L'importance de connaître son coût de revient pour faire des profits

Carrolyn O’Grady, agronome
Conseillère en transformation alimentaire
MAPAQ Montérégie


Établir le prix de vente d’un produit transformé n’est pas toujours facile. Que faut-il considérer dans cet exercice? Trois facteurs influencent la détermination d’un prix de vente : le prix que le consommateur est prêt à payer pour votre produit, le prix des produits concurrents et le coût de revient de votre produit.

Une étude de marché est utile afin de déterminer votre clientèle cible, ses préférences ainsi que les valeurs ou caractéristiques qu’elle recherche dans les aliments. Ces informations vous aident à mieux positionner votre produit et le prix que le consommateur est prêt à payer. Une visite à l’épicerie, une recherche sur Internet et une discussion avec votre acheteur peut vous informer à propos des prix des concurrents directs et indirects. Mais qu’en est-il du coût de revient de votre produit?

Je demande souvent aux entreprises : « Avez-vous calculé le coût de revient de vos produits? ». La majorité du temps, j’obtiens une réponse affirmative. Toutefois, le calcul effectué en entreprise ne tient pas toujours compte de l’ensemble des dépenses encourues par la commercialisation d’un produit. En effet, seuls les coûts de fabrication directs sont pris en considération, auxquels l’entreprise ajoute une marge. Il est donc important de faire la différence entre le coût de production et le coût de revient :

  • Le coût de production inclut uniquement les frais directs associés à l’élaboration du produit : salaires des employés de fabrication, emballage, matières premières, etc. Les frais fixes (ou indirects) ne sont pas inclus (frais de mise en marché, frais d’administration, etc.).
  • Le coût de revient comprend l’ensemble des dépenses directes associées à l’élaboration du produit et les frais fixes : frais de mise en marché, frais d’administration, frais financiers, électricité, loyer, etc.

Le coût de revient est d’abord un outil de prise de décision qui permet à l’entreprise de déterminer le prix de vente de ses produits, d’analyser des opportunités d’affaires et de prendre des décisions éclairées quant à l’acceptation de contrats ou de choix de canaux de mise en marché. Ce calcul aide aussi à détecter des problèmes de rentabilité. Mais par où commencer? Combien de temps faut-il y consacrer?

Le cas de Moulins des Cèdres

Peu de temps après son démarrage, cette entreprise qui transforme les grains biologiques de la ferme familiale en farine a perdu le distributeur qui s’occupait de ses ventes aux détaillants et aux restaurants dans la grande région de Montréal. Lorsque les clients ont commencé à les contacter directement pour acheter la farine dans des formats variés, ils ont décidé d’assurer leur distribution eux-mêmes. Malheureusement, ils n’avaient aucune idée du prix de vente que leur ancien distributeur proposait aux clients. L’entreprise utilise un logiciel de gestion qui lui permet de calculer son coût de production, par contre celui-ci ne tient compte que des frais directs variables (matière première, emballage, main-d’oeuvre rattachée à la fabrication, etc.). La lacune étant que leurs frais fixes (frais indirects) n’étaient pas pris en compte. Ils cherchaient donc à mieux calculer leur coût de revient afin d’assurer la rentabilité de leur nouveau système de distribution et de proposer des prix justes à leurs différents clients.

Justine Dewavrin, directrice des opérations, s’est jointe à une cohorte d’entreprises de la Montérégie qui souhaitaient apprendre à calculer leur coût de revient. À la suite d’une formation, elle a bénéficié de l’accompagnement d’un conseiller spécialisé dans le calcul du coût de revient. Un chiffrier Excel adapté aux besoins des entreprises de transformation alimentaire lui a aussi été proposé pour faciliter la tâche.

Selon Mme Dewavrin, l’impact le plus bénéfique d’un bon calcul du coût de revient est la capacité à prendre des décisions stratégiques rapidement. L’entreprise peut maintenant adapter les prix et cibler les voies de commercialisation et opportunités d’affaires qui sont les plus profitables.

« Le temps manque toujours, mais les bénéfices d’investir le temps nécessaire à la bonne implantation d’un système de calcul du coût de revient sont grands », avoue Justine Dewavrin. Elle juge qu’elle a investi environ 30 heures dans la recherche et dans la saisie de données dans le chiffrier Excel. Elle ne regrette pas cet investissement. Au contraire, elle est maintenant en mesure d’évaluer la profitabilité de chacun de leurs produits. Ceci vaut de l’or!

Vous souhaitez en savoir davantage sur le calcul du coût de revient? Une série d’activités seront offertes aux entreprises à l’hiver 2019, incluant : une formation, de l’accompagnement en entreprise et un outil de calcul (l’Agrocalculateur). Pour de plus amples renseignements, communiquez avec Carrolyn O’Grady au 450 427-2000, poste 5134 (Montérégie-Ouest) ou avec Julie Pivin au 450 778-6530, poste 6113 (Montérégie-Est). 

L’Agrocalculateur est un outil de calcul du coût de revient simple, flexible et adapté pour les transformateurs alimentaires! Téléchargez-le sur le site : www.cetab.org/outils-gestion ou communiquez avec votre conseiller en transformation alimentaire au MAPAQ.

 

 

 

 

Texte intégral : journal Gestion et technologie agricoles (GTA), 15 novembre 2018

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2018-12-20

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2022