Une nouvelle chaire en sciences apicoles

Devant la transformation de l’industrie apicole et l’importance vitale des abeilles dans les écosystèmes, l’Université Laval a lancé la Chaire de leadership en enseignement en sciences apicoles. Cette chaire est née d’une concertation entre les éleveurs d’abeilles, les producteurs de bleuets et le milieu universitaire.

Plus que jamais, les services de pollinisation des abeilles domestiques sont en demande croissante. Des canneberges aux bleuets, la production de petits fruits dépend d’une pollinisation efficace et durable. Afin d’assurer la survie des colonies d’abeilles et de mieux outiller les producteurs, l’Université Laval entend devenir un leader dans la formation en sciences apicoles.

Des abeilles en demande

L’industrie de l’apiculture connaît une croissance constante depuis 2003. Les producteurs agricoles sont également de plus en plus nombreux à appeler des abeilles à la rescousse pour la pollinisation. De 1998 à 2013, le nombre de colonies d’abeilles en location a doublé au Québec. En 2014, on dénombrait 309 apiculteurs et 49 635 colonies d’abeilles, dont 44 214 utilisées pour les services de pollinisation.

En dépit de la vitalité du secteur apicole, la présence d’experts dans le domaine se fait rare. La chaire permettra donc d’améliorer la productivité des apiculteurs et d’assurer la pérennité de l’industrie de l’apiculture en mettant à la disposition des producteurs une formation de haut calibre

Les partenaires

La Chaire de leadership en enseignement en sciences apicoles voit le jour grâce à l’appui de plusieurs acteurs de premier plan des sciences apicoles, dont la Table filière apicole du Québec du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, le Centre de recherche en sciences animales de Deschambault, le Syndicat des producteurs de bleuets du Québec et la Fédération des apiculteurs du Québec.

Source : Université Laval

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2017-07-25

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2019