Prévenir jour après jour

Dans le coin gauche, tout en muscles, pesant environ 1200 livres chacun : les bovins. Pourtant très robustes, ils sont fragiles. Dans le coin droit, une bactérie invisible à l'oeil nu prête à vaincre son adversaire en un rien de temps! Sa contamination peut occasionner des taux de gestation moins élevés, des avortements, des veaux plus faibles, des gains de poids moins élevés, des maladies plus fréquentes et même la mort. Il est donc essentiel de voir à la protection de son troupeau.

D'où viennent les maladies?

Plus de gens voyagent autour du monde et plusieurs fermes accueillent des visiteurs des régions urbaines. Ces pratiques peuvent augmenter les risques de maladies : c'est pourquoi quelques procédures simples de prévention devraient être appliquées dans les entreprises.

Les maladies infectieuses peuvent se propager par le fumier, les aliments, l'air, le contact entre les animaux, les animaux de compagnie et la faune. Les humains peuvent aussi propager des bactéries avec leurs sécrétions nasales, leurs chaussures et leurs véhicules de transport, de même qu'avec la viande qu'ils importent et les eaux usées qu'ils renvoient. Le partage d'équipement et de sacs d'aliments déjà entamés entre les fermes peut aussi être une source de propagation des maladies.

Les vétérinaires, les transporteurs de bétail et les voisins propriétaires d'animaux présentent des risques élevés. De plus, la faune (chevreuils, oiseaux, coyotes, chiens, rats et souris) peut aussi transmettre des maladies comme la rage, la leptospirose ou la salmonellose.

Comment les prévenir?

Avec un désinfectant commercial, nettoyez d'abord la terre et le fumier sur vos bottes, puis désinfectez-les en frottant particulièrement la semelle à l'aide d'une brosse. N'oubliez pas les vêtements et les caméras. Si vous manipulez des animaux autres que les vôtres, lavez minutieusement vos mains avant de toucher vos bêtes de retour sur votre ferme.

Renseignez-vous sur l'état de santé des nouveaux animaux qui arrivent à la ferme: quels vaccins ont-ils reçus et quelles maladies ont-ils eues durant la dernière année?

Si vous transportez des animaux en direction ou en provenance d'aires de rassemblement de bétail, un nettoyage du véhicule s'impose, mais sur un site où il n'y a pas eu de contact direct avec des bovins. Arrosez ensuite votre véhicule et passez à un lave-auto.

Pour l'alimentation, utilisez seulement un lacto-remplaçant ou un colostrum commercial: évitez le colostrum cru provenant d'autres fermes. Nettoyez et désinfectez l'équipement, les chaudières pour la moulée, les pelles et les autres outils prêtés ou empruntés.

Si possible, évitez que les véhicules qui transportent du bétail ou des aliments traversent des endroits où les animaux sont gardés régulièrement. N'offrez pas de restes de viande aux animaux de compagnie ou à la volaille parce qu'ils peuvent contenir des virus et des bactéries.

Si vous voyagez à l'étranger, attendez 72 heures après votre retour pour approcher vos animaux. Vous vous assurerez ainsi de ne pas transmettre de virus vivant dans vos voies respiratoires. Dans la même optique, demandez à tous les visiteurs s'ils ont voyagé à l'extérieur du pays ou s'ils ont été en contact direct avec d'autres animaux au cours des trois derniers jours. Fournissez-leur aussi des bottes de caoutchouc, qui devront toujours demeurer à votre ferme.

La prévention : une nécessité pour garder ses bêtes en santé!

Alain Boily, agronome

Octobre 2009


Dernière mise à jour : 2016-10-13

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2020