L'ABC de l'asclépiade

Y a-t-il un potentiel à cultiver de l’asclépiade dans la région? Reconnue comme une mauvaise herbe, cette plante herbacée présente, à première vue, peu d’intérêts agronomiques. Pourtant, ses aigrettes, ses graines et son nectar possèdent plusieurs vertus permettant le développement d’usages commerciaux. La culture d’asclépiade commune à des fins commerciales s’instaure dans plusieurs régions du Québec et la Chaudière-Appalaches n’y fait pas exception.

Les sols propices à sa culture

L’asclépiade commune, aussi appelée asclépiade de Syrie ou « petit cochon », pousse dans pratiquement tous les types de sols, du moment que ceux-ci sont bien drainés. En effet, ses racines doivent être bien aérées et la plante tolère mieux une déficience qu’un excès d’humidité. Ainsi, les sols argileux bien drainés de même que les loams sableux peuvent supporter des colonies vigoureuses. De gros plants peuvent également être observés sur des sols organiques drainés et abondamment amendés.

L’acidité du sol est un autre critère important à considérer. En fait, l’asclépiade se développe mieux dans des sols dont le pH s’approche de la neutralité ou des sols légèrement acides dont le sous-sol est calcaire.

La préparation du sol est primordiale pour assurer l’implantation de la culture sur une base commerciale. Lorsque les conditions d’humidité ou d’acidité ne sont pas favorables, des pratiques agricoles telles que le drainage, le chaulage ou l’application de fertilisants devront être envisagées. Vous voulez savoir s’il s’agit d’un bon site d’implantation? Vérifiez la présence de populations naturelles.

Les façons de l’implanter

Au Québec, l’implantation de la culture commerciale d’asclépiade se fait au moyen de semis aux champs. Les graines présentent certaines particularités. Tout d’abord, pour atteindre un taux de germination acceptable, elles doivent subir un traitement de scarification par abrasion. Ce traitement permet de sortir les graines de leur état de dormance, induit par la saison automnale.

La provenance des semences a aussi un effet significatif sur le taux de germination. Il est donc préférable d’ensemencer des graines issues de populations locales.

Afin d’obtenir une saison de croissance suffisamment longue pour permettre au système racinaire de bien se développer, un semis vers le milieu ou la fin de juin semble idéal. Le semis d’automne (après le 15 août) fonctionne, mais la levée est inégale. Le semis s’effectue comme celui d’une plante fourragère (avec une boîte à mil) ou à l’aide d’un semoir de type « Brillion » ou un semoir pneumatique de type « APV » monté sur un vibroculteur.

Lorsque les semences sont propagées de façon naturelle, les plants atteignent leur pleine floraison lors de la troisième saison de croissance. Si l’on opte pour les semis aux champs, une floraison abondante a lieu l’été suivant. Sous régie commerciale, il faut deux saisons de croissance avant d’entreprendre une première récolte de follicules (fruits) en septembre ou en octobre.

Puisque l’asclépiade est une plante vivace qui est implantée pour plusieurs années, sa culture favorise la présence de mauvaises herbes vivaces. Par conséquent, un bon contrôle des mauvaises herbes est essentiel lors de son implantation.

Asclépiade et climat d’ici : un bon mariage?

L’asclépiade commune accomplit les phases les plus importantes de son cycle vital durant l’été. Par conséquent, la température estivale est très importante pour assurer sa croissance. Afin d’obtenir des follicules matures à la fin de la saison, la plante a besoin d’environ 1783 degrés-jours (une base de 4 °C).

Sur la majorité du territoire de la Chaudière-Appalaches, il est possible d’amener des follicules à maturité. Toutefois, dans certaines zones périphériques, la capacité de la plante à produire suffisamment de follicules matures est limitée.

En observant les données de la Chaudière-Appalaches disponibles sur le site Web Agrométéo, nous remarquons qu’au cours des huit dernières années, les secteurs de Beauceville, de Thetford Mines et de Saint-Antoine-de-Tilly permettaient la production de follicules matures autour du 1er octobre. Des périodes de journées sèches devraient normalement, vers la fin septembre, permettre le bon déroulement de la récolte. Cette dernière s’effectue juste avant la maturité complète des fruits (60 % d’humidité).

Pour le secteur est de la région, à la station météorologique de Montmagny, le nombre de degrés-jours nécessaires à la production de follicules matures n’a jamais été atteint au 31 octobre, et ce, depuis 2008. Toutefois, la station météo de Saint-Aubert, pour laquelle les données de 2015 sont disponibles, montre qu’il aurait été possible de produire des follicules matures dès le 1er octobre.

Besoin d’un appui?

La Direction régionale de la Chaudière-Appalaches du Ministère diffuse des informations scientifiques et accompagne les entreprises en phase de démarrage. Pour bénéficier de ces services, communiquez avec nos conseillères:

  • Aspects agronomique et agroenvironnemental :
    Line Bilodeau, agr., M. Sc.
    Tél. : 418 386-8116, poste 1524
    Courriel
  • Aspects économique et commercial
    Nadine Pelletier, agr.
    Tél. : 418 386-8116, poste 1533
    Courriel

Si votre projet d’établissement nécessite un suivi de l’implantation de l’asclépiade, vous pouvez communiquer avec le réseau Agriconseils de la Chaudière-Appalaches, qui vous mettra en lien avec un conseiller spécialisé. Le Réseau vous fournira toute l’information nécessaire sur les aides financières pour l’utilisation de services-conseils.

Ce que vous devez savoir

Tout entrepreneur désirant démarrer une culture d’asclépiade comme seule activité agricole peut faire une demande d’adhésion au MAPAQ. La Direction de l’enregistrement des exploitations agricoles évaluera le potentiel de revenu des superficies à mettre en culture en vue d’émettre un numéro d’identification ministérielle (NIM).

Nadine Pelletier, agronome
Conseillère en développement régional

Collaboration : Line Bilodeau, agronome, M. Sc.
Conseillère en grandes cultures et en agroenvironnement

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2017-07-20

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2019