​Vitrines de régie ​à moindres risques : des résultats encourageants​​​​

​Par Marie-Eve Bérubé, M. Sc., agronome
Direction de la phytoprotection, du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation

​En collaboration avec Mélissa Gagnon, Djamel Esselami et Larbi Zerouala

Champ

Depuis 2018, le MAPAQ soutient la réalisation de trois projets de « vitrines de régie à moindres risques » dans le sec​teur de l'horticulture. L'objectif poursuivi par l'entremise de ces projets est de faire connaître les techniques de gestion intégrée des ennemis des cultures (GIEC) qui permettent de réduire l'usage des pesticides et les risques qui y sont associés. De cette façon, le MAPAQ espère accroître l'adoption de la GIEC par les producteurs agricoles.

Pour chacune​ des cultures retenues (fraise d'automne, pomme et pomme de terre), une équipe d'experts a sélectionné des techniques de GIEC qui permettent de réduire les risques sur la santé et l'environnement. Ces techniques visent les principaux ravageurs de ces cultures et les entreprises participantes les adoptent en fonction de leur situation respective. Une parcelle dite traditionnelle, conforme à la régie habituelle du producteur, et une « parcelle vitrine », ou parcelle d'essai, cultivée selon la stratégie d'intervention déterminée sont ensuite mises à contribution. Différents paramètres sont l'objet de mesures destinées à comparer les deux types de régie : indice de risque pour la santé (IRS) et indice de risque pour l'environnement (IRE), rendement, résultats du dépistage des ennemis des cultures et coûts de production.

Tous les projets sont réalisés et supervisés par un centre de recherche, en collaboration avec les producteurs et les conseillers agricoles. Les caractéristiques de chacun de ces projets sont détaillées dans le tableau. Précisons que chacun des trois projets de « vitrine de régie à moindres risques » (pour les trois cultures de la fraise d'automne, de la pomme et de la pomme de terre) met à profit un emplacement sur notre territoire, soit dans les Laurentides ou dans Lanaudière.

Stratégies d'intervention et résultats IRS-IRE

Fraise d'automne

Les stratégies d'intervention mises en œuvre dans les trois sites exploités (répertoriés dans le tableau) intègrent toutes un dépistage plus rigoureux qui vise à mieux déterminer les seuils d'intervention et à caractériser l'utilisation de produits phytosanitaires à moindres risques, selon l'alternance avec les produits traditionnels. L'utilisation de paille stérilisée pour lutter contre les mauvaises herbes fait aussi l'objet d'une démonstration dans deux de ces sites (régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches).

Les taux de réduction des IRS et des IRE dans les parcelles vitrines, par rapport aux parcelles dites traditionnelles, sont notables pour les années 2018 et 2019. En effet, en 2018, la diminution des IRS varie de 28 % à 39 %, alors qu'en 2019 la variation est de 33 % à 59 %. Pour ce qui est des IRE, les taux de réduction vont de 22 % à 36 % en 2018 et de 24 % à 36 % en 2019.

En 2020, un nouvel emplacement en Mauricie a été ajouté aux trois sites déjà utilisés depuis 2018.

Pomme

PommesEnviron 25 techniques de GIEC ont été proposées. Les producteurs liés aux cinq sites mis à contribution (répertoriés dans le tableau) les ont adoptées en fonction de leur situation et de la pression des ravageurs dans leurs vergers. Au nombre de ces techniques, mentionnons l'utilisation de la confusion sexuelle pour lutter contre le carpocapse de la pomme, l'installation de filets d'exclusion, l'introduction d'acariens prédateurs et l'emploi de produits phytosanitaires à moindres risques, tels que le bicarbonate de potassium pour lutter contre la tavelure et le GF-120 pour lutter contre la mouche de la pomme.

En ce qui concerne les diminutions des IRS et IRE dans les parcelles vitrines par rapport aux parcelles traditionnelles, elles s'avèrent très positives. En effet, en 2018, les diminutions moyennes pour l'ensemble des sites sont d'environ 19 % pour l'IRS et d'environ 20 % pour l'IRE. En 2019, elles sont encore plus marquées : 42 % pour l'IRS et 34 % pour l'IRE. La même tendance est observée dans le site exploité dans la région des Laurentides, où la baisse moyenne de l'IRS et de l'IRE en 2020 est respectivement de 45 % et de 30 % environ.

Les activités relatives à la pomiculture se poursuivent en renforçant progressivement les techniques de GIEC et aussi en améliorant les connaissances et l'expertise des producteurs et des conseillers à l'égard de de chaque verger vitrine.

Pomme de terre

Pour cette culture, les stratégies d'intervention déployées dans les parcelles vitrines des six emplacements (détaillés dans le tableau) sont relativement similaires. Outre une plus grande utilisation de produits phytosanitaires à moindres risques, le modèle prévisionnel Miléos est privilégié pour déterminer les risques de développement du mildiou. Le dépistage et les traitements contre la cicadelle de la pomme de terre sont faits selon un seuil d'intervention plus élevé. Enfin, les premiers traitements contre la brûlure hâtive de la pomme de terre sont reportés au début de la fermeture des rangs, ce qui peut permettre de retirer deux ou trois épandages selon les sites.

En 2019, dans tous les sites, on a observé des diminutions importantes de l'IRS dans la parcelle vitrine par rapport à la parcelle traditionnelle, baisses qui varient de 28 % à 63 %. Cependant, on constate une plus grande variabilité pour les IRE, qui vont d'importantes réductions à de faibles augmentations.

En 2020, des baisses de 66 % de l'IRS et de 38 % de l'IRE ont été rendues possibles dans la section vitrine, par rapport à la section traditionnelle, du site de Lanaudière en raison du choix des produits à moindres risques. De plus, les coûts de l'utilisation des pesticides ont été inférieurs dans la section vitrine et on a tout de même pu obtenir des rendements similaires à ceux de la zone de régie habituelle de l'entreprise.

La diffusion des résultats : élément essentiel des projets de vitrines

Les stratégies d'intervention mises en valeur donnent déjà des résultats très encourageants au chapitre de la réduction des risques liés à l'usage des pesticides. Mais il est primordial de faire connaître ces résultats à un grand nombre de producteurs agricoles, si l'on souhaite accroître le taux d'adoption des techniques de GIEC utilisées. C'est la raison pour laquelle au moins 10 % du coût total du projet doit être attribué aux outils et aux activités de diffusion des résultats. De fait, plusieurs journées de démonstration et plusieurs conférences ont déjà eu lieu à ce sujet.

Dans le contexte actuel marqué par la COVID-19, il n'a pas été possible de tenir des journées de démonstration en 2020. Néanmoins, divers moyens de communication seront employés pour diffuser les résultats. Le 10 mars 2021, les résultats issus des parcelles vitrines dans la culture de la fraise d'automne seront présentés par l'entremise de la plateforme Web Teams. N'hésitez pas à consulter les sites Web et les publications des centres de recherche responsables des différents projets ou à vous informer directement auprès d'eux.

Un grand merci aux professionnels du MAPAQ, du Carrefour industriel et expérimental de Lanaudière et de l'Institut de recherche et de développement en agroenvironnement qui ont révisé le contenu de cet article. 

Tableau - Détails des « vitrines de régie à moindres risques »

​Culture Coordonnateur provincial Période de réalisation Localisation des sites Ennemis visés
Fraise d'automne

Carrefour industriel et expérimental de Lanaudière

 


2018-2021
  • Capitale-Nationale
  • Chaudière-Appalaches
  • Laurentides
  • Mauricie–Centre-du-Québec (à partir de 2020)
  • Anthracnose
  • Drosophile à ailes tachetées
  • Mauvaises herbes
  • Moisissure grise
  • Punaise terne
  • Tétranyque à deux points
Pomme

Institut de recherche et de développement en agroenvironnement

Réseau pommier

2018-2021
  • Chaudière-Appalaches
  • Estrie
  • Laurentides
  • Montérégie-Est
  • Montérégie-Ouest
  • Carpocapse de la pomme
  • Feu bactérien
  • Mauvaises herbes
  • Mouche de la pomme
  • Tavelure
  • Tétranyques
Pomme de terre

Carrefour industriel et expérimental de Lanaudière​

 


2019-2022
  • Capitale-Nationale
  • Centre-du-Québec
  • Saguenay–Lac-Saint-Jean
  • Lanaudière
  • Montérégie-Ouest
  • Brûlure hâtive
  • Cicadelle
  • Dartrose
  • Doryphore
  • Mauvaises herbes
  • Mildiou


Information

Fraise d'automne

M. Larbi Zerouala, agronome
larbi.zerouala@mapaq.gouv.qc.ca
Tél. : 450 971-5110, poste 6514

Pomme

M. Djamel Esselami, agronome
djamel.esselami@mapaq.gouv.qc.ca
Tél. : 450 971-5110, poste 6502

Pomme de terre

​Mme Mélissa Gagnon, agronome
melissa.gagnon@mapaq.gouv.qc.ca
Tél. : 450 589-5781, poste 5046​

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2021-02-04

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2021