Veaux d’embouche : le Top 10 des recommandations

Dans le cadre du groupe-pilote des producteurs de veaux d’embouche, une vingtaine de diagnostics techniques ont été analysés pour établir les dix recommandations les plus courantes faites aux producteurs. Après la lecture de ce palmarès, vous connaîtrez mieux les principaux points à améliorer. Regardons-les ensemble.

  1. Achetez des femelles hybrides de qualité

    Grâce à la vigueur hybride, les vaches croisées sont avantagées sur le plan de la reproduction par rapport aux sujets de race pure. Croiser deux sujets de race pure donne un veau qui aura les qualités particulières de chacune des races choisies. On souhaite généralement, pour les femelles, croiser des races dites maternelles (Simmental, Angus, Hereford, Salers, etc.). Le choix des races dépend évidemment des besoins et des goûts du producteur.
  2. Utilisez un taureau de génétique supérieure

    Le taureau a une influence importante sur la performance d’une entreprise, car il aura une importante progéniture au cours de sa vie (environ 40 veaux par année). Il est donc avantageux de choisir un taureau ayant une bonne génétique quant au gain de poids (écarts prévus chez les descendants [EPD] pour l’indice de gain).
  3. Améliorez vos pâturages

    Le pâturage constitue la source de fourrage la plus économique pour un troupeau vache-veau. Les frais de récolte mécanique éliminés, chaque tonne de fourrage vert consommé est de deux à trois fois moins coûteuse que le foin ou l’ensilage. Pour bien faire les choses, il faut installer des abreuvoirs faciles d’accès, diviser les champs en parcelles de manière à faciliter la repousse et s’assurer d’un bon pH ainsi que d’un bon drainage du sol.
  4. Aménagez un corral

    Le corral est un élément essentiel à toute bonne gestion d’élevage. Il permet de manipuler les animaux en vue de différents traitements en plus d’améliorer leur sécurité et celle des travailleurs.
  5. Réformez les vaches non reproductives

    Les vaches doivent donner un veau par an, sinon elles sont des charges non productives pour l’entreprise. Visez un taux de remplacement d’environ 12 % et un âge moyen du troupeau de 6 ans.
  6. Améliorez l’alimentation et le logement des veaux

    L’alimentation à la dérobée est conseillée trois ou quatre mois avant le sevrage pour plusieurs raisons : taux de croissance supérieur, meilleur état de chair de la mère et diminution du stress au sevrage. L’aire d’alimentation doit être accessible et adéquate, sinon les veaux n’y iront pas et ne pourront profiter des avantages des aliments disponibles.
  7. Diminuez la densité pour augmenter le confort

    Pour le confort des bêtes, les critères à considérer sont la superficie occupée par les vaches (minimum de 8 m2 par couple vache-veau), la quantité de litière et la fréquence d’épandage, la présence de flaques d’eau souillée et d’urine ainsi que la ventilation et la qualité du nettoyage. Si vos vaches attachées semblent coincées, il est possible de diminuer la stature des vaches sans avoir à reconstruire une nouvelle étable.
  8. Adhérez au PATBQ

    Le Programme d’analyse des troupeaux de boucherie du Québec (PATBQ) est un outil de gestion qui permet d’améliorer les performances de votre entreprise. Informez-vous auprès de votre conseiller ou conseillère.
  9. Contrôlez le poids des veaux

    C’est la vente des veaux qui rapporte la plus grande part des revenus en bout de ligne. Il est donc important de bien gérer cette étape afin d’obtenir le meilleur revenu possible. Pour ce faire, il est important de peser ses veaux en s’équipant d’une bonne balance. Cela va permettre d’ajuster leur croissance et de vendre des groupes de veaux au poids homogène, se rapprochant de 725 lb.
  10. Ayez une meilleure régie des vêlages

    Le vêlage est l’étape de production où le taux de mortalité est le plus élevé. Pour améliorer la régie des vêlages, pensez à les regrouper, à augmenter la surveillance et à améliorer le confort et la salubrité de l’aire de vêlage.

Intéressé?

L’application de ces recommandations pique votre curiosité? Faites affaires avec un agronome qui vous indiquera comment elles peuvent être mises en pratique chez vous et surtout, vous aider à établir vos priorités. Pour trouver un conseiller, communiquez avec le Réseau Agriconseils de la Chaudière-Appalaches au 1 866 680-1858. Des aides financières sont aussi disponibles. Informez-vous!

Collaboration spéciale : Audrée Dufour, stagiaire en production bovine, Réseau Agriconseils de la Chaudière-Appalaches

Avril 2012


Dernière mise à jour : 2016-10-13

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2020