Solutions coopératives aux enjeux de main-d’œuvre

Le phénomène de la rareté de main-d’œuvre touche l’ensemble du secteur agricole. Afin de répondre à ce défi, différentes solutions coopératives existent.

Pour en savoir plus, consultez la fiche résumant les solutions coopératives aux enjeux de main-d’œuvre dans le secteur agricole (PDF, 263 ko).

Coopérative d’utilisation de matériel agricole (CUMA) et coopérative d’utilisation de main-d’œuvre agricole (CUMO)

Les CUMA et les CUMO ont un fonctionnement similaire. Elles rendent disponibles des employés pour travailler dans les fermes de leurs membres. Dans les deux modèles, la coopérative est responsable de la gestion de l’employé (recrutement, paie, relevés, etc.). Les entreprises membres assurent l’encadrement de l’employé et déterminent son horaire de travail dans les différentes fermes qui se partagent ses services. Pour en savoir plus sur le fonctionnement d’une CUMA, consultez la section Coopérative d’utilisation de matériel agricole (CUMA).

Pour ce qui est des CUMO, les trois qui ont existé au Québec sont dorénavant fermées. Ces fermetures s’expliquent entre autres par la difficulté à atteindre l’autonomie financière et la rareté de la main-d’œuvre qualifiée.

Qu’est-ce qu’une CUMO?

La CUMO est une coopérative agricole régie par la Loi sur les coopératives. Elle doit être fondée par au moins cinq entreprises agricoles. Son objet principal est relié à l’agriculture ainsi qu’à la fourniture de biens et à la prestation de services utiles à cette activité.

La CUMO est l’employeur unique et est responsable de la gestion des ressources humaines (recrutement, paie, etc.). Les membres se regroupent au sein de branches d’activité afin de partager les services d’un ou de plusieurs employés recrutés par la coopérative. Les membres sont responsables de l’encadrement de l’employé (formation et évaluation) et déterminent collectivement son horaire de travail dans les différentes fermes.
La CUMO confie à un coordonnateur la responsabilité de la gestion de la coopérative et de la relation avec les employés et les membres.​

Pour en savoir plus

Coopérative de remplacement agricole

Les coopératives de remplacement agricole ont été créées pour répondre aux enjeux de conciliation travail-famille, de détresse psychologique et de pérennité des entreprises en cas d’absence non planifiée.

La coopérative embauche des agents de remplacement. Ces employés sont en mesure de prendre en charge l’entreprise agricole en cas d’absence du producteur. L’employé est lié à la coopérative (unique employeur) par un contrat de travail. La coopérative est responsable de la gestion de ses horaires afin de répondre, dans la mesure du possible, aux besoins des membres.

Pour en savoir plus​

Coopérative d’employeurs en gestion des ressources humaines

La coopérative d’employeurs en gestion des ressources humaines (GRH) regroupe des petites et moyennes entreprises afin de leur permettre de se doter d’un service de gestion des ressources humaines. La coopérative embauche un conseiller spécialisé en ressources humaines pour répondre aux besoins de ses membres. Le conseiller offre différents services : appui à la dotation, formation et développement, stratégies de rétention, etc.

En adhérant à une coopérative d’employeurs en GRH, l’entreprise peut se concentrer sur d’autres fonctions. Elle a la possibilité de faire appel à une expertise en GRH à un coût moindre et d’améliorer ses pratiques en la matière. L’entreprise a ainsi plus de facilité à recruter, à améliorer la rétention de la main-d’œuvre et à assurer la formation et le perfectionnement du personnel.

Actuellement, aucune coopérative d’employeurs en GRH n’existe dans le secteur agricole. Un projet de recherche-action est réalisé par l’Université Laval et le Conseil québécois de la coopération et de la mutualité (CQCM) afin de tester l’implantation de telles coopératives dans le secteur agricole.

Pour en savoir plus

Dernière mise à jour : 2023-06-06

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2023