Le seigle d'automne: culture de couverture, fourragère, plante-abri et céréalière

Louis Robert
Agronome, M. Sc., conseiller régional en grandes cultures
MAPAQ Montérégie


Grâce à sa rusticité inégalée, le seigle d’automne est probablement la seule espèce qui répond aux objectifs d’une culture de couverture et qui est semée en septembre, voire au début d’octobre. En fait, le seigle germe à des températures aussi basses que 1°C, survit à des températures extrêmes durant l’hiver et croît rapidement, très tôt au printemps, aussitôt que le mercure dépasse 0°C.

Le seigle peut précéder le soya en lui procurant un excellent lit de semence. Il peut aussi servir de plante-abri pour un établissement de prairie semée au printemps, à la volée et avant une pluie ou incorporée avec une herse-étrille (peigne). Enfin, certains sèment en mai leur prairie avec un semoir à disques conventionnel (trémie « à petites graines ») dans un seigle d’automne en croissance.

Le seigle présente une exceptionnelle polyvalence. Il peut être utilisé simplement, mais avec beaucoup de succès, comme culture de couverture s’il est détruit au printemps. Il peut être récolté pour son fourrage d’excellente qualité s’il est fauché avant l’épiaison (fin mai). Enfin, il peut aussi être récolté mûr pour la paille abondante et le grain, en juillet. En guise de « bonus », le seigle d’automne est le champion dans la lutte aux mauvaises herbes, dans les réductions de pertes de sol (80 % après le soya) et dans les nitrates (60 % de réduction dans les eaux de drainage).

Dans le nord des États-Unis, on cherche depuis plusieurs années à exploiter au maximum le seigle d’automne dans un système de culture qu’on pourrait appeler « à double récolte » (« double-cropping ») pour les fermes laitières où l’alimentation des vaches repose sur le maïs ensilage : semis de seigle en semis direct immédiatement après une récolte d’ensilage de maïs hâtif, récolte de fourrage de seigle en mai, suivie d’une autre culture de maïs ensilage. On se heurte au fait que le maïs de 2e année voit son rendement diminué (20 à 30 %) s’il n’y a pas un délai d’au moins 10 jours entre la destruction du seigle et le semis de maïs : activité biologique altérée, immobilisation d’azote, effet « allélopathique » (prévention de la germination et la croissance d’autres graminées, dont le maïs) du chaume de seigle sont autant d’hypothèses avancées pour cet effet indésirable.

Quelques attributs du seigle d’automne

  • Rendement en pailles élevé : entre 100 et 150 balles/acre (versus 60 à 70)
  • Maintien de l’activité microbienne => structure, qualité du sol
  • Amélioration de l’infiltration et de la portance
  • Récolte hâtive
  • Peu ou pas de pesticides requis
  • Contrôle de l’érosion
  • Répartition de l’équipement et de la main-d’œuvre pour l’épandage de lisier
  • Se fait bien en semis direct, ce qui permet la diversification de la rotation
  • Polyvalent : culture de couverture, ensilage, alimentation animale, alimentation humaine
  • Fort effet allélopathique : comparable ou supérieur au sarclage pour le contrôle des « mauvaises herbes » dans le soya biologique (30 pouces d’espacement) : chénopode, ortie et moutarde. Par contre, peu d’effet sur l’herbe à poux ou le trèfle.
  • Rusticité inégalée
  • Éviter de cultiver du maïs après une culture de seigle

Régie de culture du seigle d’automne

  • Viser un peuplement d’au moins 250 plants/m2 (culture de couverture) ou 450 plants/m2 (ensilage et grain). Semer 500 grains/m2 ou 550 en semis direct
  • Calibrer le semoir. La dose peut varier de 110 à 150 kg/ha pour le seigle
  • Coût : de 80 $ à 170 $ par hectare, selon la variété
  • Période de semis : 15 au 20 septembre ou jusqu’au 1er octobre s’il s’agit d’une culture de couverture
  • Récolte pour l’ensilage : 3e semaine de mai
  • Récolte pour le grain : début juillet
  • Profondeur de semis : 2,5 cm (1’’)
  • Variétés de seigle : Gauthier (Coop), Hazlet (W.Houde), Canada No.1.
  • Fertilisation : aucune si c’est une culture de couverture. Épandre du lisier de bovins en présemis. Épandre du lisier de porcs en post-levée. Ajouter de l’azote (N) minéral au printemps de 50 à 75 kg N/ha s’il n’y pas d’utilisation de fumier

Le seigle d’automne comme ensilage 

  • Stade de récolte optimal : gonflement (du 15 au 20 mai environ)
  • Rendement moyen : 4,0 tonnes de matières sèches par hectare
  • Analyse (moyenne 24 échantillons, 7 fermes, 3 ans) : 22 % matière sèche, 13 % protéines, 58 % de fibres insolubles dans les détergents neutres (NDF) et 59 % de fibres insolubles dans les détergents neutres digestibles (NDF digest.), 15 % sucres, 1,4 mégacalories/kg (énergie nette de lactation, ENL)
  • Digestibilité de la fibre = hybrides BMR
  • Meilleur scénario : après une culture de soya ou de maïs ensilage ou encore avant une culture de soya

Pourquoi n’y en a-t-il pas davantage?

Certains craignent que le seigle ne passe pas l’hiver. La seule façon d’en avoir le cœur net est d’en faire l’essai dans les conditions de la ferme ou du champ. Ça prend des conditions extrêmes pour en venir à bout. Pour se donner des chances, il faut tout simplement ne pas semer trop tôt (période optimale du 15 au 20 septembre, jusqu’au début octobre si utilisé comme culture de couverture) et éviter les champs ou cuvettes avec de sérieux problèmes d’égouttement de surface.

Le seigle est sensible à une maladie de l’épi, l’ergot, qui rend le grain impropre à l’alimentation animale autant qu’humaine. Les cas d’ergot se sont faits très rares ces dernières années. Certains y attribuent une réputation de grain peu appétant, mais plusieurs producteurs laitiers en font usage et en sont très satisfaits. Finalement, l’explication la plus probable tient souvent au fait qu’il s’agit d’une culture peu connue.

Ça vaut la peine de l’essayer! 

 Céréale d'automne Débouchés Rendement grain (t/ha)  Rendement paille (balles/ac)  Rendement ensilage (t.m.s./ha)  Rusticité 

 Blé

Boulangerie, alimentation laitière  4,5  84  2,50  +
 Seigle Culture de couverture, ensilage, farine multigrains, maltage  3,0  125  4,00  +++
 Triticale Alimentation porcine et laitière, farine multigrains  4,0  115  3,75  ++

 

 

Stade propice pour la récolte d’ensilage de seigle.

Photo : Louis Robert, MAPAQ



Texte intégral : journal Gestion et technologie agricoles (GTA), 5 janvier 2017

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2017-01-31

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2019