Les coopératives d'utilisation de matériel agricole, un atout supplémentaire lors de décisions d'affaires​​

Par Sandra Dagenais, conseillère en économie et en relève, Direction régionale de la Montérégie, ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation

Lorsque vient le temps de mécaniser une opération, d'acheter un intrant ou de changer un équipement ou une machinerie sur votre ferme, vous prenez le temps d'évaluer les différentes possibilités. Tous les scénarios sont sur la table : embaucher à forfait ou acheter? Choisir neuf ou usagé? Financer à même le fonds de roulement ou par un emprunt? La marque, le modèle, le détaillant, l'amélioration des performances, etc. : rien n'est laissé au hasard pour prendre la meilleure décision pour l'entreprise. Mais, avez-vous aussi considéré l'option de la coopérative d'utilisation de matériel agricole (CUMA)?

Avant d'en arriver à la conclusion que ce modèle ne s'applique pas pour vous, voici quelques renseignements, mais surtout quelques pistes de réflexion.

Qu'est-ce qu'une CUMA?

La CUMA met à la disposition de ses membres des biens achetés en commun dans le but d'en optimiser les coûts. À titre d'exemple, de la machinerie agricole, de l'outillage, de l'équipement et des intrants peuvent se retrouver dans une CUMA. Lors de sa création, certaines règles et obligations doivent être respectées :

  1. Elle doit être enregistrée et elle est soumise à la Loi sur les coopératives.
  2. Il doit y avoir un minimum de cinq entreprises qui en sont membres et chacune des branches d'activité doit compter minimalement trois adhérents.
  3. Des statuts et règlements clairs doivent encadrer les activités d'exploitation courantes, les droits et les responsabilités de tous.
  4. Un conseil d'administration et des responsables de secteur doivent s'assurer de la saine gestion de l'organisation et de l'utilisation des biens mis en commun.

Le schéma suivant illustre bien la structure organisationnelle d'une CUMA.



Les avantages de la CUMA

Sans vouloir minimiser certains défis liés à ce modèle d'affaires, comme peuvent l'être la disponibilité de l'équipement, le temps de travail, la communication et la confiance entre les partenaires, une CUMA permet à bien des égards des avantages non négligeables. En voici quelques-uns :

  • Répartir les charges d'utilisation sur plus d'unités (ha, Tm, etc.). Une économie par unité qui se traduit par une réduction des coûts de production.
  • Profiter d'un équipement à la fine pointe de la technologie, car il y a plus d'utilisateurs pour le payer.
  • Faciliter le transfert, l'établissement ou la croissance d'une entreprise par des investissements mieux répartis. C'est une bonne façon de gérer le risque.
  • Favoriser un territoire agricole dynamique basé sur l'entraide, l'échange et le partage.
  • Soutenir l'acquisition de compétences en gestion d'organisation et en communication.

Bien que la région du Bas-Saint-Laurent soit la championne toutes catégories en nombre de CUMA, celles-ci se trouvent presque partout au Québec et gagnent en popularité. La Montérégie suit également cette tendance. Pour les quatre années précédant les plus récentes données statistiques, qui datent de 2015, une augmentation significative a eu lieu, que ce soit pour le nombre de membres, qui est passé de 93 à 127, ou pour le nombre de branches d'activité, qui a bondi de 35 à 67.

L'aide financière pour les CUMA

Pour dynamiser ce secteur, deux programmes d'aide financière du MAPAQ touchent directement les CUMA, de même que les CUMO (coopératives d'utilisation de la main-d'œuvre).

  1. Soutien lors de l'adhésion grâce au remboursement d'une partie des frais d'utilisation grâce à une mesure du Programme d'aide au développement de l'agriculture et de l'agroalimentaire en région (PADAAR).
  2. Appui pour les initiatives en productions végétales visant à augmenter la productivité et l'efficacité de la main-d'œuvre et des travaux agricoles rattachés à l'Initiative ministérielle « Productivité végétale ».

Les conseillers responsables des CUMA et des CUMO dans les différents centres de services régionaux du MAPAQ se feront un plaisir de vous informer des modalités relatives à l'aide disponible.

Bien que, pour le moment, la CUMO soit plus discrète, elle pourrait, en combinaison avec d'autres stratégies liées à l'emploi, faire partie d'un plan dynamique pour pallier le manque de main-d'œuvre agricole.

Comme le dit si bien le prove​rbe africain : seul, on va plus vite, mais ensemble, on va plus loin.

Sources :

MAPAQ - Coopérative d'utilisation de matériel agricole (CUMA)

Portrait des CUMA du Québec


 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2021-07-13

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2024