Confondre les papillons pour réduire les insecticides dans les vergers

Karine Bergeron
agronome, conseillère en pomiculture et viticulture
MAPAQ Montérégie-Est

Evelyne Barriault
agronome, conseillère en arboriculture fruitière et viticulture
MAPAQ Montérégie-Ouest

Au Québec, le carpocapse de la pomme est l’un des principaux ravageurs contre lequel les pomiculteurs doivent intervenir avec des insecticides afin d’éviter que les consommateurs retrouvent des larves dans les pommes. Depuis quelques années, plusieurs projets menés dans les vergers du Québec ont permis de démontrer l’efficacité d’une méthode de lutte par confusion sexuelle contre ce ravageur. Ces projets ont permis de réduire l’utilisation des insecticides chez la majorité des pomiculteurs participants. C’est pourquoi le MAPAQ souhaite promouvoir cette méthode de lutte alternative et faciliter son application à grande échelle dans les vergers du Québec.

Les premiers essais de lutte par confusion sexuelle contre la carpocapse de la pomme ont été réalisés en 1992-1993 par le chercheur Gérald Chouinard de l’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA). La méthode consiste à saturer le verger d’une phéromone sexuelle synthétique de façon à confondre les papillons mâles à la recherche de femelles. Cela réduit les accouplements et, par la même occasion, le nombre de larves dans les pommes.

Malgré les résultats positifs de ce premier projet, la méthode n’a pas été adoptée par les pomiculteurs, dû principalement au faible coût et à l’efficacité des insecticides de synthèse. Cependant, entre les années 1993 et 2010, les populations de carpocapses n’ont cessé d’augmenter et la lutte avec les insecticides s’est compliquée, entre autre à cause du développement de populations résistantes à certains insecticides. C’est pourquoi, en 2011, l’équipe du chercheur Daniel Cormier, de l’IRDA, en partenariat avec des clubs en agroenvironnement, ont mis en place un projet dans lequel ils comparaient la lutte par confusion sexuelle à une stratégie conventionnelle de lutte avec des insecticides. Ce projet s’est déroulé dans trois vergers du Québec aux prises avec des densités de populations faibles à élevées de carpocapse.

En 2013, les résultats obtenus par l’équipe de l’IRDA ont été présentés aux pomiculteurs. Un conférencier originaire de la Suisse, le chercheur Pierre-Joseph Charmillot, est venu parler des résultats obtenus dans son pays où la confusion sexuelle est maintenant le principal outil de lutte utilisé contre le carpocapse de la pomme. Tous ces succès ont incité les pomiculteurs du Québec à tenter aussi l’expérience. En 2015, plus de 250 ha de vergers québécois ont été « parfumés » de phéromone sexuelle de carpocapse afin de confondre les papillons mâles et de limiter la reproduction.

En décembre 2015, le MAPAQ a lancé un appel de projet ciblé dans le cadre du programme Prime-Vert, volet 3,2, qui vise l’utilisation à grande échelle de la confusion sexuelle pour lutter contre le carpocapse de la pomme dans les vergers québécois. Le porteur du projet devra coordonner la mise en place et le suivi de cette méthode de lutte. Ce projet permettra d’augmenter le nombre d’hectares où la confusion sexuelle sera utilisée comme moyen de lutte. Les suivis et observations devront être faits par un agronome participant au projet.

Pour plus d’informations concernant ce projet et les critères d’admissibilité, les pomiculteurs sont invités à manifester leur intérêt auprès de leur agronome conseil ou de leur conseiller pomicole du MAPAQ.

Lien utile

Installation d’un diffuseur à phéromone pour lutter contre le carpocapse de la pomme.
Crédit photo : IRDA

Carpocapse de la pomme (adulte).
Crédit photo : MAPAQ

 

Texte intégral : journal Gestion et technologie agricoles (GTA), 11 février 2016

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2018-06-13

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2019