Application de gypse sur les sols

L’emploi de gypse pour fertiliser les sols est une pratique presque aussi ancienne que l’agriculture elle-même. Pourtant, l’utilisation courante des engrais minéraux a relégué cette pratique au second plan dans le contexte de l’agriculture industrialisée que nous connaissons. Des facteurs économiques, notamment les coûts grandissants, ont récemment ramené l’idée de recourir à la valorisation agricole pour le gypse. Des entreprises québécoises spécialisées en recyclage de matériaux de construction l’offrent déjà dans différentes régions, incluant la Chaudière-Appalaches. Est-ce que cela en vaut le coût du point de vue de la production agricole?

Propriétés du gypse

Le gypse, en raison de sa composition chimique de sulfate hydraté de calcium naturel (CaSO42H2O), contient 22 % de calcium et 18 % de soufre, en moyenne. Ce sont deux éléments nutritifs essentiels aux plantes, que l’on qualifie de secondaires par rapport aux éléments majeurs, soit l’azote (N), le phosphore (P) et le potassium (K). Ils sont tout aussi essentiels que ces derniers, mais s’y retrouvent en moins grande quantité. Il est vrai que le calcium et le soufre ont été quelque peu négligés dans nos pratiques de fertilisation, contrairement aux éléments majeurs. Ceci ne veut pas dire pour autant qu’on a besoin de les inclure dans notre programme de fertilisation.

L’anhydrite (CaSO4), possédant des propriétés chimiques différentes, se comporte dans le sol de façon similaire. Il est parfois utilisé dans la culture des pommes de terre, notamment dans la région de Portneuf.

Le gypse est un produit qui ne devrait pas être comparé à la chaux, puisqu’il n’affecte pas le pH. Il s’agit plutôt d’une source de calcium et de soufre pour l’alimentation des plantes, bien que l’apport de calcium puisse parfois aider à l’agrégation du sol. En fait, d’un point de vue agronomique, c’est un produit intéressant, puisque de nombreux travaux de recherche ont démontré qu’il pouvait produire plusieurs effets bénéfiques dans le sol. 

 Effets du gypse

Commentaires et probabilités d'un effet rentable en Chaudière-Appalaches

 Source de calcium (Ca) Peu probable : sols riches en Ca, culture peu exigeantes
 Source de soufre (S) Peu probable: matière organique élevée, engrais de ferme
 Structure de sol Peu probable sur les sols sableux; autres facteurs de dégradation plus importants sur les sols argileux
 Réduction des pertes de phosphore (P) Probable: le gypse réduit la solubilité du P, et le ruissellement
 Réduction des pertes d'azote (N) Peu probable
 Réduction de l'érosion Peu probable
 Élimination de la toxicité en aluminium Probable sur les sols et sous-sols acides (pommes de terre)
 Additif au fumier Réduit la volatilisation de l'azote ammoniacal par acidification, et réduit la solubilité du P donc les pertes environnementales
 Chaulage  Peu d'effets
 Activation des bactéries  Allégation non fondée
 Résistance des plantes  Allégation non fondée
 Développement racinaire  Allégation non fondée

Ce qu’il faut savoir

Malgré les nombreux résultats de recherche sur l’utilisation de gypse, nous ne disposons d’aucun résultat d’essai réalisé sous les conditions québécoises. Ainsi, cela nous empêche de recommander l’usage de cette technique en région. Par contre, il faut agir avec beaucoup de prudence puisque les vendeurs de gypse peuvent avoir recours à d’autres arguments, mais la validité de leurs propos n’est pas toujours démontrée. Les essais régionaux de fertilisation au soufre et au calcium, notamment sur le canola, n’ont pas donné de résultats positifs.

Le gypse peut provenir de différentes sources : extrait de mines (gypse naturel), sous-produit de la combustion de charbon dans les centrales thermiques (gypse synthétique), sous-produits recyclés de divers procédés de fabrication industrielle ou de construction et démolition de bâtiment. Pour cette dernière catégorie, les résidus de découpage de placoplâtre recueillis lors de la construction de nouveaux bâtiments représentent une source nettement plus indiquée pour l’utilisation sur les sols agricoles que les résidus de démolition qui pourraient contenir divers contaminants (colle, peintures, papiers, etc.)

Il faut rappeler que l’épandage de gypse sur une terre agricole, comme c’est le cas de n’importe quel intrant provenant de l’extérieur de la ferme, devrait, au préalable, faire l’objet d’un échantillonnage représentatif et d’une analyse chimique pour obtenir les teneurs en éléments fertilisants, en métaux lourds et d’autres contaminants. De plus, la teneur en eau, la granulométrie et de la densité sont des éléments à considérer. Des nombreux problèmes imprévus peuvent survenir à l’épandage à la suite de la réception d’un matériel trop humide, ou encore qui contient des matières étrangères. Bien entendu, l’épandage de gypse n’est encadré d’aucune norme du Bureau de normalisation du Québec, contrairement à la chaux et aux amendements calciques et magnésiens. Somme toute, l’utilisateur doit en assumer la responsabilité.

Il faut aussi s’assurer de respecter les règlements entourant l’usage de matières résiduelles hors normes. À défaut de détenir un document de reconnaissance de l’Agence canadienne d’inspection des aliments, le produit de gypse qui vous est offert n’est pas un engrais. Sinon, l’épandage du produit devra faire l’objet d’un certificat d’autorisation du ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs et devrait être considéré comme une matière résiduelle fertilisante. Donc, en l’absence de ces deux documents, les producteurs agricoles qui entreposent et épandent le gypse, s’exposent à des avis de non-conformité, et dans le cas échéant, à des sanctions.

Pourquoi ne pas demander l’avis de votre agronome avant de procéder à l’utilisation de cette technique sur vos champs? Il pourra vous aider à déterminer si l’usage de gypse peut être profitable pour votre entreprise en vous informant sur des détails tels l’emplacement ainsi que la dose à utiliser.

Louis Robert, agronome, M. Sc.
Conseiller régional en grandes cultures

Avril 2014

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2016-10-11

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2021