La Sublime Asperge de St-Aimé-de-Richelieu

Isabelle Couture
Conseillère en horticulture maraîchère
Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation
Saint-Hyacinthe

Avec la douceur du mois de mai vient le premier légume de la saison : l’asperge. Chez l’entreprise agricole La Sublime Asperge, établie à St-Aimé-de-Richelieu, ce n’est pas moins de 40 000 lb de cette manne printanière que l’on y récolte pendant une période de cinq à six semaines… de la fête des Mères à la fête des Pères.

Départ vers l’aventure


Après avoir cultivé le concombre pour la transformation pendant 22 ans, le couple Nicole Saint-Jean et Simon Lavallée plante ses premières griffes d’asperge à l’an 2000. En 2003, commencent alors les premières récoltes…l’aventure est lancée! Régulièrement depuis, de nouvelles plantations sont réalisées; les dernières remontant à 2010, avec 23 000 nouveaux plants mis en terre. Au total, ce sont six hectares d’asperge qui sont maintenant plantés dans les champs en bordure de la maison ancestrale décorée avec grand soin.

Loin des routes passantes, l’idée de vendre une forte proportion des asperges sur le site même de production relevait d’un grand défi! Mais aujourd’hui, le couple peut être fier d’écouler entre 35 et 40 % du volume d’asperge produit, directement à la ferme. Les fins de semaine, jusqu’à 300 personnes par jour se rendent sur le rang St-Thomas pour se procurer les fameux turions. « Que les gens viennent ici pour acheter, c’est ce qu’on aime le plus », mentionne Simon Lavallée. Cette réussite découle d’un travail constant. Chez La Sublime Asperge, rien n’est laissé au hasard et aucun effort n’est épargné pour attirer les clients vers l’entreprise.
Les asperges de La Sublime Asperge de St-Aimé-de-Richelieu

Photo : Normand G. Pétrin

Vente au détail… ou l’art de se distinguer


Bon an, mal an, Nicole Saint-Jean et Simon Lavallée investissent annuellement près de 5000 $ en publicité bien planifiée (journaux locaux et montréalais, capsule radio…) afin de rappeler aux consommateurs le début de la saison des asperges. Parallèlement à cette opération, de grands panneaux mauves artistiquement décorés sont installés à plusieurs endroits clés dans les régions de St-Hyacinthe et de Sorel-Tracy.

Après avoir fait l’effort de se rendre sur place, le client est vite récompensé. On ne peut pas manquer la coquette maison qui affiche les couleurs de La Sublime Asperge. Une fois franchi le seuil de la cour, on pénètre dans un jardin somptueux, où la végétation côtoie l’art, incarné par des statues et des mosaïques savamment disposées ici et là. En poursuivant la promenade, on trouve l’atelier aux couleurs chatoyantes où sont parées et vendues les asperges. Classées de la plus fine à la plus grosse, les asperges sont vendues selon trois catégories : la pitchounette, la demoiselle et la bourgeoise. Que ce soit les propriétaires ou les employés, tous se font un point d’honneur de bien accueillir les visiteurs.

Menu de dégustation à La Sublime Asperge

Photo : Normand G. Pétrin

Nicole Saint-Jean et Simon Lavallée ont su transformer l’acte d’achat des asperges en une expérience mémorable à la campagne, dans un site enchanteur. C’est d’ailleurs ce qui explique pourquoi le nombre de visiteurs augmente d’année en année, aidé du bouche à oreille.

Restaurants, marchés et épiceries


Expérimentés en marketing et surtout conscients de la qualité de leurs asperges, les producteurs ont su convaincre 50 chefs de grands restaurants de Montréal à s’approvisionner de leur produit. Les livraisons ont lieu deux fois par semaine selon l’horaire qui convient aux chefs. Mme Saint-Jean assure la livraison dans les délais souhaités, selon les goûts et les exigences de chacun. La constance et la qualité du produit doivent toujours être au rendez-vous pour satisfaire cette clientèle exigeante, mais valorisante. Pendant un mois, ce sont environ 2000 livres d’asperge par semaine qui sont ainsi transportées aux bonnes tables de Montréal.

Les asperges de l’entreprise sont aussi vendues au marché Atwater et Jean-Talon. Plus près de St-Aimé, plusieurs épiceries de la région telles Provigo Sorel et IGA Contrecoeur affichent les couleurs de La Sublime Asperge. Et le territoire conquis ne s’arrête pas là. IGA Benoit de St-Hyacinthe, IGA Lambert de St-Basile, Aux Arpents verts à Beloeil et à St-Hilaire, sont aussi des endroits où on peut se procurer ces asperges. Dans ce créneau, c’est environ 4000 lb d’asperge par semaine qui sont livrées.

Bien qu’ils soient exigeants en temps et en gestion, ces débouchés diversifiés garantissent la stabilité et la prospérité de l’entreprise. Aussi, les propriétaires sont fiers des relations d’affaires qu’ils ont bâties au fil du temps avec les chefs cuisiniers et les gérants d’épiceries.

Recherchez l’asperge locale


Seulement en Montérégie, il y a près d’une vingtaine de producteurs d’asperge. Recherchez l’asperge du Québec vendue au kiosque à la ferme, au marché public ou en épicerie. Elle est un gage de fraîcheur et de savoir-faire.

 

La Sublime Asperge en mai et juin

Quinze personnes s’affairent sur l’entreprise. Cueillette, coupe, tri : tout est fait sur place et les visiteurs peuvent se balader au gré de leur intérêt et de leur temps. À l’occasion, on peut même profiter d’une visite guidée improvisée par Simon. Nicole prend plaisir à offrir diverses recettes et convie les voyageurs à des dégustations. Infatigables, les artisans de La Sublime Asperge travaillent de l’aube au crépuscule, comme en fait foi le tableau affichant les heures d’ouverture à l’entrée.



Texte intégral : journal Gestion et technologie agricoles (GTA), 10 mai 2012.

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2013-08-01

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2020