L'incorporation des engrais, une opération profitable!

Louis Robert
Agronome, conseiller en grandes cultures
APAQ Montérégie


À l'exception des épandages dans les prairies en production, la valorisation optimale des engrais de ferme repose sur une incorporation rapide et superficielle. Mais pourquoi procéder à l’incorporation? Principalement pour quatre raisons : 

  • Les éléments fertilisants sont placés près de la zone active (du point de vue microbiologique), ce qui permet aux racines de les atteindre. La fertilisation est ainsi plus efficace.
  • Elle réduit, voire même élimine, les risques de volatilisation de l’ammoniac.
  • Elle diminue les risques de pertes par ruissellement et érosion.
  • Elle réduit l’émanation des odeurs.
  • Elle brise les canaux d’écoulement préférentiels (fentes de retrait).

En employant cette technique, on maintient ou on augmente le rendement en plus d’accroître l’efficacité fertilisante. Pourquoi? Parce que l’incorporation permet de réduire les pertes d’azote, un élément clé du rendement, tout en profitant des engrais de ferme, qui sont très riches en phosphore.

La présence de résidus de culture accentue les pertes dues à la volatilisation de l’azote ammoniacal. Pour incorporer les engrais de ferme de manière efficace, un simple brassage des deux ou trois premiers pouces de sol suffit. Même en semis direct, il vaut mieux choisir l'incorporation mécanique superficielle. Ainsi, l’engrais se trouvera sous la couche de résidus et non pas au-dessus.

Les prairies répondent aussi très bien à l’application d’engrais, surtout les plus vieilles, qui sont dominées par les graminées. Cependant, cette option présente de nombreux défis. La barrière physique créée par la culture rend l’incorporation pratiquement impossible et le délai d’intervention est court avant la repousse.

À défaut de pouvoir incorporer les engrais sur les prairies en production, les producteurs peuvent passer une herse à pacage dans le cas d’une gestion de fumiers, question de l’émotter un peu. En ce qui concerne les lisiers clairs et les purins, on fait plutôt usage d’une rampe à pendillards.

Le travail réduit du sol constitue en soi une opération de fertilisation. En passant du système conventionnel de labour au système de travail réduit, les besoins externes des cultures en éléments nutritifs diminuent puisque le sol est davantage en mesure de les fournir. Il s’agit donc d’une opération profitable!

 

L’utilisation de rampes à pendillards constitue une alternative à l’incorporation immédiate.

Photo : Louis Robert


Texte intégral : journal Gestion et technologie agricoles (GTA), 20 octobre 2016

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2017-01-24

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2019