Un site de qualité SVP!

Bien sûr, il est possible de faire de l'agriculture presque partout. ou presque. Mais il faut admettre que certains producteurs ont plus de facilité et d'avantages que d'autres, souvent grâce à un bon sol et à un site de production intéressant. Pour les fins de cet article, divisons les critères d'un bon site en 3 catégories : le sol, le climat et le marché.

Sol

En horticulture, il faut souvent travailler sur les sols tôt et tard en saison. On souhaite en général de la hâtivité afin d'arriver sur les marchés au moins en même temps que la moyenne. Donc, on préfère les sols plutôt légers qui se drainent bien et qui se réchauffent plus rapidement. Les loams sableux sont dans cette catégorie; tant mieux si leur contenu en matière organique est de 5 % et plus!

Par opposition, les sols trop lourds (argileux) sont difficiles à égoutter, se réchauffent plus lentement au printemps, se compactent davantage et ne doivent pas être travaillés humides car il se formera alors des mottes dures qui seront là toute la saison. Avant d'acheter ou de louer une terre, demandez à voir les analyses de sol ou faites-en faire! C'est un bon placement!

Lorsqu'il est nécessaire de faire du drainage souterrain ou de surface, il faut savoir qu'on parle ici d'investissements obligatoires, rentables mais plutôt dispendieux qui peuvent coûter jusqu'à 2500 $/hectare. Il faut aussi regarder quelles sont les autres limitations de cette terre: cela peut être la topographie (relief accidenté), la pierrosité, la faible profondeur du sol. On peut cultiver sur des sols pierreux et accidentés mais cela représentera toujours des risques et des coûts additionnels.

Enfin, si la terre a été quasi abandonnée pendant quelques années, il y aura des coûts supplémentaires pour la remettre en condition de production. Il faut penser aux possibilités d'approvisionnement en eau (ex. : ruisseau, rivière); sinon, il faudra aménager un étang. À l'achat d'une terre, il faut aussi regarder s'il y a un boisé exploitable; c'est toujours un avantage, voire un revenu d'appoint pour le producteur. Quel est l'état de la résidence? Est-ce que les bâtiments sont utilisables?

Climat

Dans une même localité, il y a souvent de bonnes différences de climat entre divers sites, et ce, même sur une même ferme. Est-ce que c'est venteux? Existe-t-il des brise-vent naturels ou faudra-t-il en planter? Le vent enlève des unités thermiques de croissance presque à chaque jour si c'est venteux!

Y a-t-il un bon couvert de neige l'hiver? Cela est très important pour la plupart des plantes vivaces et encore plus pour celles qui sont plus gélives comme la vigne et le bleuet en corymbe. Est-ce que le site est considéré froid ou susceptible de geler? C'est souvent le cas des terres près des rivières, dans les vallées. L'air froid plus lourd que l'air chaud s'y accumule.

Pour la serriculture, en particulier, on recherche un maximum d'ensoleillement (heures de soleil par jour) : des données existent à ce sujet. En général, les régions montagneuses sont moins ensoleillées que les plaines. Dans les vallées, certains sites peuvent être brumeux en matinée; cela occasionne une perte d'ensoleillement et peut engendrer des coûts d'énergie additionnels.

Quel est la période sans gel du site? En horticulture, on redoute les gels au plus haut point. Est-ce que la région est propice au développement de gros orages, de tempêtes de grêle, de tornades?

Marché

Si on souhaite vendre ses produits directement au consommateur, c'est un immense avantage d'être près d'eux c'est-à-dire près des villes. À défaut de cela, on peut aller dans les marchés publics et/ou aménager un ou des kiosques là où il y a de l'action. Toutefois, cela représente encore des coûts de transport, d'installation et de main-d'oeuvre supplémentaires.

Dans les faits, plusieurs horticulteurs ou ex-horticulteurs ont acheté des terres moins dispendieuses dans des régions plus éloignées des centres. C'est quand arrive le temps de vendre les produits que l'on se rend compte des efforts et coûts additionnels que cela amène. À l'opposé, les sites trop près des villes subissent eux aussi des contraintes: taxes, urbanisation, cohabitation plus difficile, réglementation, etc. Encore ici, la voie du compromis est la plus logique: être en zone agricole, pas trop loin des centres, le long des routes achalandées.

Enfin, on réalise à quel point le choix du site est primordial. Plus le projet est gros, plus il est important. Et même pour de petites superficies, toutes proportions gardées, les coûts supplémentaires seront tout de même appréciables. Par contre, pour certains, la quiétude des régions plus éloignées n'a pas de prix. Ce qui compte avant tout, c'est d'avoir fait vos choix en toute connaissance des avantages et inconvénients et après tout, vous êtes majeurs et vaccinés!

Bon succès!

André Carrier, agronome, M. Sc.
Conseiller régional en horticulture

Avril 2007


Dernière mise à jour : 2016-10-13

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2021