La rotation des cultures adaptée à l'horticulture

La rotation ou l'assolement des cultures est le procédé par lequel on utilise une succession de cultures sur une même partie de terrain dans le but d'améliorer le rendement et la qualité des récoltes, tout en favorisant une meilleure conservation du sol.

Pourquoi?

On fait des rotations pour générer et entretenir la fertilité des sols, de même que pour obtenir des rendements élevés en recherchant l'impact optimal de la culture précédente. La rotation peut également avoir une incidence positive sur la ou les récoltes suivantes, aider à la gestion des mauvaises herbes et réduire l'incidence des maladies et insectes. Aussi, elle permet de prévenir l'érosion des sols et la pollution de l'environnement et maintient ou augmente le taux de matière organique et la stabilité de la structure du sol. Elle permet d'exploiter de façon différente les couches du profil du sol; de plus, elle nourrit la faune et la flore qui constituent l'activité biologique du sol et évite l'exportation disproportionnée de certains éléments nutritifs.

Comment réaliser un plan de rotation?

Le plan des champs doit indiquer le type de sol, le drainage, les limitations particulières (ex. : pente, inondation), le niveau de fertilité/pH et l'importance des mauvaises herbes. Il est important de bien connaître ses champs afin d'apporter les meilleurs correctifs possible.

Le choix des cultures horticoles doit se faire en fonction des marchés potentiels; elles doivent être adaptées au climat et au type de sol. La rotation doit inclure des cultures qui viseront davantage à améliorer le sol, la matière organique, l'azote du sol et sa structure, ainsi que diminuer l'érosion, les maladies, les insectes nuisibles et les mauvaises herbes. Ces cultures «améliorantes» sont en tête ou en fin de rotation; elles sont essentielles même si elles ne sont pas destinées aux marchés.

Les légumineuses sont obligatoires car elles bâtissent le sol. On doit classifier les cultures horticoles par famille: solanacées, crucifères ou grands groupes: légumes-racines, légumes-fruits, légumes-feuilles, légumes-grains ou bulbes. On peut également classer les cultures selon d'autres critères comme par exemple selon qu'elles sont « nettoyantes », « salissante s», « exigeantes », « moyennement exigeantes », « frugales » ou selon leur profondeur d'enracinement.

La durée de la rotation doit être la plus longue et la plus équilibrée possible afin d'améliorer les qualités des divers champs à tous les niveaux. Lors de l'élaboration d'un plan préliminaire on doit vérifier si les grands principes de la rotation sont respectés et tendre vers des champs de dimensions comparables. Il faut également tenir compte du plan d'utilisation des engrais organiques comme les fumiers et composts. Il est important de planifier les engrais verts et les cultures couvre-sol, à moins d'avoir à recourir à la jachère (à cause des mauvaises herbes), car le sol ne doit pas rester à nu. Le plan de rotation doit être techniquement réalisable et ne pas trop créer de conflits avec d'autres récoltes ou travaux.

En pratique...

En horticulture, les rotations ne sont pas toujours faciles à élaborer. Certaines cultures spécialisées requièrent leur propre système de rotation comme c'est le cas pour la pomme de terre, par exemple. Il faut aussi composer avec des sols plus secs, plus lourds, divers degrés de pente et des parcelles hors rotation. Les plantes les plus exigeantes comme la pomme de terre, le maïs et les crucifères sont placées en tête de rotation. Les plantes un peu moins exigeantes, elles, profiteront des fertilisants résiduels des légumes-racines. En fin de rotation, on implante les légumineuses, les prairies et les engrais verts qui vont fertiliser et régénérer le sol.

Attention!

Un système de rotation sans prairie risque de favoriser la dégradation de la structure du sol, car il n'y a pas de séquence de repos. Pour leur part, les fumiers non compostés sont à bannir surtout à cause des risques de mauvaises herbes qu'ils présentent.

Séquence annuelle des cultures

Ferme maraîchère diversifiée

  • 1re année : maïs
  • 2e année : solanacées (tomate, piment, pomme de terre)
  • 3e année : cucurbitacées (concombre, citrouille, courge)
  • 4e année : crucifères (chou, rutabaga)
  • 5e année : légumes-racines suivis de légumineuses en engrais verts
  • 6e année : engrais verts

Ferme maraîchère avec spécialisation dans la pomme de terre

  • 1re année : pommes de terre hâtives suivies de seigle ou de vesce velue
  • 2e année : épinards et laitue suivis de pois ou de seigle en engrais verts, selon la saison
  • 3e année : crucifères ou poireaux ou laitue d'automne
  • 4e année : légumes-racines
  • 5e année : légumineuses

Rotation qui retourne beaucoup de matière organique au sol

  • 1re année : maïs sucré
  • 2e année : pommes de terre
  • 3e année : légumes divers (incluant haricots, pois, etc.)
  • 4e année : céréales grainées avec trèfle
  • 5e année : trèfle en engrais vert fauché 1 ou 2 fois

En résumé

Le plan de rotation est essentiel! Il faut bien connaître ses sols à tous points de vue. Les rotations choisies et les fertilisants organiques apportés doivent assurer le renouvellement de la matière organique et une activité biologique intense. Il en va du maintien de votre meilleur capital productif: votre sol!

André Carrier, agronome
Conseiller régional en horticulture
Référence: La France, D. La rotation des cultures. Centre de développement d'agrobiologie et CÉGEP de Victoriaville, 1995, 121 p.

Août 2005

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2010-11-16

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2020