De la biodiversité dans les champs!

Stéphanie Mathieu
Conseillère en grandes cultures
MAPAQ Montérégie-Ouest

Plusieurs bénéfices sont associés à l’implantation de cultures de couverture dans les différents systèmes culturaux. Le fait d’introduire une plante seule ou en mélange, en association avec la culture principale, protège les sols et améliore leurs propriétés physiques telles que la stabilité structurale, l’infiltration de l’eau et la masse volumique. Par le fait même, la fertilité du sol augmente grâce à l’activité biologique qui s’intensifie dans la zone des racines.

Pour la régie de culture conventionnelle, les cultures de couverture de type annuelles ou vivaces peuvent être semées en intercalaire ou après la récolte de la culture principale. Pour la régie en semis direct, il est possible de semer la culture principale dans une culture de couverture pérenne sans perturber le sol. Cette technique est appelée semis sous couvert végétal permanent (SCV).

Madame Sylvie Thibaudeau, agronome au Club agroenvironnemental du Bassin la Guerre, a été l’initiatrice de projets touchant la pratique des SCV et l’introduction des cultures de couverture. Ces projets, accomplis en partenariat avec des clubs-conseils de la Montérégie, ont pour but de permettre aux producteurs d’améliorer leur performance en semis direct et la santé des sols.

Essai de SCV

Un des projets a été réalisé sur des parcelles en semis direct permanent. Financé par le programme Prime-Vert et la Conférence régionale des élus de la Vallée-du-Haut-St-Laurent, il visait entre autres à améliorer les performances des champs en semis direct en implantant des cultures intercalaires vivaces dans le maïs au stade de 4 à 6 feuilles. Ces cultures devaient être contrôlées par des herbicides dans la culture suivante, soit le soya. Le projet d’une durée de 3 ans a permis de faire les constats suivants : 

  • les cultures intercalaires ne produisent pas une biomasse assez importante pour améliorer l’état du sol lorsqu’elles sont implantées en début de saison dans le maïs; 
  • le contrôle des SCV dans la culture du soya qui suit le maïs est un défi de taille;
  • le stade idéal du maïs pour l’implantation des intercalaires est 4 à 6 feuilles, mais on peut le faire jusqu’à 8 feuilles.

Le bilan de cet essai a permis de proposer de nouvelles avenues afin d’adapter la technique des SCV sous nos conditions. Ainsi, afin de faciliter la gestion de la culture de couverture dans le soya qui suit le maïs, des cultures annuelles ou bisannuelles comme le trèfle incarnat pourraient être implantées dans le maïs. Le soya serait alors établi dans un paillis plutôt que sur une culture vivante. De plus, on observerait un meilleur effet sur les paramètres physiques du sol et un impact positif sur la culture du maïs en implantant les SCV l’année précédente. De nouvelles parcelles intégrant ces données ont été implantées en 2015.

Essai de cultures de couverture

Parallèlement au projet sur les SCV, des bandes alternées de pois fourrager et de moutarde, semées à la dérobée sur un précédent cultural de céréales, ont été effectuées. Des parcelles de fertilisation azotée ont été faites dans le maïs l’année suivante. Cet essai a permis de vérifier la dose optimale d’azote du maïs-grain sur le précédent cultural de pois et de moutarde. La dose d’azote optimale pour le maïs semé sur un retour de pois fourrager était de 80 kg/ha comparativement à 160 kg N/ha pour le précédent cultural de moutarde avec un rendement supérieur de 900 kg sur le retour de pois. De plus, même avec une fertilisation azotée de 240 kg N/ha sur le retour de moutarde, le rendement du maïs n’a jamais atteint celui obtenu sur le retour de pois avec une fertilisation de 80 kg N/ha. Cet essai démontre bien les avantages que procurent les cultures de couverture sur le plan des divers aspects de la fertilité du sol.

Les différents projets réalisés au cours des dernières années ont permis de déterminer les espèces qui s’implantent le mieux. Le tableau 1 présente la liste de ces espèces.

Tableau 1. Espèces s’étant le mieux établies dans les parcelles de SCV et de cultures de couverture, 2012-2014. 

Semis de cultures intercalaires dans le maïs

 Vivaces :

  • Vesce velue
  • Luzerne
  • Mélilot
  • Trèfle rouge
  • Trèfle Huia

Annuelles ou bisannuelles :

  • Festulolium
  • Trèfle incarnat
  • Pois fourrager noir
  • Ray-grass
Semis de cultures à la dérobée après les céréales
  • Radis fourrager seul ou en mélange avec le pois fourrager
  • Kale russe rouge
  • Avoine noire
  • Phacélie

À la lumière de ces essais, force est de constater qu’il n’y a pas de recette précise puisque chaque entreprise est un système unique. Afin de déterminer les cultures de couverture qui conviennent à votre régie, vous devez d’abord définir vos objectifs et vous informer. Par ailleurs, si vous êtes amateur de médias sociaux, vous pouvez consulter la page Facebook de Cultures de couvertures Québec (www.facebook.com/groups/culturesdecouvertureqc). On y trouve diverses sources d’information. Vous avez également la possibilité d’échanger avec des gens passionnés par le sujet!

Dans les prochains mois, vous pourrez consulter le rapport final du projet « Mise en place d’un réseau de sites de démonstration en semis direct et semis sur couverture végétale permanente (SCV) en grandes cultures » du Club agroenvironnemental du Bassin la Guerre. Il sera publié sur Agri-Réseau (www.agrireseau.qc.ca).

Indépendamment de la méthode choisie, en intégrant de nouvelles plantes dans les champs, on améliore la biodiversité et on fait un pas de plus vers des sols en santé.

Texte intégral : Journal Gestion et technologie agricoles (GTA), 16 juillet 2015

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2015-08-19

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2019