La punaise marbrée...recherchée morte ou vivante!

Carrolyn O’Grady
Agronome, MAPAQ
Sainte-Martine

Malgré l’apparence de l’affiche de sensibilisation que le Pôle de lutte intégrée (PELI) a élaborée avec une punaise en vedette, ce n’est pas une bibitte du Far West. Affiche : Recherchée (morte ou vivante) - Punaise marbréeIl s’agit de la punaise marbrée (Halyomorpha halys ou Brown marmorated stinkbug) qui est originaire d’Asie. Cet insecte est apparu en Pennsylvanie en 1996 et en Ontario en 1998. Heureusement, il n’y a pas encore eu de cas de détection de cette punaise au Québec. L’insecte apparaît d’abord en milieu urbain pour s’étaler par la suite sur le territoire agricole. En ce sens, le MAPAQ sensibilise les producteurs et les citoyens ruraux à sa présence potentielle.

Cette punaise n’est pas très sélective dans son alimentation, c’est pourquoi il est important de surveiller son apparition. L’insecte s’alimente de fruits (pomme, poire, framboise, etc.) de légumes (haricot, tomate, maïs sucré, poivron, etc.) ainsi que du soja, et cause assez de dommages pour rendre les produits non commercialisables.

Les larves ainsi que les adultes piquent et sucent les tissus végétaux et en retirent la sève. Des enzymes sont injectés dans les parties atteintes de la plante laissant des zones nécrotiques aux sites d’alimentation. Toute la partie aérienne des plantes peut en être affectée.

Outre l’application de produits chimiques, il n’existe pas de traitement présentement. Une fiche technique qui détaille la biologie et les dommages que cause cet insecte a été produite par le laboratoire de diagnostic du MAPAQ.

Des cartes plastifiées pour le dépistage sont également disponibles. Pour être à l'affût des recherches et des informations disponibles aux États-Unis, un site web a été crée par le North Eastern IPM center (www.stopbmsb.org). Plusieurs vidéos explicatives peuvent être visionnées, dont la dernière qui présente les recherches en cours afin de contrôler l’insecte avec les parasitoïdes et les ennemis naturels.

Plusieurs pièges ont été placés en Montérégie à l’été 2013. Heureusement, aucune capture de punaise marbrée n’a été effectuée. De plus, le PELI fait de la sensibilisation auprès des producteurs, lors des Journées horticoles en décembre dernier par exemple, afin de les outiller à reconnaître le ravageur dès son apparition.

Pour l’identification des punaises suspectes, communiquez avec votre agronome, car la punaise marbrée peut être facilement confondue avec d’autres punaises.

Fiche technique



Texte intégral : journal Gestion et technologie agricole (GTA), 9 janvier 2014

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2014-07-16

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2019