Comprendre ses sols amène de meilleurs rendements

Louis Robert
agronome, M. Sc., conseiller en grandes cultures
MAPAQ Montérégie-Est

La saison de culture 2015 aura été dans l’ensemble une très belle année pour les grandes cultures en Montérégie. Certains endroits ont même enregistré des rendements record. Cependant, selon toute probabilité, nous devons nous attendre, dans les années à venir, à un retour du balancier et à connaître d’autres saisons comparables à 2008 et 2009. Printemps moins propices aux semis hâtifs, périodes de sécheresse intense et pluies abondantes font également partie du menu que nous réservent les changements climatiques anticipés. La performance économique des entreprises spécialisées en grandes cultures dépendra alors beaucoup de la santé de leurs sols, en particulier de l’état de leur condition physique. Une structure de sol compactée par les passages en conditions humides, ou encore la pulvérisation des agrégats par du travail excessif ne pourront soutenir des rendements satisfaisants lors de saisons climatiques difficiles. C’est déjà visible actuellement : des champs ainsi endommagés montrent une grande variabilité et ce, autant d’une année à l’autre qu’à l’intérieur du champ au cours d’une même saison.

Il n’y a malheureusement pas de remède miracle pour remettre en condition ces sols. Et cela prendra du temps : une, voire trois à cinq saisons. La bonne nouvelle : les correctifs ne coûtent pas cher et on les trouve sur la ferme. En gros, disons que le succès dépend en grande partie de l’acquisition de connaissances sur nos sols et de notre ouverture à remettre en question nos pratiques actuelles.

La première étape de la démarche consiste à réaliser un diagnostic du ou des problèmes de notre champ. Tel un être humain, le sol est un système vivant qui ne doit pas être diagnostiqué simplement par des paramètres chimiques (analyse traditionnelle) mais aussi et surtout par un examen de ses propriétés physiques. Cet examen est comparable à une « auscultation »; c’est la méthode des profils de sol.

À quoi sert un profil de sol ?

  • Connaissance générale des propriétés physiques, biologiques et chimiques du sol, ce qui permet d’améliorer sa fertilité.
  • Diagnostic des problèmes d’une partie de champ ou d’une ferme : faibles rendements, faible rentabilité.
  • Identifier les correctifs : drainage souterrain, nivelage ou nettoyage de fossés? Semis direct ou sous-solage?

En quoi ça consiste ? 

  • Tranchée, trou, excavation sur une profondeur de 80 cm dans un endroit représentatif de la surface à examiner.
  • Pour un diagnostic, il faut au moins deux profils : la zone affectée versus une zone en bonne condition (profil témoin). On applique la méthode scientifique pour que tous les autres facteurs soient égaux.
  • Un diagnostic prendra en compte le profil, l’historique du producteur et l’analyse de sol chimique.
  • Cela peut se faire au printemps ou à l’automne. Parfois l’état de la culture aide au diagnostic.
  • Pour le profil, on fait un examen au couteau, au gallon et à la pelle des facteurs suivants :

 PHYSIQUES  BIOLOGIQUES  CHIMIQUES
 Texture, pédologie  Résidus et décomposition  Test HCl
 Structure (travail du sol)  Racines  
 Densité (sous-solage)  Macropores (rotation)  
 Couleurs et marbrures  Vers de terre  
 Écoulement de l'eau  Odeur  


Ce que l’on trouve…

  • La solution à nos problèmes. Toute amélioration ou mesure corrective doit être précédée d’un diagnostic.
  • L’eau ne s’infiltre plus dans nos sols.
  • Un travail intensif (ex. : fréquents passages de la machinerie lourde) qui se fait parfois sur un sol trop humide.
  • En nutrition minérale des cultures, la carence la plus fréquente n’est pas l’azote mais... l’oxygène !
  • Des solutions efficaces, peu coûteuses et très accessibles ne manquent pas : respect de la portance du sol, sous-solage, simplification du travail du sol, nettoyage ou aménagement de voies d’eau (fossés, tranchées filtrantes, avaloirs, etc.).

La majorité des agronomes des clubs-conseils en agroenvironnement sont habilités à réaliser de tels services. Ils participent à des activités de formation continue sur le sujet. Plusieurs ont déjà une solide expérience terrain en mettant à profit la méthode de diagnostic par profils de sol. Le recourt à leurs services-conseils peut s’avérer être l’investissement le plus rentable que vous ayez fait sur votre entreprise. Nombreux sont les producteurs d’avant-garde ayant entrepris cette démarche il y a cinq à dix ans et qui affirment ne plus reconnaître leurs champs tellement les rendements ont augmenté et se sont stabilisés.

Lien utile


 Photo : Louis Robert, MAPAQ



 Texte intégral : journal Gestion et technologie agricoles (GTA), 11 février 2016

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2016-05-30

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2019