Un séchage des balles carrées qui a du mordant

Malgré une baisse de popularité, l’engrangement du foin en petites balles carrées est demeuré une tradition pour plusieurs entreprises laitières, ovines et caprines du Québec. À ces entreprises, il faut ajouter un nombre grandissant de producteurs de foin commercial en petites balles produites pour les chevaux du Québec ou pour le marché des États-Unis.

La technique du séchage en grange date déjà de plusieurs années. Même certains écrits datant de la Seconde Guerre mondiale relatent les bénéfices de la ventilation du foin après la récolte de manière à éviter les problèmes de surchauffe durant l’entreposage.

Les ventilateurs

Les techniques se sont raffinées avec les années : on utilise maintenant des ventilateurs axiaux et radiaux de bonne puissance (5 à 15 chevaux-vapeur (HP)) permettant de ventiler une quantité appréciable de foin frais. D’ordre général, au moment de concevoir un séchoir, on attribue une quantité d’air minimale de l’ordre de 250 pieds cubes à la minute (PCM) ou 530 litres d’air par seconde pour assécher 1000 kg (1 tonne) de foin. Un ventilateur axial de 5 HP fournit près de 32 000 litres d’air par seconde, soit une capacité théorique d’assécher environ 60 tonnes de foin. La durée de séchage demeure variable : elle dépend du taux d’humidité initial du foin alors que l’on vise, ultimement, à atteindre 15 % d’humidité relative.

Outre le ventilateur, le séchoir traditionnel est composé d’un corridor, ou plénum positif, qui permet de pousser l’air dans la masse de foin à une vélocité de plus de 300 mètres par minute (1000 pieds/min). Positionné de manière à aspirer l’air extérieur, ce conduit de distribution d’air peut être placé soit au centre du bâtiment, soit le long d’un mur. Le conduit peut être de forme carrée (1,22 m sur 1,22 m) pour le foin placé à la main ou de forme triangulaire pour le foin en balles pêle-mêle (conduit de 1,5 m à la base et hauteur de 2,1 m). Il est doté d’ouvertures sur charnières placées au bas du conduit de distribution. Les ouvertures commencent et finissent à 1,6 m de chacune des extrémités.

Pour les balles placées à la main ou pour tout autre système de reprise, par exemple le système Cardinal, on recommande aujourd’hui de construire le conduit de distribution avec une ou des parois de conduit légèrement inclinées lorsqu’elles sont face à la pile entreposée. En effet, il faut toujours se souvenir que lors du séchage, le secret de la réussite est d’éviter les fuites lors de l’empilement. Comme l’air doit passer dans la masse de foin et non autour des balles, celles-ci doivent être aussi rapprochées les unes des autres que possible pour éviter des pertes ou des fuites dans la pile. Le fait d’incliner les parois du conduit auxquelles sont exposées les balles permet de décaler chacune d’elles et de recouvrir l’espace entre les deux balles de la rangée précédente. Voilà qui aide à augmenter le rendement du séchage. Il est aussi souhaitable, avec les nouvelles façons de faire, d’ajouter une série d’ouvertures supplémentaires, dans le haut du conduit, qui peuvent s’ouvrir et se refermer au besoin.

Le capteur solaire : simple, efficace et peu coûteux

Lorsque c’est possible de le faire, on suggère fortement de placer un capteur solaire (toiture de tôle) à l’entrée du ventilateur. Utilisé depuis plusieurs années pour le séchage du foin en vrac et chez quelques producteurs de foin commercial, le capteur solaire permet, à peu de frais, de bénéficier d’une énergie disponible et gratuite, soit celle du rayonnement solaire. L’énergie emmagasinée par le capteur aide à diminuer le temps de séchage du foin, même durant les journées pluvieuses, qui sont normalement peu asséchantes. En fait, une partie du rayonnement solaire passe à travers la couche de nuages.

Facile à réaliser, le capteur solaire n’est, ni plus ni moins, qu’une surface exposée au soleil, tout comme une toiture de tôle. On fait donc circuler l’air à grande vitesse sur la surface intérieure de cette tôle pour aller chercher son énergie ou sa chaleur par convection.

Inspirées d’un concept développé il y a plusieurs années par Henry Perreault (Ferme Les Cornes Muses inc. de Sainte-Marguerite), deux entreprises de la Chaudière-Appalaches ont installé un capteur solaire au cours de la dernière année, soit la Ferme Dokyane SENC d’Honfleur et l’entreprise agricole de Jocelyn Nadeau, située à Beaumont. Les deux entreprises ont toutefois procédé de manière différente. Pour la Ferme Dokyane SENC, le capteur solaire est l’entretoit de la vacherie existante (voir photo). Pour ce qui est de l’entreprise de Jocelyn Nadeau, le ventilateur de l’entrepôt à foin est demeuré en place, mais M. Nadeau a dû construire un plénum négatif à l’extrémité est du bâtiment et recouvrir le plafond de l’entrepôt d’une membrane de type Thermafoil double bulles : cela lui a permis d’utiliser l’entretoit et la tôle de la toiture comme capteur solaire. M. Nadeau a terminé la mise en place de son capteur solaire durant l’automne 2015.

Quels bénéfices ces capteurs ont-ils générés sur le plan du séchage du foin? À la Ferme Dokyane SENC, une prise de mesures a été effectuée entre le 13 et le 25 juillet 2015. À l’image du début de l’été 2015, le soleil a été peu présent durant cette période : la pluie n’a épargné que cinq journées sur douze. À la lumière des données obtenues (voir le graphique), on remarque que même en présence de nuages et de précipitations, la température de l’air circulant dans le plénum muni d’un capteur solaire a augmenté en moyenne de 2,4 degrés Celsius comparativement à l’air provenant directement de l’extérieur par le second ventilateur. Puisque le traitement de l’air n’ajoute aucune humidité, l’augmentation de la température a permis d’abaisser le niveau d’humidité de l’air tout en augmentant le pouvoir asséchant de celui-ci.

Le fait d'ajouter un capteur solaire à l'entrée du séchoir permet d'augmenter le pouvoir séchant de l'air et d'atténuer le risque d'humidifier le foin sur le point d'être sec ou qui a commencé à sécher.

 

Yves Bédard, ingénieur
Conseiller, Sainte-Marie

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2017-07-25

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2019