Être moins dépendant du pétrole

De nos jours, bien des gens sont accros aux jouets mécaniques, surtout dans le domaine agricole, où les constructeurs de machinerie offrent de quoi « s’amuser ». C’est une passion très légitime, tant qu’on en a les moyens. Dans le cas contraire, la clé se trouve peut-être dans vos pâturages…

Comme le prix du pétrole en fait sourciller plus d’un, nombreux sont ceux qui veulent se  tourner vers d’autres sources d’énergie pour abaisser leurs coûts de production.

Le soleil et l’eau font pousser une ressource renouvelable au Québec : les pâturages. Lorsqu’on utilise les pâturages à leur plein potentiel, c'est-à-dire de façon intensive, les coûts de récolte et d’entreposage de fourrages s’en trouvent réduits. Selon un calcul de la Direction régionale de l’Outaouais du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, une utilisation intensive des pâturages permet de réduire les coûts mensuels d’environ 3000 $ pour un troupeau de 100 vaches, comme on recourt moins au pétrole et à la machinerie.

Comment accroître votre productivité? Misez sur les pâturages en rotation ou en bandes, les clôtures électriques, permanentes ou amovibles, les systèmes d’abreuvement, le chaulage et la gestion de la fertilité.  Leur coût à l’hectare est relativement faible, contrairement aux intrants, dont les prix augmentent  proportionnellement au coût du pétrole.

De plus, grâce à l’abondance d’herbe locale et naturelle de qualité, on peut vendre à prix équitable à des consommateurs informés et soucieux de leur santé et de l’environnement. C’est un pensez-y bien!


Alain Boily, agronome
Conseiller en production bovine

Juin 2013

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2016-10-13

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2020