La géographie et l'aménagement du territoire

On me demande souvent quel type de travail j’accomplis en tant que géographe et, plus spécifiquement, de planificateur territorial et d’aménagiste. Question légitime s’il en est une puisque contrairement à toutes les disciplines libérales, par exemple le droit ou la médecine, il peut parfois être difficile de circonscrire l’objet d’une discipline aussi vaste de manière adéquate. Donc, qu’est-ce que la géographie exactement et surtout, qu’est-ce que l’aménagement du territoire?

Vos questions, nos réponses!

1. Ça sert à quoi, la géographie? Tu fais des cartes?

Oui, entre autres, mais la carte n’est qu’un des nombreux outils du géographe. En fait, la géographie est une discipline scientifique qui étudie les relations entre les sociétés, leur territoire et leur environnement. Elle explique l’organisation spatiale de phénomènes (physiques ou humains) qui se manifestent dans notre environnement et qui façonnent notre monde. À l’usage, la géographie s’est scindée en deux grands courants : la géographie humaine et la géographie physique. J’ai penché du côté de la géographie physique ‒ une science de la nature plus qu’une science sociale.

Les professions liées à la géographie physique sont aussi nombreuses que ses spécialités : climatologue, hydrologue, géomorphologue, glaciologue, biogéographe, cartographe, mais aussi aménagiste du territoire. De nombreux géographes font leur chemin dans ce dernier domaine, car tous n’ont pas l’occasion d’arpenter les glaciers de l’Antarctique à la recherche d’isotopes d’oxygène lourd leur permettant de comprendre l’évolution de notre climat, d’explorer les épaisses forêts du bassin de l’Amazone en essayant de comprendre les écosystèmes tropicaux ou encore, de croiser au large du cap Horn afin de mesurer l’intensité des puissantes tempêtes qui émergent dans ce coin de notre planète.

2. Mais l’aménagement du territoire, ça sert à quoi?

En fait, s’il est relativement simple de définir ce qu’est la géographie, il en va autrement de l’aménagement du territoire en raison des questions dont cette discipline traite. L’aménagement du territoire vise à accomplir de nombreuses actions complexes et interdisciplinaires. Cette dernière caractéristique est bien particulière à ce domaine et lui confère par ailleurs sa complexité. Les objectifs en aménagement du territoire sont multiples. Ils sont évidemment économiques, mais aussi sociaux, politiques et environnementaux.

De manière succincte, en recoupant les nombreuses définitions qui existent, mentionnons ceci relativement à l’aménagement du territoire et à ce qu’il permet :

  1. L’aménagement du territoire permet de répartir harmonieusement sur le territoire les sociétés, les activités économiques ainsi que les infrastructures de transport
  2. Il permet de corriger les déséquilibres territoriaux entre les régions, entre les villes, les zones périurbaines et les zones agricoles, mais aussi entre les zones qui sont plus dynamiques et celles qui le sont moins
  3. Il permet de définir et de préciser les usages du territoire et des ressources naturelles et sociales
  4. Il améliore le cadre de vie et les conditions de vie des habitants

3. Quelle est la différence entre l’aménagement et la planification du territoire?

Il y a une importante distinction à faire entre l’aménagement et la planification du territoire, bien que les deux participent au processus de gestion du territoire et qu’ils soient intimement liés. Dans le cas de l’aménagement du territoire, notre priorité est l’action. On décide, en groupe, où intervenir et quoi faire sur le territoire; ces actions auront toutes été choisies et validées au préalable. C’est là qu’intervient la planification du territoire. Au cours de cette étape, nous déterminons quelles sont les meilleures actions à poser pour assurer la vitalité et le développement durable du territoire agricole. Mais comment procéder pour établir ce qui est bon ou moins bon pour la vitalité du territoire? Évidemment, il ne s’agit pas de la décision d’une seule personne, mais celle de plusieurs. La concertation est ici le maître-mot. Tous les acteurs du milieu sont mis à contribution. Ce sont par les échanges et les discussions qu’une synergie se met en place et permet l’émergence d’idées, l’aplanissement des différences et l’harmonisation des enjeux et objectifs.

4. Cartes, statistiques, systèmes d’information : qu’en est-il?

La carte géographique est certes l’outil privilégié pour obtenir un portrait du territoire. Ce n’est toutefois pas l’unique outil de travail que nous utilisons. Les systèmes d’information géographique (SIG) offrent également de grandes possibilités : grâce à eux, nous sommes en mesure de « prévoir » comment sera le territoire dans 10, 15 ou 20 ans en fonction d’une panoplie de facteurs : la démographie, le déboisement, l’étalement urbain, la déforestation, l’urbanisation, la culture du sol, etc. Bien sûr, nous détenons également une grande quantité de statistiques évolutives qui permettent, de concert avec l’usage des systèmes d’information, de comprendre l’évolution du territoire agricole au fil des décennies, mais aussi et surtout, de se projeter dans le futur, ce qui nous permet de fournir des réponses aux décideurs et d’appréhender les problèmes du territoire avant que ceux-ci ne se déclarent.

Ce que nous pouvons faire pour vous

Au-delà de l’analyse réglementaire et de la production de statistiques à référence spatiale, le service d’aménagement du territoire de votre direction régionale vous offre une équipe de professionnels et de technologues qui pourront vous aider à positionner votre organisation de manière stratégique, à la lumière de nos enjeux sociaux en matière de développement durable, de prospérité territoriale et de cohabitation harmonieuse dans le territoire agricole.

Jean-François Guay, Ph. D.
Conseiller régional en aménagement du territoire
 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2017-07-20

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2019