Des alternatives aux pesticides à risques élevés

Stéphanie Mathieu
Agronome, conseillère en grandes cultures
MAPAQ Montérégie


Connaissez-vous la Stratégie québécoise sur les pesticides (SQP)? Cette stratégie, annoncée par le gouvernement du Québec en novembre 2015, vise à limiter l’usage de certains pesticides à risques élevés afin de protéger la santé de la population, l’environnement et les pollinisateurs. Les pesticides agricoles visés sont les néonicotinoïdes, l’atrazine et le chlorpyrifos.

Utilisation des néonicotinoïdes

Selon la SQP, un producteur qui souhaite utiliser des néonicotinoïdes devra obtenir une justification d’un agronome pour faire l’achat de cette catégorie de pesticides. Leur utilisation n’est donc pas bannie mais devra être justifiée. Dans les faits, seule une minorité de champs doivent être traités à l’insecticide de semence. En effet, les suivis du Réseau d’avertissement phytosanitaire entre 2011 et 2015 ont démontré que moins de 10 % des champs dépistés dépassaient le seuil où le nombre de vers fil-de-fer peut être problématique.

Comment prendre une décision éclairée pour votre ferme? Le dépistage des ravageurs des semis est une bonne façon de connaître l’état de votre champ. Afin d’accélérer le processus à la ferme, le MAPAQ, par le biais du Programme Prime-Vert, financera cette année un projet d’outil d’aide à la prise de décision (arbre décisionnel) qui vous aidera à déterminer si vous devez utiliser ou non de semences traitées à l’insecticide dans la culture du maïs-grain. Il sera fondé sur des données québécoises et validé au champ. Le projet sera mené par l’équipe de madame Geneviève Labrie, entomologiste au Centre de recherche sur les grains (CÉROM).

Pour être au fait des stratégies de lutte, vous êtes aussi invités à consulter les bulletins du Réseau d’avertissement phytosanitaires en grandes cultures sur le site d’Agri-réseau.

Des alternatives à l’atrazine

En 2015, le CÉROM, en collaboration avec les clubs-conseils en agroenvironnement et le MAPAQ, a établi trois parcelles de démonstration en culture de maïs-grain afin de comparer des mélanges d’herbicides à risques élevés et d’autres mélanges à faible risque. Les traitements à l’essai visaient à offrir des alternatives aux herbicides à risques élevés tel que l’atrazine. Le projet a permis de démontrer que certains mélanges d’herbicides sont efficaces, présentent moins de risques et sont plus économiques. Une fiche synthèse des résultats sera publiée ultérieurement et disponible sur Agri-Réseau.

Il va sans dire qu’avant de modifier vos pratiques agricoles, un dépistage doit être effectué. La connaissance de la situation sur votre ferme est à la base d’une bonne prise de décision. Par la suite, vous pourrez mettre en place des solutions alternatives. L’accompagnement par un agronome est aussi essentiel. Le contrôle des mauvaises herbes est un domaine complexe qui est influencé entre autres par la santé des sols, la rotation des cultures et qui présente de nombreux défis agronomiques. Quoi qu’il en soit, des alternatives durables existent. Informez-vous!

Liens utiles

 

Texte intégral : journal Gestion et technologie agricoles (GTA), 7 avril 2016

Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2018-06-13

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2019