La brebis et l'agneau : un lien solide

En cette période d'agnelage, la plupart des producteurs ovins observent des comportements variés chez les brebis. Certaines d'entre elles démontrent des comportements maternels bien évidents, d'autres non. Pourquoi?

Le mécanisme du déclenchement d'un comportement maternel ou non chez la brebis est tout de même complexe, malgré les apparences. En dépit du travail et de l'attention portée à la régie du troupeau en ce qui a trait à la génétique, à l'alimentation et à la santé, lorsque vient le temps de l'agnelage, on ne peut que s'en remettre à la brebis pour prodiguer les soins de base et pour nourrir le ou les petit(s), ce qui assure leur survie et un bon départ dans la vie.

Le comportement maternel se manifeste avant la naissance, lorsque la brebis passe du temps à renifler le sol à la recherche d'un endroit pour agneler. Très souvent, l'endroit choisi est le même pour plusieurs brebis, probablement parce qu'il est imprégné d'odeurs de liquides foetaux. Le fait de tondre la brebis avant l'agnelage l'incite à rechercher un endroit confortable pour elle, ce qui bénéficiera indirectement à ses agneaux.

La naissance des petits

Si vous observez les brebis après l'agnelage, vous verrez qu'une séquence de comportements semble se répéter. Elles se tiennent debout, s'approchent de leurs petits et les reniflent; elles lèchent leur nombril, leur tête et leur corps. Au fur et à mesure que la brebis reçoit des informations sensorielles provenant des agneaux et des liquides foetaux, une cascade d'événements s'ensuit selon un ordre bien spécifique.

Si le processus est interrompu, par exemple si la brebis est dérangée, les probabilités que l'agneau soit rejeté augmentent. La survie dépend de l'interaction entre l'instinct maternel de la brebis et le comportement inné de l'agneau. Chez les mammifères, la mortalité survient en majeure partie durant ou peu après la mise-bas et elle résulte très souvent d'un manque de soins de la part de la mère, donc d'un comportement maternel inapproprié.

Certaines races ont bien sûr des habiletés maternelles plus développées. Il faut donc considérer le comportement maternel comme un critère de sélection, en plus de la prolificité, pour s'assurer d'une meilleure productivité.

Un lien qui se sent...

Chez les ovins, le comportement maternel apparaît à la parturition, mais disparaît en quelques heures en l'absence de nouveau-né. Durant cette période, l'agneau peut être échangé avec tout agneau nouveau-né étranger sans modifier le comportement de la brebis: c'est la phase sensible. Toutefois, si le contact brebis-agneau est maintenu pendant deux à quatre heures, une relation exclusive se forme de telle sorte que tout agneau étranger est alors refusé à l'allaitement : c'est la phase sélective.

Ce sont les odeurs qui contribuent à la mise en place du lien mère-jeune. La brebis est attirée par l'odeur particulière de son agneau, ce qui lui permet de le reconnaître, en plus de l'odeur des liquides foetaux. À l'approche de la mise-bas, la brebis a une très forte attraction pour l'odeur du liquide amniotique alors qu'elle la trouve répulsive à tout autre moment.

Qu'est-ce qui rend l'odorat si « sensible » au moment de la mise-bas? C'est le profil hormonal de la brebis, en plus du passage physique de l'agneau au travers du cervix, qui contribue à enclencher le processus d'acceptation du nouveau-né. L'étirement du cervix à l'agnelage cause le relâchement d'ocytocine ( hormone ) dans le système nerveux, ce qui stimule le comportement maternel chez la brebis en induisant l'attraction pour l'odeur du liquide amniotique.

Chez les brebis, la reconnaissance rapide est essentielle puisque les animaux sont souvent gardés en enclos. Les animaux se « mélangent » rapidement, ce qui peut donner lieu à des « vols » d'agneaux de la part des brebis trop maternelles. Toutefois, si les liens sont forts, il y a très peu de chances que la petite famille se sépare.

Natalie Sylvain, agronome
Conseillère régionale en productions animales

Février 2010

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2016-10-14

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2021