, car il s’agit d’un mode de vie. Ce dernier vous convient-il? Convient-il à votre conjoint ou conjointe? Est-ce qu’il vous permet d’atteindre vos objectifs personnels et professionnels? Bref, dans le métier d’agriculteur, avez-vous trouvé le bonheur?

Selon Alex Berthiaume de Saint-Elzéar, « on entend souvent dire que les gens qui vivent de l'agriculture n'ont pas ou presque pas de qualité de vie. Pour ma part, je pense que nous avons l’une des meilleures qualités de vie, car ça prend deux minutes se rendre au travail, et ce, sans l'utilisation d'un véhicule. Et le retour est aussi court! Je côtoie ma famille tous les jours, je retourne dîner à la maison, j'organise mon horaire comme je le veux. Quoi demander de mieux? Par contre, n'oublions pas que la qualité de vie de chacun diffère selon nos goûts et nos préférences et moi je me trouve chanceux d'être dans le monde agricole. »

Certains diront que le travail, ce n’est pas tout dans la vie et ils ont bien raison. Toutefois, notre emploi peut avoir un impact considérable sur la qualité de vie. Certes, chaque métier comporte son lot d’avantages et d’inconvénients. Cependant, si votre travail vous procure généralement un sentiment de satisfaction, de valorisation ou d’appartenance, il est fort probable qu’il contribue positivement à votre qualité de vie. En contrepartie, lorsqu’une personne ne ressent pas de motivation dans la réalisation de ses tâches, il est plausible qu’elle vive du découragement, de l’ennui ou même de la colère. Ces états d’âme risquent d’affecter la qualité de vie de la personne en général.

La qualité de vie selon monsieur ou madame tout-le-monde

Mais qu’est-ce que la qualité de vie? Globalement, c’est un terme employé pour mesurer le bien-être. Or, chacun a sa propre perception de ce qui peut contribuer à ce sentiment. Par exemple, si on posait la question à M. ou Mme Tout-le-monde sur la rue, on pourrait obtenir des réponses telles que celles-ci :

  • Être en bonne santé;
  • Disposer de plus de temps pour faire des activités qu’on aime;
  • Avoir une vie de couple heureuse;
  • Exercer un travail stimulant;
  • Être plutôt à l’aise financièrement;
  • Avoir du temps libre pour pratiquer son sport ou son loisir préféré;
  • Avoir des amis sur qui on peut compter;
  • Entretenir des liens familiaux harmonieux;
  • Etc.

La qualité de vie selon les producteurs agricoles 

Le sens donné à la qualité de vie ou au bien-être est donc très subjectif. Il peut faire référence à différents domaines de la vie. Alors, si on posait maintenant la question à des producteurs établis depuis plusieurs années, on obtiendrait possiblement des réponses telles que celles-ci:

  • Avoir une belle ferme rentable dont je puisse être fier
  • Avoir des employés fiables
  • Prendre du temps pour faire des activités en dehors de l’entreprise;
  • Entretenir des liens harmonieux avec mes coéquipiers dans l’entreprise
  • Être reconnu pour mes implications sociales dans le milieu agricole
  • Former une équipe avec l’un de mes enfants
  • Avoir de la relève
  • Pouvoir déléguer et partager la charge de travail
  • Réussir mon transfert de ferme
  • Avoir des projets de retraite stimulants
  • Etc

La qualité de vie selon la relève agricole

Si on s’adressait plus précisément à la relève, la qualité de vie pourrait être associée aux éléments suivants :

  • Détenir son diplôme en agriculture
  • Travailler à la ferme
  • Avoir un (e) conjoint (e) qui m’appuie dans mon travail ou même, dans certains cas, qui s’implique à la fermePouvoir concilier le travail à la ferme avec la vie de couple et la famille
  • Être reconnu à sa juste valeur pour son travail sur l’entreprise
  • Avoir des projets de développement
  • Bénéficier de conditions de travail satisfaisantes (salaire, horaire, vacances, etc.)
  • Effectuer les tâches que j’aime
  • Assumer des responsabilités importantes
  • Obtenir des parts dans l’entreprise
  • Devenir un jour LE gestionnaire de la ferme.

Vos objectifs, vos besoins et vos attentes

Bien qu’il soit difficile de mesurer la qualité de vie, on peut toutefois évaluer l’écart entre l’idéal de vie qu’on s’était fixé (objectivement, bien sûr) et la réalité. Pour ce faire, on doit d’abord se poser quelques questions :

  • Quelles étaient mes attentes lorsque j’ai choisi de devenir agriculteur?
  • Quels étaient mes objectifs personnels et professionnels?
  • Ce métier me permet-il de réaliser mes objectifs?
  • En quoi le métier de producteur comble-t-il mes besoins au travail?
  • En quoi ne les comble-t-il pas?
  • Que puis-je améliorer dans mon travail pour qu’il se rapproche de mon idéal?

Sur quoi avez-vous du pouvoir?

Il est d’abord essentiel de distinguer les aspects sur lesquels nous avons un pouvoir d’action comparativement à ceux sur lesquels nous n’avons pas de pouvoir. Parfois, le lâcher-prise s’avère la seule option : en prendre conscience peut être très salutaire!

À partir de là, on peut investir temps, efforts et énergies sur les aspects qui peuvent être améliorés. Lorsqu’on travaille seul, il ne tient qu’à nous de changer les choses sur lesquelles nous avons du pouvoir, mais lorsque ce changement implique d’autres personnes, c’est une autre histoire…

Des attentes et des besoins qui ne sont pas bien communiqués risquent de ne pas être compris et, par conséquent, de ne pas être comblés. Des irritants non verbalisés risquent d’être ignorés. Des questions non posées resteront sans réponse. Des projets non expliqués créeront de la confusion. Des malentendus généreront de mauvaises décisions. Le silence ouvre donc la porte à de fausses hypothèses,  créant inquiétudes, frustrations et déceptions. Vous l’aurez compris : la communication est à la base de toute bonne relation.

En quoi le CRÉA peut vous aider

Même lorsqu’on possède l’art de communiquer, ce n’est pas toujours facile de le faire efficacement, surtout lorsque les rôles familiaux et les rôles dans l’entreprise se mélangent.

Le Centre régional d’établissement en agriculture (CRÉA) de la Chaudière-Appalaches se préoccupe particulièrement des aspects humains et organisationnels dans tout projet lié au développement et à la pérennité des entreprises agricoles. Les conseillères ont développé l’expertise nécessaire pour aider les producteurs à communiquer efficacement, à cogérer et à planifier leur transfert de ferme. Plus concrètement, le travail des conseillères consiste, entre autres, à :

  • planifier le transfert de ferme en tenant compte de tous les aspects
  • définir la vision commune de l’entreprise
  • clarifier les objectifs de chacun
  • assurer une saine cogestion
  • préciser la place de la bru, du gendre ou de toute autre personne impliquée dans l’entreprise
  • clarifier la question de l’équité entre les enfants
  • faciliter la communication entre les membres de l’équipe et la famille
  • discuter de la répartition des tâches et des responsabilités ainsi que de l’organisation du travail
  • Etc.

Une piste à explorer : l’organisation du travail

L’étude réalisée par Traget Laval sur la gestion du travail en production laitière au Québec indique que « l’organisation du travail pourrait constituer un levier important pour l’amélioration des résultats économiques et la qualité de vie sur les entreprises agricoles ». De plus, les chercheurs révèlent que « l’organisation du travail est d’une utilité sociale évidente pour l’amélioration de la qualité de vie des producteurs laitiers ainsi que l’attractivité du métier pour la relève agricole ».

C’est donc dire qu’en plus d’améliorer les résultats économiques, s’intéresser à la gestion du travail en entreprise est une bonne piste pour améliorer la qualité de vie des producteurs et attirer la relève agricole.

Rappelons qu’il est important de se parler des améliorations à apporter, mais également de ce qui va bien! Dans une équipe, il faut aussi s’encourager, se féliciter, se remercier et souligner les bons coups. Tout cela favorise un sain climat de travail où il fait bon vivre pour que vous  trouviez encore plus de bonheur dans votre métier d’agriculteur!

Carole Bouffard, agronome
Conseillère, Saint-Georges

Marie-Josée Fortin, adjointe à la coordination
Centre régional d’établissement en agriculture de la Chaudière-Appalaches

Février 2014

 

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2016-10-11

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2021