La vieille tubulure, cette indésirable!

C’est vers la fin des années 70 qu’est apparue la tubulure dans les érablières du Québec. Aujourd’hui, 98,5 % de l’eau d’érable est acheminée à la cabane à sucre par un réseau de tubulure de plastique. Cette amélioration comporte néanmoins un désavantage : la durée de vie de cette tubulure est limitée. Sa longévité atteint entre 10 et 15 ans et son remplacement représente 2600 tonnes de matériaux à se défaire par année.

 

De la tubulure, on en a...

Générant plus de 70 % de la production mondiale de sirop d’érable, le Québec est sans équivoque le leader en acériculture. La province compte quelque 13 500 producteurs acéricoles répartis dans 7300 entreprises sous contingent.

Produisant à elle seule environ 37 % de la production annuelle du Québec grâce à ses 3300 entreprises acéricoles, la région de la Chaudière-Appalaches se classe bonne première dans la province. Ce n’est donc pas par hasard que l’usine de recyclage de tubulure Environek, une division de l’entreprise sans but lucratif Cartonek, s’y est installée.

 

... et des solutions aussi!

Installée à Saint-Malachie depuis mai 2015, l’usine d’Environek se consacre principalement à la récupération et à la revalorisation de la tubulure d’érablière. Avant son implantation, il n’existait pas encore de solution écoresponsable pour se départir de la tubulure dans la région. Il faut dire que celle-ci est une matière complexe à traiter : elle est constituée de plusieurs types de plastiques en plus d’être contaminée par d’autres matières comme des fils ou des bagues faits d’acier, de cuivre ou d’aluminium. En 2016, l’usine d’Environek a traité 285 tonnes de tubulure et souhaite atteindre 1000 tonnes d’ici 2020.

L’entreprise procède au tri des matériaux manuellement et récupère le métallocène, le polyéthylène (MDPE), le polymère (PVC) et le nylon, qu’elle transforme ensuite en granules. Ces granules de deuxième génération sont ensuite revalorisées par diverses entreprises et entrent dans la fabrication de différents objets à utilisation non alimentaire tels que les drains agricoles et les modules de jeux dans les parcs. Le coût des granules de recyclage est inférieur à celui des granules vierges, rendant leur utilisation avantageuse pour les manufacturiers.

La mise sur pied de cette usine a nécessité des investissements de 300 000 $. Douze emplois ont été créés à l’ouverture et on prévoit engager six autres travailleurs dans un avenir rapproché. Environek est une entreprise « adaptée » : elle offre la chance à des personnes ayant des limitations fonctionnelles d’occuper un emploi et d’acquérir de nouvelles compétences.

 

Comment procéder?

Les acériculteurs de la région voulant se départir de leurs vieilles tubulures de façon responsable ont deux choix.

Premièrement, Environek a créé, et continue de créer, plusieurs partenariats avec des organismes municipaux (majoritairement des écocentres). Pour vous départir de votre tubulure, vous pouvez donc vous rendre à l’un des points de chute indiqués ci-dessous. La liste comporte également les coordonnées des organismes. La majorité d’entre eux impose des coûts au tonnage. Pour en savoir davantage sur ces coûts et connaître les heures d’ouverture des organismes, n’hésitez pas à communiquer avec eux.

Deuxièmement, vous pouvez apporter votre tubulure à l’usine d’Environek à Saint-Malachie en prenant préalablement un rendez-vous. Pour ce faire, composez le 418 387-4003.

En vous rendant sur place, Environek vous offre trois options : 
 
  1. Si vous retirez la broche, les raccords et les chalumeaux à partir des tuyaux maîtres et des tubes de dimension 5/16, Environek vous remet 250 $/tonne métrique en échange de votre tubulure.
  2. Si vous retirez la broche du tuyau maître, mais que les diverses composantes sont encore présentes sur la tubulure, Environek récupère votre tubulure sans frais.
  3. S’il y a encore de la broche sur les tuyaux maître de votre tubulure au moment de la livraison, vous devrez assumer des frais de 100 $/tonne métrique.
Vous pouvez obtenir davantage d’information en consultant le site Internet d'Environnek.

 

Points de chute :

  • Nouvelle-Beauce - Écocentre de Sainte-Marie (418 389-0594)
  • Robert-Cliche - Écocentre de Beauceville (418 774-5275)
  • L'Islet - Écocentre de l'Islet (418 234-6312)
  • L'Islet - Écocentre de Sainte-Perpétue (418 359-0110)
  • Beauce-Sartignan - Écocentre de Saint-Côme (418 685-2230 ou 1 877 685-2230)
  • Les Etchemins - À venir en 2017
  • Les Appalaches - À venir en 2017
  • Montmagny - À venir en 2017
 
Yannick Breton-Cadorette
Agronome, M. Sc.
Conseiller en agroenvironnement
 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2017-02-28

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2019