Avis de recherche 
Mauvaises herbes résistantes dans Lanaudière

Des champs qui ont des populations de mauvaises herbes potentiellement résistantes au glyphosate sont recherchés dans le cadre du projet « Enquête sur les mauvaises herbes résistantes au glyphosate » dans la région de Lanaudière.

Cette enquête est réalisée dans les régions de la Montérégie, du Centre-du-Québec et de Lanaudière par le Groupe Pleine Terre, dans le cadre du programme Prime-Vert grâce à une contribution financière du MAPAQ, par l’entremise de la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture.

L’objectif général de ce projet est de dresser un état de situation de la présence de mauvaises herbes résistantes au glyphosate dans les régions mentionnées précédemment. De façon plus précise, ce projet permettra de tester la sensibilité des populations de mauvaises herbes suspectées d’être résistantes au glyphosate, d’établir les principales causes conduisant au développement de la résistance et finalement d’illustrer sur une carte la répartition des espèces dont la résistance est confirmée.

Les cinq espèces de mauvaises herbes ciblées par cette enquête sont : l’amarante tuberculée, la moutarde des oiseaux, la vergerette du Canada, la petite et la grande herbe à poux. Si le glyphosate a été utilisé fréquemment au cours des dernières années et qu’une diminution de l’efficacité du désherbage est observée sur l’une des mauvaises herbes ciblées par ce projet, vous pouvez contacter la responsable Marie-Edith Cuerrier, agronome et consultante. Par la suite, des tests de détection de la résistance au glyphosate pourront être réalisés gratuitement. La confidentialité est assurée aux producteurs.

Qu'est-ce qu'une mauvaise herbe résistante?

Une mauvaise herbe est dite résistante à un ou des herbicides lorsqu’elle survit à un traitement herbicide qui, dans des conditions normales d’utilisation, était auparavant efficace pour éliminer cette plante.

État de la situation de la résistance des mauvaises herbes au Québec

À travers le monde, il y a plus de 250 espèces de mauvaises herbes résistantes à un ou des herbicides. Au Québec, on dénombrait, à la fin de l’année 2017, douze espèces de mauvaises herbes dont la résistance était confirmée (tests de détection classique ou moléculaire) à un ou plusieurs herbicides provenant de cinq groupes différents (1, 2, 5, 7 et 9).

Les cas les plus souvent répertoriés sont la petite herbe à poux et la morelle noire de l’Est résistantes aux herbicides du groupe 2. Pour l’instant, seulement un cas de résistance multiple a été rapporté, soit celui de l’amarante tuberculée qui est résistante à trois groupes d’herbicides (2, 5 et 9). Les autres cas de résistance rapportés sont de la résistance simple soit à un seul groupe à la fois ou croisée, soit à un groupe, mais à plus d'une famille chimique à l'intérieur de ce groupe. Toutefois, des tests sont en cours pour vérifier s’il n’y a pas d’autres espèces de mauvaises herbes qui présentent de la résistance multiple. Actuellement, les régions de la Montérégie, de Lanaudière et du Centre-du-Québec sont les régions agricoles pour lesquelles sont rapportés le plus grand nombre de cas.

Le tableau 1 présente un sommaire de la localisation des mauvaises herbes confirmées résistantes aux herbicides au Québec jusqu’en 2017. Notez que les résultats de tests de détection de la résistance effectués sur des populations de mauvaises herbes échantillonnées au cours de la saison de culture 2018 seront publiés prochainement.

Comment diagnostiquer la résistance?

L’utilisation répétée d’un herbicide ou d’un même groupe (mode d’action) d’herbicides ainsi que la monoculture ou une rotation des cultures peu diversifiée sont des pratiques qui peuvent favoriser le développement de la résistance. L’efficacité des traitements herbicides peut être vérifiée par des dépistages réalisés dans les 7 à 14 jours suivant la pulvérisation. Certains éléments permettent de soupçonner la résistance, en voici quelques-uns :

  • La diminution de l’efficacité des traitements herbicides au cours des dernières années;
  • La présence d’une seule espèce de mauvaise herbe non contrôlée – les autres espèces inscrites à l’étiquette du produit ayant été contrôlées;
  • Les dommages variables sur les plants de l’espèce suspectée de résistance – certains plants affectés survivent au traitement herbicide;
  • La distribution éparse des plants – si le développement de la résistance est récent, les plants seront distribués aléatoirement; si le phénomène est plus avancé, les plants seront distribués en foyer.

Pour la saison 2019, deux options vous sont offertes gratuitement pour confirmer la présence de mauvaises herbes résistantes dans vos champs.

  1. Vous suspectez une résistance au glysophate pour les mauvaises herbes suivantes: amarante tuberculée, moutarde des oiseaux, petite et grande herbe à poux, participez à l'Enquête sur les mauvaises herbes résistantes au glysophate ayant lieu dans trois régions, dont Lanaudière. Pour ce faire, contacter la responsable du projet Marie-Édith Cuerrier, agronome et consultante. Il s'agit de la deuxième et dernière année du projet de recherche.
  2. Vous suspectez un cas de résistance autre qu'énuméré au point précédent, envoyez un échantillon au Laboratoire d’expertise et de diagnostic en phytoprotection (LEDP) du MAPAQ. Selon le cas (mauvaises herbes et groupe d'herbicide suspecté), deux tests de détection de la résistance, impliquant des méthodes d'échantillonnage différentes, sont possible. Voici un résumé de ce qu'offre le LEDP, pour plus de détails concernant la procédure d'envoi et les informations demandées, cliquez  ici.
  • Si le LEDP dispose du test de détection moléculaire (consultez la liste des tests moléculaires accessible), il suffit d'acheminer un échantillon composé d'une dizaine de feuilles provenant d'autant de plantes suspectées de résistances.
  • Si le LEDP ne dispose pas du test moléculaire, il est possible de réaliser un test de détection classique  à partir de graines matures. Consultez la méthode d'échantillonnage à suivre. La date limite pour la réception des échantillon est le 29 novembre 2019.

 

Tableau 1: Sommaire de la localisation des populations de mauvaises herbes dont la résistance (tests de détection en laboratoire) aux herbicides a été confirmée au Québec jusqu’en 2017.

Espèces de mauvaise herbe

Groupe d’herbicides

Matière active

Région administrative

Abutilon

2

cloransulame-méthyl

Montérégie

imazéthapyr

Montérégie

Amarante à racine rouge

2

cloransulame-méthyl

Montérégie

imazéthapyr

Montérégie

thifensulfuron-méthyle

Montérégie

5

atrazine

Capitale-Nationale

Chaudière-Appalaches

Estrie

7

linuron

Lanaudière

Laval

Montérégie

Amarante de Powell

2

imazéthapyr

Montérégie

5

atrazine

Montérégie

Amarante tuberculée

2

imazéthapyr

Montérégie

5

atrazine

9

glyphosate

Chénopode blanc

2

 

 

imazéthapyr

Centre-du-Québec

Laurentides

Montérégie

thifensulfuron-méthyle

Montérégie

5

atrazine

Chaudière-Appalaches

Estrie

Montérégie

 

 

 

Folle avoine

1

fénoxaprop-p-éthyl

Abitibi-Témiscamingue

Saguenay–Lac-Saint-Jean

Morelle noire de l’Est

2

imazéthapyr

Montérégie

Chaudière-Appalaches

Centre-du-Québec

Laurentides

Moutarde des oiseaux

5

atrazine

Capitale-Nationale

Chaudière-Appalaches

Estrie

9

glyphosate

Centre-du-Québec

Petite herbe à poux

2

chlorimuron-éthyle

Montérégie

Lanaudière

cloransulame-méthyl

Centre-du-Québec

Lanaudière

Laurentides

Montérégie

imazéthapyr

Centre-du-Québec

Estrie

Lanaudière

Laurentides

Mauricie

Montérégie

test moléculaire

Montérégie

Montérégie

Lanaudière

7

linuron

Centre-du-Québec

Estrie

Montérégie

Séneçon vulgaire

7

linuron

Estrie

Sétaire géante

2

imazéthapyr

Montérégie

Stellaire moyenne

2

thifensulfuron-méthyle

Chaudière-Appalaches

Adapté de : Flores-Mejia, S. (2018) Liste des mauvaises herbes résistantes aux herbicides au Québec repérées entre 2011 et 2017.

 

Références

BERNIER, D. et coll. (2017). « Diagnostic et gestion de la résistance des mauvaises herbes aux herbicides », Réseau d’avertissements phytosanitaires, Bulletin d’information grandes cultures n˚ 2, 12 mai 2017.

BERNIER, D., M.J. SIMARD et M.-É. CUERRIER (2015). « Résultats du service de détection de la résistance des mauvaises herbes pour les saisons de culture 2012 et 2013 », Réseau d’avertissements phytosanitaires, Bulletin d’information général n˚ 3, 6 mai 2015.

Fiche technique sur la résistance des mauvaises herbes aux herbicides, Agri-Réseau 

FLORES-MEIJA, S., et coll. (2018). « Résultats du service de détection de la résistance des mauvaises herbes aux herbicides pour les saisons de culture 2014 à 2018 », Réseau d’avertissements phytosanitaires, Bulletin d’information grandes cultures n˚ 3, 13 juin 2018.

Lien intéressant

 

Julie Breault, agronome, conseillère en grandes cultures
Direction régionale Montréal-Laval-Lanaudière, MAPAQ

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2019-05-10

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2020