Signature d'un protocole d'entente sur les prescriptions de travaux visant le reboisement de terres privées en zone agricole dans la région de l'Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec​​

​​Jean-Luc Pelletier Deschênes
Agronome, Centre de services d'Amos

Après plus de deux ans de rencontres et de discussions, la mise à jour de l'entente-cadre de 1987 sur le reboisement dans les zones agricoles a été conclue cet été pour les municipalités régionales de comté d'Abitibi, d'Abitibi-Ouest et de La Vallée-de-l'Or. Le MAPAQ, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, la Fédération de l'UPA de l'Abitibi-Témiscamingue et l'Agence régionale de mise en valeur des forêts privées de l'Abitibi sont tous cosignataires du document. Cette entente vise à favoriser l'utilisation optimale des potentiels et des ressources du milieu rural dans une perspective de développement durable des secteurs agricoles et forestiers. Concrètement, l'entente-cadre est un outil qui permet d'établir les rôles et responsabilités de tous les signataires et de définir un processus de suivi quant aux superficies reboisées dans les zones agricoles. 

L'intérêt majeur de cette entente, qui obtient l'accord de tous les organismes intéressés, est l'établissement de secteurs  préautorisés pour le reboisement en zone agricole. À ce sujet, les sociétés sylvicoles en activité sur le territoire ont reçu une copie des cartes des secteurs préautorisés  et elles peuvent effectuer des travaux de reboisement sur les superficies visées, sans demander l'accord du MAPAQ. En effet, le Ministère a déjà analysé et déterminé certains secteurs qui n'avaient pas de potentiel agricole. Pour tous les autres projets de reboisement en zone agricole, une demande doit obligatoirement être adressée au MAPAQ. Il est important de rappeler que, l'hiver dernier, le Ministère a rencontré les représentants des syndicats de l'UPA des secteurs d'Abitibi, de La Vallée-de-l'Or et d'Abitibi-Ouest pour présenter la démarche et les modes d'analyse liés aux demandes de reboisement.

Un autre élément intéressant du protocole d'entente est la formation d'un comité de suivi. Formé des parties signataires du document, ce comité se réunira une fois l'an, en début d'année, pour dresser l'état de la situation et voir au bon fonctionnement de l'entente. Ce sera l'occasion de discuter et d'assurer une cohérence à l'échelle régionale quant à la gestion et au reboisement des terres agricoles.

Si vous avez des questions en lien avec ce sujet, n'hésitez pas à communiquer avec nous.


 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2020-12-11

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2021